mardi 12 janvier 2010

Albert "Babe" Siebert

Un de mes amis m'a offert le livre Les légendes des Canadiens de Léandre Normand et Pierre Bruno comme cadeau de Noël. C'est vous dire comment mes amis savent ce que j'aime et que j'aime mes amis... Ce livre se dit "une référence incontournable pour les vrais partisans du Canadien." Ça doit être vrai parce qu'avant le temps des fêtes il y avait des pubs pour ce livre à CKAC... Je ne parlerais pas ici de mon appréciation générale de ce livre volumineux (livre volumineux, étrange combo de mots...), mais un point me "gosse" un tantinet dans cet ouvrage. C'est vraiment en mes qualités de nerd du hockey que je parle. Ce livre dresse le portrait des "100 joueurs qui ont marqué l'histoire" du Canadien. Je trouve quand même quelques choix douteux et quelques oublis tout autant douteux. Ce que je veux dire, c'est que je me demande pourquoi Benoit Brunet et Stéphane Quintal font parti de ces 100 joueurs et qu'Albert "Babe" Siebert n'en fait pas parti.

Ça me rappelle un bout d'un film récent nommé "Invention of Lying" avec Ricky Gervais, le gars de The Office en Angleterre. Ce film se déroule dans un monde où l'on ne ment pas. Les seuls films qui existent dans ce monde sont des films historique où un homme récite des faits de l'histoire. Pas de mensonge, pas de fiction... Le personnage principal joué par Gervais travaille dans une de ces boîtes où on conçoit ces films et y agit en tant que scripteur des documentaires sur le 14e siècle. Un jour, le jugeant impertinent, son patron lui montre la porte sous prétexte que personne ne s'intéresse au 14e siècle. Et comme on vit dans un monde sans mensonge, il lui explique clairement que personne ne s'intéresse à l'époque de la Peste Noire, que les gens veulent entendre parler de choses qu'ils connaissent déjà parce que ça les réconforte de faire semblant d'apprendre des choses qu'ils savent déjà.

Et bien l'omission de Babe Siebert du livre mentionné plus haut me fait penser à ça si Stéphane Quintal et Benoît Brunet sont considéré comme des légendes du Canadien... Parce que Babe Siebert c'était un des plus grand joueur des années 30... Et c'est aussi le seul entraîneur du Canadien qui n'a jamais entraîné de matchs avec l'équipe...

Albert Charles Siebert est né en 1904 à Plattsville en Ontario et a grandit pas très loins de la ville de Zurich dans la région de la Baie Georgienne. Il apprit très tôt le hockey et c'est à la position de rover (maraudeur?) que Siebert débuta sa carrière de hockeyeur. Cette position était une position à l'origine du hockey qui faisait en sorte que les équipes étaient composées de 7 joueurs sur la glace. Le rover était le joueur situé entre les attaquants et les défenseurs et il faisait le lien entre les deux. Avec l'arrivée d'arénas modernes et plus petite dès les années 1910, cette position devint quelque peu désuète et devint de moins en moins nécessaire. La NHA lorsqu'elle fut fondée en 1909 décida de ne pas inclure cette position dans ses règlements. Les ligues de l'Ouest formées quelques temps plus tard conservèrent toutefois cette position. Elle l'éliminèrent toutefois en 1923, la mettant au rancart des choses oubliées du hockey auquel se joindront plus tard l ligne rouge et les gardiens pas de masque.

Siebert commença à jouer au hockey organisé dans la même ville de Zurich lors de la saison 1920-21. Son ardeur au travail sera reconnue très tôt, ce qui le fera très rapidement dans l'échiquier du hockey ontarien. En 1925, à l'âge de 21 ans, il fait partie de l'équipe des Cataracts de Niagara Falls de la ligue senior de l'Ontario qui connurent un certain succès, atteignant le tournoi de la Coupe Allen, championnat du hockey senior amateur. En passant ce trophée existe toujours. Siebert attira très tôt l'attention de la Ligue nationale et c'est les Maroons de Montréal avec qui il se joint pour le début de la saison 1925-26.

Lorsque les Maroons firent l'acquisition de Siebert, l'équipe en était à sa seconde saison dans la NHL et c'est en grandes pompes que le jeune ontarien arriva à Montréal. Dès la première saison de Siebert avec l'équipe anglophone de la Métropole, cette dernière remporta la Coupe Stanley en battant les Cougars de Victoria de la WHL. Ce fut la dernière fois d'ailleurs que la Coupe Stanley fut décidée entre les équipes de l'Ouest et celle de la NHL, devenant l'exclusivité de la NHL lors de la saison suivante.

Lorsqu'il évoluait avec les Maroons, Siebert jouait principalement à l'aile gauche. Toutefois, ayant été formé à une position intermédiaire entre l'avant et l'arrière et en raison de sa force physique, Siebert est parfois invité à jouer à la défense en cas de blessures avec l'équipe. Lors de la saison 1928-29 Siebert fut jumelé avec Nels Stewart et Hooley Smith dans un trio qui fut nommé la "S Line". Ce trio allait constituer un des plus puissant du hockey de cette époque. En 1931-32, Siebert connaîtra avec ces frères d'armes sa meilleure récolte offensive avec 39 points dont 21 buts.

Cette saison sera sa dernière avec les Maroons pour Siebert. L'équipe aux prises avec de sérieux problèmes financiers, récession oblige, échangera ses vedettes. Nels Stewart prit le chemin de Boston alors que Siebert fut envoyé aux Rangers en retour de compensations financières. Siebert connut un certain succès les Blueshirts à sa première saison, aidant l'équipe à remporter la Coupe Stanley en ce printemps 1933. Siebert ne fera toutefois pas un long passage à Broadway. Il fut échangé aux Bruins en retour de deux joueurs, Vic Ripley et Roy Burmeister. Siebert allait être réuni avec d'un côté son meilleur allié Nels Stewart et avec son pire ennemi, Eddie Shore. Les deux joueurs s'était battus à maintes reprises par le passé et ne manquaient jamais l'occasion de se donner une petite taloche au passage. J'ai même déjà lu qu'un jour Siebert a administra une méchante correction alors qu'un autre joueur tenait Shore. Vous voyez à quel point l'un n'aimait pas l'autre. On dit que les deux joueurs ne se sont pas parlé en aucun moment lors du passage de Siebert à Boston.

Siebert ne connut pas de grands jours à Boston. À 30 ans, il était plus lent et ne marquait plus avec la même régularité que lors de ses beaux jours avec les Maroons. Il était donc clair que ce joueur en était à ses derniers jours. Les Bruins réussirent toutefois à échanger Siebert aux Canadiens le 10 septembre 1936 en compagnie de Roger Jenkins en retour de Leroy Goldsworthy, Sammy McManus et de $10,000. Un bon deal compte tenu des jours incroyables que connut Siebert à son deuxième arrêt à Montréal...

Si les Bruins jugèrent Siebert trop bon pour être un joueur d'avant de premier plan, le Canadien décela en lui un potentiel défenseur étoile. Maintenant à la ligne bleue du Canadien, il devint l'un des meilleurs à cette position dans la NHL. Il fera partie de la première équipe d'étoile de fin de saison à chacune des ses 3 saison avec le CH et remporta le trophée Hart en 1937. À noter que son éternel rival Eddie Shore remporta le Hart lors des deux saisons précédentes et le remporta à nouveau lors de la saison suivante. Siebert sera également le capitaine de l'équipe lors des 3 saison qu'il joua dans l'uniforme du Canadien.

À cette époque, l'épouse de Siebert connut de sérieuses complications lors de la naissance de leur second enfant. La plupart des revenus du joueur vedette du Canadien allait dans les traitements de sa femme malade. Ce ne fut cependant pas la pire tragédie qui s'abattit sur Siebert. Suite à la saison 1938-39, Siebert décida de mettre fin à sa glorieuse carrière. Quelques jours plus tard, le Canadien le nomme entraîneur pour la saison suivante, espérant utiliser l'expérience de leur dernier capitaine afin de relancer l'équipe. Le 25 août 1939, alors qu'il était en vacance dans la région de la Baie Georgienne, Siebert se noya lors d'une baignade dans le Lac Huron. Il essayait de rattraper à la nage un pneu gonflé avec lequel ses enfants jouaient qui dérivait vers le large...

La NHL aida la famille de Siebert qui se retrouvait alors avec de sérieux problèmes financiers en organisant un match des étoiles afin de recueillir des fonds. Ce match bénéfice pour la famille Siebert fut le troisième match des étoiles de tous les temps. Le premier avait été organisé afin d'aider Ace Bailey des Leafs qui dût arrêter sa carrière suite à une sévère blessure suite à un coup très vicieux d'Eddie Shore. Pour sa part, ce fut afin d'aider la famille d'Howie Morenz qu'on tint le second match. Seulement 6000 personnes se pointèrent le 29 octobre 1939 au Forum de Montréal pour ce match entre les vedettes de la NHL et les Canadiens de Montréal au profit de la famille Siebert. On réussit à récolter un bon 15000$ pour ces derniers et l'équipe d'étoile l'emporta 5 à 2.

C'est un autre ancien joueur très populaire du Canadien, Alfred "Pit" Lepine, qui débuta la saison 1939-40 à la barre du Canadien...

Albert "Babe" Siebert fut intronisé au Temple de la Renommée en 1964...

Autre fait à noter, lorsqu'il jouait pour le Canadien, Siebert portait le numéro 1, chose rare pour un joueur...




12 commentaires:

Anonyme a dit…

le gardien avait quel numero ?

Martin ITFOR a dit…

Si j'ai bvien lu, je ne suis pas sur, le gardien Wilf Cude avait également le numéro 1

Anonyme a dit…

Albert Siebert (36-39) --no 1
Wilf Cude (33-41) --no 1
Claude Bourque (38-41) --no 1
Bourque le gardien substitut de Cude.
Mechant mystere approprie pour enquete. On voulait peut-etre meler l'autre equipe sur le gardien dans le but !!!

Anonyme a dit…

Retour de George Hainsworth pour la saison 36-37 a Montreal. Peut-etre que l'on avait prepare un chandail no 1 avec le 'c' pour lui redonner le titre de capitaine, et qu'a la derniere minute ils ont decider de nommer Siebert comme capitaine. D'ailleurs, 36-37 fut la derniere saison d'Hainsworth. Cela n'est simplement qu'une supposition, mais je ne vois pas d'autre explication au no 1 de Seibert. Pour les gardien on se doute qu'il y en avait rien qu'un en habit, et qu'il s'echangeait le dossart no 1.

Martin ITFOR a dit…

effectivement, il n'y eut qu'un gardien en habit jusque dans les années 60...

Sébastian Hell a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Sébastian Hell a dit…

Jusqu'aux années 70, les gardiens avaient habituellement le 1 ou le 20, les deux chandails faits plus grands que les autres dans la série de chandails.

Martin ITFOR a dit…

Ouais, j'imagine que ¸a doit être cool d'avoir un gros chandail de laine épais plein de sueur du goaler régulier parce que t'as été callé sur le cul la veille...

Anonyme a dit…

Complement au quatreme commentaire.

En 1936-37, Haisworth effectuera un bref retour à Montréal. Âgé de 41 ans, il ne participera toutefois qu'à quatre parties.

Alors, quelle etait le premier numero de Albert Siebert avec les Canadiens ?

Martin ITFOR a dit…

Aussi, Sprague Cleghorn, Marty Burke et Herb Gardiner ont également porté le numéro un, je ne pense pas toutefois que Marty Burke l'ait paorté à Montréal toutefois, mais il semblerait que le grand Sprague, probablement le joueur le plus salaud de tous les temps, l'ai porté en même temps que Georges Vézina

Il faut dire que ces joueurs ont débuté la pratique du hockey avant que les numéros soient utilisés, la pratique est arrivé avec les ligues de l'Ouest...

Anonyme a dit…

Les annees 36 a 40 furent des annees sombre pour l'equipe des Canadiens.

Jocelyn T. a dit…

Marty Burke aurait porté le #1 en 1928-29..pendant que Georges Hainsworth portait le 12.
Incidemment ce Marty Burke aurait été le seul à ma connaissance à avoir porté le #1, #2 et le #3 et pour couronné le tout il arborait le désormais célèbre #10 en 1933-34.