Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

lundi 22 août 2011

Trêve de hockey #54 : Sam Laroque



J'aime beaucoup le baseball du 19e siècle. Ces photos de gentlemen moustachus qui semblaient jouer un baseball tellement lent qu'ils feraient probablement partie de la ligue senior de leur ville natale de nos jours. C'est ce que j'aime d'ailleurs de ce sport, c'est le fait que quand on va s'asseoir le cul dans une estrade pour regarder un match, on regarde pratiquement le même sport. Quelques règles ont changés, on ne peut plus lécher ou cracher sur la balle quand on lance par exemple, mais on a très peu changé les règlements. On jouait sans gant aussi au début...

C'est ce qui me "gosse" souvent avec le hockey, surtout quand on s'intéresse à l'histoire du sport. Quand on parle de tel ou tel exploit, il faut souvent expliquer qu'à telle époque tel règlement était effectif et que ça a changé depuis... Encore ces jours-cis, des connards (pardon) se sont rassemblé pour encore changer des règlements de hockey... Ma solution, arrêtez de changer les règles et laisser le monde s'habituer...

Anyway, tout ça pour dire que j'aime beaucoup les fables mythiques du baseball des premiers jours, surtout qu'on a pas à faire de longues recherches extensives afin de savoir qu'est-ce qui était la norme à l'époque. En farfouillant sur des sites à propos de l'histoire du baseball parce que c'est très passionnant de lire à cet effet parce que c'est toujours bien écrit et bien je suis tombé sur un nom assez spécial, celui de Sam Laroque. Sam Laroque a la particularité historique d'être le premier joueur né au Québec a avoir joué dans les ligues majeures...

Simeon Henry Jean LaRoque est né en 1863, le 26 février pour être plus précis, à St-Mathias-sur-Richelieu. Au cs où vous ne le saviez pas, la région du Richelieu est en quelque sorte le berceau du baseball au Québec. C'est dans cette région que les premières équipes se sont organisées et beaucoup des grands joueurs québécois comme Claude Raymond provienne de cette région. Alors il est normal que le premier grand joueur Québécois provienne de cette région. J'ai trouvé très peu d'information à propos de la vie de Sam Laroque à part sa carrière en tant que telle.

C'est en 1886 que Laroque fit ses débuts avec les Clamdiggers de Newburyport (splendide nom) et les Lions de Lynn de la New England League. Il se fit d'ailleurs remarquer durant cette saison en menant la ligue avec 134 coups sûr. C'est en 1888 que Laroque fit le saut dans les ligues majeures avec les Wolverines de Détroit, alors champions défendants de la Série Mondiale. Laroque ne joua que deux matchs avec l'équipe par contre et sans trop peu d'impact malgré une moyenne de .444 pour ses 9 présences au bâton...

C'est en 1890 que Sam Laroque connaîtra sa seule vrai saison, cette fois avec les Alleghenys de Pittsburgh, une équipe qui deviendra les Pirates un an plus tard. Reconnu comme un fier cogneur, Laroque termina la saison avec une moyenne de .242, ce qui n'est pas si pire si on considère que les Alleghenys terminèrent bons derniers de la Nationale avec une fiche catastrophique de 23-113, ce qui devint un record de médiocrité à l'époque... (Le record de tous les temps est de 134 défaites établit en 1899 par les Spiders de Cleveland.) Laroque termina également second de la Ligue Nationale en se faisant atteindre 12 fois par les lanceurs...

La saison suivante, les Alleghenys devinrent les Pirates et Laroque ne joua que 11 matchs avec ces derniers. Il joua également une dizaines de matchs durant cette saison avec les Colonels de Louisville, une équipe de la American Association. La American Association était alors l'autre ligue des majeures. Ce fut ainsi que Laroque termina sa carrière dans les majeures. Il joua en tout 124 matchs avec 3 équipes, terminant avec une moyenne fort respectable de .249 en 482 apparitions au bâton.

Après sa carrière dans les majeures, Laroque devint une sorte de nomade du baseball, se promenant d'une équipe à l'autre qui voulait bien ses services, il faut dire que l'offre et la demande de bons joueurs devenait à cette époque de plus en plus décloisonnée. On était presque 50 ans après le début des premières traces du sport dans les années 1850. On trouve par exemple des traces de la présence de Sam Laroque à la fin des années 1890 et début du siècle au sein de quelques équipes québécoise. Il a notamment évolué avec St-Hyacinthe en 1900 et le Cherrier de Montréal en 1905. Les caricatures montrées ici proviennent d'ailleurs de son passage à Ste-Hyacinthe et ont été prises sur le site de la Society for American Baseball Research.

Laroque a également été joueur-entraîneur dans le Sud des États-Unis, se promenant souvent de ville en ville pour trouver de l'emploi comme entraîneur en plus ces passages au Québec qui étaient apparemment afin de venir visiter sa famille. En 1904, on le retrouve en tant qu'entraîneur avec le Pathfinders de Savannah dans le South Atlantic League, terminant second de cette ligue avec une fiche de 63-48. Sam Laroque fut joueur-entraîneur avec les Oilers de Beaumont dans la South Texas League, terminant avec une fiche de 72-50 et une fiche personnelle de .313. Il fut par la suite l'entraîneur des Bronchoes de San Antonio dans la jeune Texas League en 1901 avec la mission de monter lui-même l'équipe par Sam Maverick Jr., fils du célèbre Sam Maverick. Il s'agit de la dernière trace que j'ai trouvée de Sam Laroque.

Il est décédé en juin 1933 à Highland Park au Michigan. Il a été inhumé dans un cimetierre de Detroit.


Aucun commentaire: