Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

samedi 24 août 2013

Claire Alexander

Claire Alexander en est un dont la carrière a pris à un certain moment un curieux détour.  Après un court stage junior avec les Rangers de Kitchener, il se joint aux Knights de Knoxville de la Ligue Eastern en 1966.  Il joue aussi un peu pour les Jets de Johnstown (voir texte du 17 juillet 2011), mais décide finalement de rentrer chez lui à Collingwood, en Ontario.  Il entreprend s’établir en dehors du hockey et devient laitier.  Il continue toutefois de jouer au niveau senior amateur dans sa région.
En 1973, il se distingue au sein de son équipe, les Terriers d’Orillia, qui remportent la Coupe Allan (le championnat canadien de ce calibre).  Ceci attire l’attention des Maple Leafs de Toronto, qui le convainquent de mettre de côté la route de lait et de retenter sa chance au hockey professionnel.
En 1973-74, avec leur filiale de la Ligue Centrale, les Blazers d’Oklahoma City, il fait immédiatement sentir sa présence avec sa fiche de 23-37-60.  Il est nommé recrue de l’année et meilleur défenseur de la ligue.
C’est la saison suivante, à l’âge de 29 ans, qu’il fait ses débuts dans la LNH.  « The Honest Milkman » (son surnom) partage son temps entre Oklahoma City et Toronto pendant deux ans, avant de faire l’équipe pour de bon en 1976-77.
La saison suivante, il est échangé aux Canucks pour une somme d’argent.  En 1978-79, il se dirige vers les Oilers de l’AMH, où se trouve une jeune recrue prometteuse, Wayne Gretzky.
Il joue par la suite en Allemagne, pour ensuite devenir entraîneur.  En 1984-85, il dirige les Saints de St.Catharines, le club-école des Leafs dans la Ligue Américaine.  Bien que ses résultats soient mitigés, on lui offre néanmoins de devenir l’adjoint de Dan Maloney à Toronto.  Ne voulant pas déraciner sa famille (même si Toronto n’est pas si loin de St.Catharines), il préfère se retirer et retourner à la vie privée.
Sa fiche en carrière dans la LNH est de 18-46-64 (et seulement 36 minutes de pénalité) en 155 matchs, auxquels on ajoute ses 54 matchs (8-23-31) dans l’AMH.
Sources: Jackson, Jonathon, The Making of Slapshot: Behind the Scenes of the Greatest Hockey Movie, John Wiley & Sons Canada Ltd, 2010,
hockeydb.com, legendsofhockey.net, wikipedia.org.

Aucun commentaire: