Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

vendredi 18 octobre 2013

Trêve de hockey #70 - Sam Bowie



Après des années difficiles dans les années 1970, le basketball de la NBA a connu une certaine renaissance avec la rivalité Celtics-Lakers, qui s’est transposée au niveau personnel avec Larry Bird et Magic Johnson.  Par contre, c’est à l’arrivée de Michael Jordan qu’il est vraiment devenu un sport de masse.  Jordan était partout.  Il endossait une multitude de produits et a même fait partie d’un film (Space Jam en 1996).  Même de ce côté-ci de la frontière, où le basketball a ses adeptes mais où le hockey demeure roi et maître, on ne pouvait éviter Jordan.
 
Et pour cause.  En plus d’avoir un style des plus spectaculaires, il a connu une carrière exceptionnelle.  Il a mené les Bulls de Chicago (une équipe qui n’avait pas vraiment une culture gagnante jusque-là) à six titres.  Il a été désigné cinq fois le joueur le plus utile de la ligue et ses 32 292 points le mettent au troisième rang de tous les temps de la NBA.  La liste de ses exploits pourrait être longue.
 
Donc, au repêchage de 1984, il a donc dû normalement être le tout premier choix, d’autant plus qu’en plus de son talent incroyable, il venait de gagner en le titre meilleur joueur de la NCAA avec l’Université de Caroline du Nord, n’est-ce pas?  En fait non, pas vraiment.  Le premier choix a été un grand centre de l’Université de Houston, Hakeem Olajuwon, repêché par les Rockets de Houston.  Mais ce dernier a tout de même connu une carrière phénoménale.  En 18 ans, dont 17 avec les Rockets, il les a menés à trois finales, dont deux titres.  Joueur le plus utile de la ligue en 1994, il a été nommé sur la première équipe d’étoiles six fois.  Membre du Temple de la Renommée, il est premier de tous les temps de la NBA pour les blocs et neuvième pour les points.  Les Rockets sont donc loin d’avoir fait un si mauvais choix en choisissant un tel joueur, qui jouait d’ailleurs dans leur cour.
 
Donc Jordan a été sélectionné deuxième?  Pas plus.  Il a été choisi troisième.  Les Trail Blazers de Portland avaient plutôt jeté leur dévolu sur Sam Bowie.
 
Ayant déjà repêché Clyde Drexler (qui connaîtra une très belle carrière) l’année précédente, les Trail Blazers jugeaient qu’ils n’avaient pas besoin d’un autre garde comme Jordan.  Leur besoin était au centre et comme Olajuwon n’était plus disponible, ils se tournèrent vers Bowie, un grand centre de 7’1’’ issu du prestigieux programme de l’Université du Kentucky.
 
Bowie fut tout de même désigné sur l’équipe d’étoiles des recrues, mais c’est Jordan qui remporta le titre de recrue de l’année.  Par la suite, Bowie se cassa la jambe gauche en 1985, puis la jambe droite en 1986, ce qui lui fera rater la saison presque en entier.  En 1987-88, il se fracture le tibia.  Finalement, en 1989, il quitta les Trail Blazers lorsqu’il fut échangé aux Nets du New Jersey.
 
C’est là qu’il eut ses meilleures saisons.  Il obtint une moyenne de 12,8 points et de 8,2 rebonds, en plus d’être moins affecté par les blessures.  En 1991-92, sa moyenne de 15 points en carrière constitua son sommet en carrière.
 
Après la saison 1992-93, il fut échangé aux Lakers de Los Angeles, mais ses deux saisons passées en Californie furent à nouveau marquées par les blessures.
 
Il prit ensuite sa retraite du basketball, retourna au Kentucky, où il avait connu la gloire au niveau universitaire.  Il se consacra alors à l’élevage de chevaux de courses.
 
En 2012, dans un reportage diffusé à ESPN, Bowie admit que lors des tests médicaux avant le repêchage, il avait caché que ses blessures subies pendant son passage universitaire n’étaient pas complètement rétablies et qu’il en subissait encore les séquelles.
 
Sources :  basketball-reference.com, wikipedia.org.

Aucun commentaire: