Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

lundi 2 décembre 2013

Al Rollins



Pendant la période des six équipes, alors que les formations n’avaient qu’un gardien en uniforme (voir texte du 6 mai 2013), les postes étaient difficiles à obtenir.
 
 
Dans le cas d’Al Rollins, ce sont les agissements discutables de Conn Smythe qui lui donnèrent sa première opportunité.  Au cours de la saison 1949-50, il voulut inciter le vétéran Turk Broda à perdre du poids (voir texte du 14 juillet 2011) et rappela ainsi Gilles Mayer et fit l’acquisition de Rollins pour lui mettre de la pression.  Rollins joua ses deux premiers matchs cette année-là.
 
 
L’année suivante, Rollins partagea la tâche avec un Broda qui ne rajeunissait pas.  Par contre, la chose n’était pas courante et c’est pourquoi le Trophée Vézina était décerné au gardien ayant joué le plus de matchs pour l’équipe qui avait accordé le moins de buts.  De toute façon, il était courant de voir un gardien jouer tous les matchs de son équipe ou du moins, l’immense majorité.  En 1950-51, ce sont les Leafs qui avaient accordé le moins de buts (en plus de gagner la Coupe).  Comme c’est Rollins qui avait joué le plus de matchs (40), c’est lui (et seulement lui) qui mérita le Vézina.  Toutefois, Broda, avec ses 31 matchs, avait significativement contribué, mais son nom n’y fut pas inscrit. 
 
Ce n’est qu’en 1965 que la règle fut changée, lorsque Terry Sawchuk indiqua qu’il refuserait le trophée si la contribution de Johnny Bower n’était pas soulignée.  C’est alors qu’on la changea pour signaler la performance de tous les gardiens ayant joué au moins 25 matchs.
 
En 1951-52, Broda joua son dernier match et Rollins prit toute la place.  Les Leafs terminèrent troisième mais la performance de leur gardien ne sembla pas les impressionner outre mesure (malgré une respectable moyenne de 2,22), puisque qu’ils l’expédièrent à Chicago, l’équipe la plus faible de cette période, contre le vétéran Harry Lumley.
 
En 1953-54, Lumley se mérita le Vézina, puisqu’il était strictement basé sur la moyenne de buts contre, et qu’il afficha un excellent 1,86.  De son côté, Rollins dut se démener devant le but des Hawks, toujours aussi faibles.  Sa fiche fut de 12-47-7 et sa moyenne, assez ordinaire, de 3,23.  Par contre, on voulut souligner malgré tout son travail en l’élisant sur la deuxième équipe d’étoiles (derrière Lumley).  Mais plus important encore,  on le déclara gagnant du Trophée Hart (joueur le plus utile à son équipe), après avoir terminé deuxième au scrutin l’année précédente.  Peu de gardiens ont réussi cet exploit, mais encore moins avec une équipe de dernière place, 37 points derrière les Rangers, en avant-dernière place.  Autre fait rare, Rollins est l’un des trois seuls joueurs à avoir gagné le Hart qui ne sont pas élus au Temple de la Renommée.  Les autres sont Tommy Anderson et Eric Lindros. (Auxquels on ajoutera peut-être bientôt José Théodore?)
 
 
Rollins demeura à Chicago jusqu’en 1957, moment où, suite à l’acquisition de Glenn Hall, il perdit son poste.  Il alla ensuite jouer dans la WHL, avant de refaire surface dans la LNH en 1959-60, pour l’espace de de 10 matchs.  Il s’aligna alors avec les Rangers, avant de retourner dans l’ouest.
 
Il se dirigea ensuite vers le hockey senior, où il se mérita en 1966 une deuxième Coupe Allan.  (Il l’avait déjà remporté en 1946.)  Il devint par après entraîneur de divers clubs et remporta une troisième Coupe Allan, avec les Jets de Spokane en 1970.  Il fut aussi entraîneur des Roadrunners de Phoenix de l’AMH, pour leur dernière année d’existence en 1976-77.
 
Il est décédé en 1996, à l’âge de 69 ans.
 
Sources : legendsofhockey.net, wikipedia.org.

Aucun commentaire: