Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

lundi 12 mai 2014

Johnny Mowers








La carrière de Johnny Mowers a pour le moins été en dents de scie.  Il connut de grands succès, mais aussi d’amères déceptions.
 
À sa première année comme professionnel, en 1939-40, Mowers connut une très bonne saison avec les Knights d’Omaha de l’AHA.  Sa moyenne de 1,93 convainquit l’entraîneur Jack Adams de se séparer du vétéran Tiny Thompson (voir texte du 7 octobre 2013), que les Wings avaient pourtant acquis à gros prix, pour lui confier le filet à Détroit.  Et comme à cette époque, il n’y avait pas vraiment de gardien réserviste, Mowers joua dès sa saison recrue tous les 48 matchs des Wings. 
 
 
Mowers ne déçut pas.  Sa moyenne de 2,01 lui valut presque le Trophée Vézina, se classant tout près du 2,00 de Turk Broda des Leafs. (voir texte du 14 juillet 2011)  Par contre, on lui préféra John Quilty pour le Trophée Calder (recrue de l’année).  En séries, Détroit se rendit en finale, mais s’inclina contre Boston.  
 
La saison 1941-42 fut moins bonne pour les Red Wings (19-25-4).  Mowers demeura néanmoins l’homme de confiance d’Adams, jouant 47 des 48 matchs, avec une moyenne de 3,00.  Détroit se rendit tout de même en finale et alla même jusqu’à prendre une avance de 3-0 sur Toronto.  Les Leafs réussirent par contre un exploit hors du commun, en remontant pour remporter la série et la Coupe.  Il s’agissait de la première fois qu’une équipe accomplissait cet exploit, qui ne sera répété que trois autres fois (dont par les Kings cette année).  Mowers fut l’une des premières victimes de la remontée des Leafs, accordant 19 buts en 4 matchs.
 
En 1942-43, Mowers revint en force.  Jouant tous les 50 matchs, sa moyenne de 2,47 lui valut le Vézina et une nomination au sein de la première équipe d’étoiles.  Les Wings terminèrent premiers en saison régulière, avant de se mériter la Coupe Stanley.
 
C’est alors que la carrière de Mowers prit une tournure inattendue.  En raison de la guerre, Mowers se retrouva dans l’aviation, ce qui le sortit de la Ligue Nationale.  Il passa du temps avec des équipes militaires, puis un peu dans la ligue britannique.
 
Par contre, à son retour, en 1946-47, la Coupe et le Vézina de 1942-43 ne voulaient plus rien dire.  Les Wings étaient passés à autre chose et leur homme devant le but était Harry Lumley.  Il faut dire que Mowers joua tout de même 7 matchs, ses derniers dans la LNH, mais avec des résultats mitigés.  Il montra une fiche de 0-6-1, avec une moyenne de 4,14.  Sa carrière, qui avait débuté de façon fulgurante, se limita donc à trois saisons et quelques matchs.
 
La saison suivante, Mowers devint entraîneur des Capitals d’Indianapolis de la Ligue Américaine, tout en jouant deux matchs dans leur uniforme, mais sans trop de succès.  Des maux de dos l’obligèrent alors à accrocher ses jambières.
 
Il tenta une dernière fois sa chance derrière un banc en 1949-50, avec Détroit, de la Ligue Internationale.  L’expérience dura un an.
 
Il est décédé en 1995, à l’âge de 79 ans.
 
Sources: hockeydb.com, legendsofhockey.net, wikipedia.org.

Aucun commentaire: