Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

lundi 24 novembre 2014

Dit Clapper


Défenseur à son arrivée à Boston en 1927, l’entraîneur Art Ross décida de faire de Dit Clapper un ailier droit.  L’expérience parut prometteuse, puisque Clapper marqua à sa première présence sur la patinoire.
 
Suite à une Coupe Stanley en 1929, les Bruins débutèrent la saison suivante sous de nouvelles de nouvelles règles, plus libérales.  La Ligue Nationale avait dans les faits à toute fin pratique éliminé les hors jeux, puisque les joueurs pouvaient entrer en zone offensive avant la rondelle.
 
Mené par la Dynamite Line (Clapper, Cooney Welland et Dutch Gainor), Boston termina la saison avecc une fiche de 38-5-1.  Leur moyenne de 0,875 demeure encore à ce jour inégalée.  Clapper compta 41 buts en 44 matchs.  Weiland se mérita le championnat des compteurs avec 73 points.  Les Oursons avaient compté au total 179 buts, le double de leur total de l’année précédente, 37 buts de plus que la deuxième équipe (donc près de un de plus par match).  La règle du hors jeu dut être changée au milieu de l’année.
 
Les Bruins croyaient ainsi pouvoir défendre leur titre acquis l’année précédente, mais ils se firent surprendre par les Canadiens en finale.
 
Dit Clapper eut d’autres excellentes saisons par la suite, mais jamais au même niveau.  (Il faut dire que suite au retour de la règle du hors jeu, la production dans la ligue subit une baisse généralisée.)
 
Malgré un gros gabarit pour l’époque (6’2’’ 200 lbs), Clapper n’était pas particulièrement robuste.  Il fut par contre impliqué dans un incident en 1937.  Suite à un bâton élevé, l’arbitre ne se contenta pas de lui décerner une punition.  Il l’insulta également.  Clapper répliqua en lui donnant un coup de poing.  L’arbitre en question s’appelait Clarence Campbell, qui plaida en faveur de Clapper, en raison des insultes proférées.  Clapper s’en tira avec une amende de 100$.  Une fois devenu président de la ligue, ce même Campbell eut à rendre une décision célèbre au sujet d’un autre coup de poing à l’endroit d’un arbitre.  Il se montra moins clément à l’endroit de Maurice Richard et il en résulta l’émeute de 1955.
 
En 1938, Art Ross retourna Clapper à la défense pour former une paire avec Eddie Shore (voir textes du 21 mars 2009 et du 26 mars 2014).  Lorsque Clapper fut nommé au sein de l’équipe d’étoiles, il devint le premier à l’être autant à l’avant qu’à la défense (l’autre est Neil Colville).
 
Clapper fit à nouveau partie de l’équipe championne de la Coupe Stanley en 1939 et en 1941.  Avec ses trois Coupes, il demeure encore à ce jour le joueur qui l’a remporté le plus souvent dans l’uniforme des Bruins.
 
En 1944, il devint le joueur ayant joué le plus de matchs.  Il conserva ce record jusqu’en 1957, alors qu’il fut dépassé par Maurice Richard.
 
Cette même année, il devint joueur-entraîneur, lorsqu’il remplaça Art Ross sur une base intérimaire.  En 1945-46, il obtint le poste sur une base permanente.  Au cours de la saison de 1946-47, il ne joua que six matchs, ses derniers, pour ensuite se concentrer sur sa tâche d’entraîneur.  À l’annonce de sa retraite, les Bruins retirèrent immédiatement son numéro 5 et le Temple de la renommée l’admit aussitôt.  Il est le seul à avoir fait son entrée au Temple alors qu’il était encore actif.
 
Clapper est devenu le premier joueur à jouer 20 saisons dans la LNH.  Encore aujourd’hui, il demeure l’un des neuf à avoir réussi cet exploit avec une seule équipe.
 
Il demeura entraîneur pour deux autres saisons, mais devant le manque de résultats, il démissionna.
 
Il retourna par la suite à Peterborough, pour s’occuper de sa compagnie de plomberie et de son magasin d’articles de sports, en plus de s’impliquer en tant que directeur des Petes de Peterborough, au niveau junior.
 
En 1973, un AVC lui laissa d’importantes séquelles qui finirent par l’emporter en 1978.
 
En 1983, il y eut une controverse à Boston, alors qu’Harry Sinden assigna son numéro 5 à un joueur dont il venait tout juste de faire l’acquisition.  Qui était ce joueur?  Guy Lapointe, dont les Canadiens viennent tout juste d’accrocher son numéro 5 au plafond du Centre Bell.  Bobby Or exprima son désaccord et Lapointe changea pour le 27.
 
Sources: « Habs icon Lapointe overwhelmed by retirement of his No. 5 » de Dave Stubbs, 7 novembre 2014, Montreal Gazette (montrealgazette.com), wikipedia.org.

Aucun commentaire: