Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

lundi 20 avril 2015

Eddie Gerard


Originaire d’Ottawa, Eddie Gerard travaillait pour l’imprimerie du gouvernement fédéral.  Il jouait également au hockey au niveau amateur, en plus de jouer au football avec les Rough Riders d’Ottawa.  Il joua au poste de centre arrière de 1909 à 1913, avec le club qui à ce moment avait toujours le statut d’amateur.
 
En 1913, il reçut plusieurs offres pour devenir hockeyeur professionnel.  Il opta finalement pour demeurer dans sa ville natale, en choisissant l’offre des Senators.  Ceux-ci lui avaient assuré qu’il pourrait conserver son poste dans la fonction publique.  Il abandonna par contre le football.
 
De 1916 à 1918, il fut joueur-entraîneur.  C’est donc lui qui dirigea les Senators lors de la création de la LNH en 1917.  Par la suite, il conserva tout de même un poste de leadership, alors qu’il fut capitaine de 1919 jusqu’à la fin de sa carrière, en 1923.
 
 L’équipe atteint des sommets en 1920 et 1921, alors qu’elle remporta la Coupe Stanley.
 
En 1922, ce ne sont pas les Senators qui atteignirent la finale, mais bien les St.Patricks de Toronto (les futurs Maple Leafs), qui avaient réussi à éliminer ces mêmes Senators.  Leurs adversaires étaient les Millionnaires de Vancouver de la PCHA.  (La Coupe Stanley n’était pas encore à ce moment la propriété exclusive de la LNH.)  Au quatrième match, le défenseur Harry Cameron se blessa.  Le gérant des Millionnaires, Lester Patrick, donna alors la permission aux St.Pats d’utiliser un autre joueur pour le remplacer.  Ils choisirent Gerard.  C'est un peu comme si l'an dernier, suite à la blessure de Carey Price, les Canadiens avaient emprunté Tuukka Rask, alors qu'ils venaient d'éliminer les Bruins, pour terminer leur série contre les Rangers.  Comme quoi à l’époque, on ne se formalisait pas de certaines choses...

Gerard fut solide en défense et Toronto l’emporta 6-0.  Cameron revint ensuite pour le cinquième match, que les St.Pats remportèrent 5-1.  Ils méritèrent alors la série et la Coupe.  C’est ainsi que le seul match de Gerard dans leur uniforme lui valut une troisième Coupe en trois ans.
 
L’année suivante, de retour avec Ottawa, sa ″vraie″ équipe, Gerard remporta une quatrième Coupe Stanley consécutive.
 
Par contre, une masse se développa dans sa gorge.  Bien que celle-ci s’avéra bénigne, elle affecta sa respiration.  Il prit donc sa retraite comme joueur.
 
En 1924-25, il devint le premier entraîneur des Maroons de Montréal.  Dès sa deuxième saison, il ajouta une cinquième Coupe Stanley à son palmarès, sa première derrière un banc.
 
Il démissionna de son poste en 1929, alors qu’on lui offrit de diriger les Americans de New York, poste qu’il a pourtant décliné.  Suite à une autre mauvaise saison en 1929-30, les Amerks rappliquèrent et lui offrirent à nouveau le poste, que Gerard accepta finalement.  Comme il remplaça Lionel Conacher (voir texte du 9 mai 2009), qui était joueur-entraîneur, Gerard ne voulut pas avoir son prédécesseur sous ses ordres.  Il échangea donc celui-ci aux Maroons.
 
Toutefois, Gerard n’eut pas beaucoup plus de succès que les autres (l’équipe eut trois saisons avec une fiche au-dessus de ,500 en 17 ans) et après deux saisons, il retourna derrière le banc des Maroons.  Il y passa les saisons 1932-33 et 1933-34, avant d’être remplacé par Tommy Gorman. (voir texte du 17 novembre 2014)
 
Il retourna donc avec son équipe originale en 1934.  Par contre, les Senators étaient rendus à St-Louis et se nommaient dorénavant les Eagles.  Le séjour de Gerard derrière leur banc se limita toutefois à 13 matchs et l’existence des Eagles s’arrêta après cette seule saison.
 
En 1937, alors qu’il était toujours à l’emploi du gouvernement, il eut des complications découlant de sa masse à la gorge.  Il mourut à l’âge de 47 ans. 
 
En 1945, à l’ouverture du Temple de la renommée du hockey, Gerard fut l’un des neuf membres inauguraux.
 
Sources : ″Gerard to play for St.Patricks″, Canadian Press, 25 mars 1922, Montreal Gazette, p.22, ″St.Pats Prolong Cup Series″, Vancouver Sunday Sun, 26 mars 1922, p.23, ″The Final Game″, Vancouver Sun, 28 mars 1922, p.8, legendsofhockey.net, wikipedia.org.

Aucun commentaire: