Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

lundi 10 août 2015

Trêve de hockey #79 - Hideki Irabu


 
Hideki Irabu est né sur l’île d’Okinawa, au Japon, où aujourd’hui on retrouve toujours une base américaine.  Son père biologique serait d’ailleurs un soldat américain qu’il n’a jamais connu.
 
Devenu lanceur droitier, il eut une longue carrière avec les Chiba Lotte Marines de la Ligue japonaise.  Spécialiste des retraits au bâton, il fit un lancer qui atteignit 153 km/h.  Cette marque fut un record du Japon pendant 12 ans.
 
En 1997, les Padres achetèrent son contrat de Chiba.  Par contre, celui que certains appelaient le Nolan Ryan japonais refusa d’aller jouer à San Diego.  Pour lui, il n’y avait qu’une seul destination possible en Amérique du Nord : les Yankees de New York.  Les deux équipes finirent par s’entendre.  Pour Irabu et Homer Bush, les Padres obtinrent Rubén Rivera et Rafael Madina (deux joueurs qui n’eurent pas de grandes carrières) et 3 millions $.  Irabu signa un contrat de 4 ans pour 12,8 millions $.
 
Les attentes étaient donc grandes.  Après seulement 8 matchs dans les mineures, Irabu fut rappelé dans la Grosse pomme.
 
Le premier match a laissé une bonne impression.  En 6 manches 2/3, Irabu a retiré 9 frappeurs sur des prises et accordé deux points, dans une victoire de 10-3 des Yankees sur les Tigers de Détroit.  En plus d’avoir attiré 51 901 spectateurs et 300 journalistes au Yankee Stadium, le match a été suivi sur de nombreux écrans géants dans 24 villes du Japon.  Au total, avec la télévision, 35 millions de japonais ont regardé le match.
 
La suite a été moins intéressante.  Irabu s’est montré distant et indifférent envers l’équipe.  Son éthique de travail a soulevé des questions, tout comme le fait d’apporter des cigarettes dans le vestiaire…
 
Mais les Yankees vivaient de belles années et malgré une moyenne de points mérités élevée, Irabu gagna sa part de matchs, en plus de faire partie de l’équipe championne de la Série mondiale en 1998, même s’il n’a pas lancé en séries.
 
Le 1er avril 1999, dans un match du camp d’entraînement sans signification, Irabu manqua à son devoir de couvrir le premier but.  Le bouillant propriétaire des Yankees George Steinbrenner, faisant aussi référence à son excès de poids, l’a alors qualifié de gros crapaud (″fat pussy toad″ pour être exact).  Il l’a également empêché de prendre l’avion vers la Californie avec le reste de l’équipe.  Ce surnom peu flatteur a ensuite collé à la peau d’Irabu.  Il a complété la saison 1999 avec les Yankees, gagné une autre Série mondiale, mais ses jours dans la Grosse pomme tiraient à leur fin.
 
Irabu est passé du marché le plus médiatisé vers l’indifférence totale dans laquelle baignaient des Expos agonisants.  Pour l’obtenir, les Montréalais sacrifièrent deux jeunes lanceurs : Ted Lilly et Jake Westbrook.  Lilly joua au total 15 ans et remporta 130 victoires dans les majeures.  Westbrook joua 13 ans, remporta 105 victoires, ainsi que la Série mondiale avec les Cardinals en 2011.
 
Les résultats d’Irabu à Montréal ont été loin d’être mémorables.  En deux ans, il a été à plusieurs reprises sur la liste des blessés.  En tout, il débuta 14 matchs et compila une fiche de 2-7.
 
Il joua une dernière saison en 2002 avec les Rangers du Texas, cette fois comme releveur.
 
Au total, il cumula une fiche de 34-35, 16 sauvetages, avec une ronflante moyenne de points mérités de 5,15.
 
Il a ensuite effectué un bref retour dans la ligue japonaise.
 
La suite a été un mélange de dépression et de consommation d’alcool abusive.  Il a d’ailleurs été arrêté à quelques reprises à ce sujet (entre autres pour avoir agressé un barman et pour conduite en état d’ébriété)  Il a malgré tout effectué un bref retour en 2009 au sein d’une équipe indépendante, à Long Beach, en Californie.
 
En juillet 2011, alors qu’il vivait en Californie et que sa femme voulait le quitter avec ses enfants, l’histoire d’Hideki Irabu s’est terminée de façon tragique.  Il s’est enlevé la vie.  
 
Sources : ″Irabu réussit sa rentrée″, 11 juillet 1997, AP, La Presse, p.S6, ″Les Japonais voulaient voir ça″ Associated Press, La Presse, 11 juillet 1997, p.S6, ″Hideki Irabu, Briefly a Yankee sensation, Dies at 42″ de Douglas Marin, 28 juillet 2011, New York Times (nytimes.com), ″Late ex-New York Yankees pitcher Hideki Irabu always appeared a troubled man, up until his death″ de John Harper, 29 juillet 2011, New York Daily News (nydailynews.com), ″Page 2 - The List : Steinbrenner’s worst″ de Jeff Merron, ESPN (espn.go.com).

1 commentaire:

alex a dit…

que de "bons" souvenirs...