Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

lundi 25 janvier 2016

Mike Robitaille




Après avoir fait son chemin dans le réseau des Rangers, Mike Robitaille, un défenseur,  parvint à jouer quatre matchs avec le grand club en 1969-70.  Au camp d’entraînement suivant, Robitaille se faisait une place jusqu’à ce qu’il se brise la cheville.  Son élan ralenti, couplé avec la progression de Brad Park, fit en sorte que les Rangers l’échangèrent aux pauvres Red Wings.  Il ne fera toutefois que passer à Détroit, puisqu’à la fin de la saison, il prit le chemin de Buffalo, qui malgré leur statut d’équipe d’expansion, avaient trouvé le moyen de devancer les Red Wings.
 
Avec les Sabres, il eut l’occasion de jouer avec Tim Horton (voir texte du 21 décembre 2012), avec qui il forma une paire efficace.  Le tout prit malheureusement fin abruptement en février 1974, lorsque Horton trouva la mort dans un accident de voiture.  Quelques mois plus tard, en octobre, Robitaille passa aux Canucks.
 
Il se mit alors à souffrir de maux de dos.  On lui donna donc de nombreux calmants, auxquels il développa une dépendance.  Il se mit également à souffrir d’anxiété, pour laquelle il dut recevoir des soins psychiatriques.  Robitaille parvint à se débarrasser de sa dépendance, mais il fut rapidement étiqueté comme un joueur à problème, plaignard, chez qui tout ne tournait pas rond.
 
Le 19 janvier 1977, les Canucks affrontaient les Penguins à Vancouver.  Alors qu’il sortait du banc des pénalités, Robitaille fut violemment mis en échec par Dennis Owchar.  Il endommagea ainsi à nouveau sa colonne vertébrale.  En raison de son historique et de sa réputation, les Canucks prirent du temps avant d’aller à son secours et de le sortir de la patinoire.  Ils firent ensuite peu de cas de son état et ne prirent apparemment pas toutes les précautions nécessaires pour obtenir un diagnostic précis.  On lui dit de se faire masser et de prendre un cognac, avant de le laisser à  lui-même.
 
Au camp d’entraînement de 1977, Robitaille jugea qu’il n’était toujours pas en état de revenir au jeu et ne se présenta pas.  Les Canucks le poursuivirent alors pour bris de contrat.  Robitaille répliqua en poursuivant pour négligence.
 
Il s’avéra que Robitaille avait subi des dommages permanents à son dos et il ne put jamais retourner au jeu.  En fait, il était devenu partiellement invalide.
 
C’est finalement trois ans plus tard, alors que Robitaille ne travaillait toujours pas, qu’il était pratiquement sans le sou et qu’il s’apprêtait à vendre sa maison qu’il obtint un jugement.
 
Le juge détermina que Robitaille était responsable de sa condition à hauteur de 20%.  Les Canucks, par l’entremise du président Bill Hughes et du directeur-gérant Phil Maloney, ont été reconnu coupables de négligence et d’atteinte à la réputation et ont dû débourser environ 80% des 435 000$ que réclamaient Robitaille, soit 347 840$.  Les Canucks ont porté la cause en appel, mais en vain.
 
Par la suite, Robitaille a travaillé de nombreuses années comme commentateur, autant à la radio qu’à la télé, pour les matchs des Sabres.  Il dut par contre prendre une pause alors qu’en février 2010, il réendommagea son dos dans un sérieux accident de la route.
 
Il a pris sa retraite du micro en 2014.
 
Sources : “Robitaille obtient $347,840 des Canucks”, PC, 20 décembre 1979, La Presse, p.B2, “Canucks appeal Robitaille decision”, CP, 20 février 1980, Montreal Gazette, p.47, “His Special Hockey Memory Is a Body Check And His Plea For Help” de Les Layton, 22 août 1981, St.Petersburg Independent, p.6C.

Aucun commentaire: