Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

mardi 2 février 2016

Les Red Wings en prison




Au jour de l’an, on a fait grand état de la classique hivernale, entre Montréal et Boston.  Cet événement existe depuis 2008 et ce dernier suivait la première classique héritage, en 2003.
 
Pourtant, il ne s’agissait pas du premier match extérieur.  Bien qu’il s’agissait de matchs hors concours, il y en a eu d’autres auparavant.  Le premier a eu lieu il y a aujourd’hui 62 ans et il s’est déroulé dans un contexte bien particulier.  Il a eu lieu dans la prison de Marquette, dans la ville du même nom au Michigan.
 
De 1947 à 1953, les prisonniers avaient le droit de patiner et de botter une rondelle.  C’est à ce moment que le directeur-gérant des Wings, le pourtant pas très sympathique Jack Adams, fit une visite promotionnelle pour la brasserie Stroh’s avec Ted Lindsay.  Il aurait ensuite fait don d’équipements et d’uniformes aux détenus, faisant de Marquette la seule prison avec une équipe organisée.  Celle-ci prit le nom de… Pirates.
 
Le 2 février 1954, suite à une demande du directeur, Adams organisa la rencontre entre eux et les Red Wings.  Selon certaines versions, c’est lui qui en défraya les coûts.  Selon d’autres, c’est le budget de la prison qui les absorbèrent.
 
Il faut dire que Marquette n’était pas n’importe quelle prison.  Elle était à sécurité maximum et surnommée l’ « Alcatraz du nord ».  Parmi les adversaires des Wings, on trouvait des voleurs de banque, des pyromanes et des meurtriers.  Selon les dires de Ted Lindsay, il s’agissait de gens qui apparemment, aimaient bien son style robuste…
 
Les conditions n’étaient pas parmi les meilleures.  Il faisait froid et il neigeait, mais ça n’a pas empêché les autres détenus de regarder le match et de bruyamment faire sentir leur présence.  Par contre, Gordie Howe a affirmé qu’il s’agissait d’une des plus belles glaces qu’il a vues.  Par politesse?
 
Même sans pousser la note, les Red Wings étaient beaucoup trop forts pour leurs adversaires.  Après une période, ils menaient 18-0.  Par la suite, on échangea quelques joueurs et on cessa de compter les buts.
 
 
À la fin du match, le directeur de la prison présenta un seau à Jack Adams, à titre de trophée.
 
Sources : « Detroit Red Wings Head for Prison », 2 février 1954, Milwaukee Journal, p.13, “Wings in “Prison””, 3 février 1954, Montreal Gazette, p.17, “Have Sticks, Will Travel, Trip for Prison Six Unlikely”, 10 février 1965, Milwaukee Sentinel, page 2 part 2, “Wings first outdoor game was in prison” de Bill Roose, 9 février 2010 (redwings.nhl.com), wikipedia.org.

Aucun commentaire: