Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

mercredi 2 mars 2016

La fusion Barons/North Stars (3e partie)










Après avoir parlé des performances atroces des Barons dans la première partie et ensuite des détails de la fusion avec les North Stars dans la deuxième partie nous voici donc au troisième chapitre de cette saga sans fin. Je ne pensais pas écrire autant sur le sujet mais plus je m'avance dans mes recherches et plus je découvre des faits fascinants et plus mes paragraphes se multiplient. Continuons donc...

La fusion North Stars/Barons de 1978 eut initialement un effet positif sur la franchise du Minnesota dont la moyenne de spectateurs par match passa de 8000 en 1977 à 15 000 en 1982. L’équipe revigorée retrouva une certaine stabilité grâce à un bon travail de recrutement et d’encadrement et les North Stars participèrent aux séries durant 7 saisons consécutives à partir de 1980. J’oserais même dire qu’ils étaient une des meilleures équipes du début de la décennie, se rendant deux fois en finale d’association et une fois en finale de la coupe Stanley en 1981. Mais plusieurs événements se passèrent en coulisses dans la région de Minneapolis, ce qui fit en sorte que la franchise dut à nouveau faire face à l'incertitude vers la fin de la décennie.





Tout commença en 1984 lorsque les frères Gund tentèrent de se porter acquéreurs du terrain avoisinant leur aréna, le Met Center, situé en banlieue de Minneapolis à Bloomington. Ce terrain était le site du Metropolitan Stadium, l’ancien stade abritant les Vikings et les Twins que les Gunds avaient à l’œil depuis sa fermeture en 1981 et dont la démolition était prévue pour l'été de 1985. Ils voulaient notamment y développer un secteur commercial avec hôtels, bureaux d’affaires et centres d’achats en plus d’agrandir et rénover le Met Center par la même occasion. La commission des sports du Minnesota, propriétaires du terrain, refusèrent leurs offres à maintes reprises et vendirent finalement le terrain à d’autres hommes d’affaires qui y construisirent le “Mall of America”, le plus vaste centre commercial des États-Unis.

Se sentant trahis par la commission des sports, les Gund devinrent de plus en plus blasés et désintéressés à continuer d’investir autant au Minnesota où ils devaient jouer du coude non-seulement avec cette commission des sports mais aussi avec trois autres équipes sportives d’envergure au Minnesota; les Vikings (NFL), les Twins (MLB) et les Golden Gophers de l’Université du Minnesota (NCAA) dont l’équipe de hockey attirait autant sinon plus de fans que les North Stars. 


Le Met Center (à l'avant plan)
et le Metropolitan Stadium (à l'arrière-plan)


Pendant ce temps l’équipe commençait à tranquillement s’essouffler dans la décennie suivant la fusion avec Cleveland. Malgré quelques bons coups au repêchage au début de la décennie (Bobby Smith, Steve Payne, Don Beaupre, Brian Bellows), les North Stars furent assez futiles à ce niveau durant le reste des années 80. Par exemple, entre 1982 et 1987, le joueur le plus connu repêché par les North Stars fut le défenseur Frank Musil… Il y eut aussi le flop du premier choix de 1983 où il choisirent Brian Lawton au lieu de Pat Lafontaine ou Steve Yzerman. Même s'ils comptaient toujours sur un bon noyau (Broten, Bellows, Ciccarelli, Maruk, Beaupre) les fans commençaient à tourner l’équipe en dérision en les surnommant les “No Stars” du Minnesota, surtout après l’échange du populaire Bobby Smith à Montréal en 1983.

Les North Stars recommencèrent donc à piquer du nez tant sur la glace qu'au niveau des assistances jusqu’à redescendre sous la barre des 10 000 spectateurs par match en 1989. Les rumeurs de déménagement de l'équipe expliquent en partie cette baisse d'achalandage mais aussi la performance de l'équipe qui termina la saison 1987-88 au dernier rang de la ligue malgré l'arrivée du légendaire Herb Brooks derrière le banc. Ils purent cependant repêcher une future superstar lors du repêchage de 1988 avec la sélection de Mike Modano au premier rang.


Brian Bellows

Pour les Gund, l’exil du Minnesota commença en 1987 lorsqu’une équipe d’expansion dans la NBA du nom des Timberwolves arriva sur la scène sportive du Minnesota. Avec l’arrivée de cette nouvelle équipe, l’agglomération Minneapolis-St.Paul devint la plus petite zone métropolitaine des États-Unis à avoir un club dans les quatre sports majeurs. Ajoutez à tout ça une université comprenant des équipes de première division au basketball, football et hockey. Inutile de vous dire qu’on commençait à se sentir à l’étroit. Les propriétaires des Timberwolves avaient initialement en tête d'occuper et de partager le Met Center lors de la fondation de l’équipe mais le commissaire du basketball désirait que cette nouvelle équipe occupe le centre-ville au lieu de la banlieue. 

C’est alors que commença la construction d’un autre aréna dans la région, le Target Center, dans le centre-ville de Minneapolis. Les propriétaires des Timberwolves tentèrent de s’associer avec les Gund pour la construction de ce nouvel aréna plus urbain et plus luxueux mais les Gund refusèrent de s’allier à ce projet qui selon eux ne faisait pas de sens économiquement et préféraient rester au Met Center. Ce fut pour eux une bonne décision car les Timberwolves et leurs propriétaires furent floués par leurs investisseurs et leurs créanciers furent saisis par les autorités fédérales et ils perdirent ainsi des sommes colossales dans cette aventure qui devint rapidement un éléphant blanc pour la ville. S’ils se désistèrent du projet du Target Center, les Gund désiraient tout de même leur part du gâteau. Ils estimaient qu’ils méritaient aussi du financement de la part de la commission des sports (qui participait à la construction du Target Center) afin de rénover le Met Center qui malgré tout n’était vieux que d’une vingtaine d’année. Ils demandèrent 15 millions à la commission des sports mais cette dernière leur ferma la porte au nez comme d’habitude. Pour les Gund, c’était la goutte qui fit déborder le vase et ils commencèrent à mettre leur plan de départ en action.

Les fameux sièges du Met Center
aux couleurs de l'équipe

J’ai déjà mentionné que le coeur des Gund était resté dans la région de San Francisco après le départ des Seals à Cleveland et l’échec de l’aventure à Oakland leur pesait toujours sur le coeur. Originalement, les Seals étaient une équipe de la WHL qui évoluait à San Francisco dans un aréna du nom du Cow Palace. Lors de la grande expansion de 1967, le premier propriétaire de l’équipe n’aimait pas ce vétuste aréna et il déménagea l’équipe de l’autre côté de la baie à Oakland dans un aréna plus adéquat en attendant la construction d’un nouvel aréna à San Francisco, chose qui n’arriva jamais. Les Seals d’Oakland n’attirèrent jamais autant de fans que l’ancienne équipe de la WHL dont les anciens partisans étaient frileux à l'idée de faire le trajet entre les deux villes. Il faut dire qu’Oakland est davantage une ville de cols bleus que San Francisco qui elle est plus huppée donc les Seals de “Californie” ne réussirent pas à unir les deux agglomérations. Les Gund et le propriétaire Mel Swig n’aimaient pas spécialement le ghetto d’Oakland qui à ce moment étaient une des villes les plus dangereuses aux États-unis, ce qui les incitèrent à déménager à Cleveland (tellement mieux) en 1976. 

Pour vous situer un peu...


Mais vers la fin des années 80, les choses avaient grandement changé dans la baie de San Francisco où il fut finalement décidé de construire un nouvel aréna professionnel mais cette fois dans la ville de San Jose, ville plus au sud de la baie de San Francisco qui est désormais plus populeuse que San Francisco. Cette ville connut un boom important dans les années 80 en devenant une mecque de technologie de pointe et se méritant au passage le surnom de la Capitale de Silicon Valley. Les Gund sautèrent sur l’occasion et voulaient retourner dans ce marché le plus vite possible. Cependant la ligue voyait les choses autrement et ne voulait pas délaisser le marché du Minnesota malgré les problèmes d’assistance persistants et les problèmes d'aréna de la ville. Lors d’une rencontre avec les gouverneurs de la ligue, le propriétaire des Blackhawks Bill Wirtz s’opposa vivement au départ des North Stars qui étaient un des principaux rivaux de son équipe et qui étaient toujours un bon vendeur de billets lors des parties à Chicago.

La ligue proposa donc aux frères Gund de leur octroyer une équipe d’expansion à San Jose à condition qu’ils vendent les North Stars à un acheteur qui maintiendrait l’équipe au Minnesota. George Gund était favorable à cette proposition mais pas son frère Gordon qui croyait avoir travaillé assez dur au Minnesota pour pouvoir y déménager l’équipe au complet et n’était pas enchanté de repartir à neuf avec une équipe d’expansion avec des joueurs marginaux… Il fut toutefois vendu à l’idée lorsqu’on mentionna que puisque les Gund étaient originalement les propriétaires d’une autre équipe avant la fusion de 1978, ils pourraient donc “dé-fusioner” les North Stars et emmener quelques joueurs du système des North Stars avec eux lors d’un autre repêchage de dispersion.

Les Gund trouvèrent éventuellement preneur pour les North Stars et reçurent une nouvelle franchise qui pouvait débuter ses activités à partir de la saison 1991-92 sous le nom des Sharks de San Jose. Donc après les turbulentes années des Seals, le fiasco des Barons et ensuite les années couci-couça avec les North Stars post-fusion, on eut droit à un autre chapitre dans l’histoire des frères Gund et de cette franchise “Frankenstein” avec un autre repêchage de dispersion bizarroïde qui mena à une autre période d'expansion ainsi qu'au retour du turquoise dans la LNH...

George Gund et ses nouveaux Sharks de San Jose

Conclusion dans la quatrième partie.


Sources:
 
stars.nhl.com
State of hockey news
Stadium Games: Fifty years of big league greed and bush league boondoggles, Jay Weiner

Aucun commentaire: