Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

mercredi 23 mars 2016

L'après défusion de 1991 au Minnesota (5e partie)








Dernier chapitre (définitif) de la saga Seals / Barons / North Stars / Sharks et ses incroyables manigances en coulisses...

Vous pouvez lire les autres parties ici:

Voici donc la conclusion...





Après 12 ans comme propriétaires des North Stars, les frères Gund quittèrent le Minnesota en 1990 et se préparaient donc à de nouveaux défis à San Jose en vue de leur première saison prévue pour 1991-92. Ils vendirent les North Stars à un groupe d’hommes d’affaires mené par Morris Belzberg et Howard Baldwin, un ancien membre fondateur des Whalers dans la WHA. Un des enjeux primordiaux pour ces nouveaux propriétaires était de trouver un nouvel aréna pour les North Stars. Le vieux Met Center, en banlieue de Minneapolis, ne convenait plus et était maintenant boudé par les fans qui étaient drastiquement moins nombreux à s’y rendre à partir du milieu des années 80. Le nouveau “Mall of America”, le plus grand centre commercial des états-unis, avoisinait le Met Center et donc le terrain de cet aréna devenait de plus en plus convoité par la ville et par les développeurs immobiliers de toutes sortes. La ville espérait donc secrètement pouvoir raser le Met Center comme elle avait fait pour le Metropolitan Stadium, l’ancien stade des Twins et des Vikings avoisinant le Met Center avant la venue du Mall of America.

Avant de déménager à San Jose, les frères Gund avaient auparavant refusé de s’allier avec les Timberwolves de la NBA afin de partager le nouvel aréna de ces derniers au centre-ville de Minneapolis, le Target Center. Mais Baldwin et Belzberg voyaient les choses autrement et des négociations commencèrent entre les deux organisations. On semblait en voie de trouver un accord mais le tout échoua lorsque vint le temps de parler des partenaires publicitaires. Les Timberwolves étaient commandités entre autres par Coca-Cola et Burger King tandis que les North Stars avaient McDonalds et Pepsi comme sponsors donc une impasse eut lieu dans les négociations car les Timberwolves, propriétaires de l’aréna, ne voulaient pas froisser leurs sponsors en laissant les North Stars afficher d’autres sponsors sur les bandes durant leurs matchs.


Guerre de sponsors au Minnesota


L’équipe dut alors se contenter du Met Center mais Baldwin et Belzberg ne s'y rendraient plus très souvent par la suite car un actionnaire de dernière minute du consortium des North Stars, Norman Green, s’invita au party et coupa l’herbe sous les pieds de Baldwin et Belzberg en achetant 51% des parts de l’équipe. Green était un des propriétaires des Flames de Calgary avant de vendre ses parts et d’acheter la majorité des parts des North Stars. Il avait aussi la réputation d’être un homme d’affaire abrasif qui ne faisait qu’à sa tête en plus d'être un coureur de jupon.

Baldwin, frustré de ne pas avoir réussi un accord avec les Timberwolves, vendit donc toutes ses parts à Green tandis que Belzberg resta en poste temporairement. Belzberg n’aimait cependant pas l’attitude de Green avec qui il eut plusieurs prises de bec. Il quitta lui aussi le bateau en lui vendant également ses parts, laissant Green seul au contrôle du navire. Baldwin et Belzberg se relevèrent toutefois rapidement et devinrent actionnaires des Penguins de Pittsburgh en 1992. Par ailleurs, la femme de Baldwin est celle qui écrivit le film "Sudden Death" avec Jean-Claude Van Damme, utilisant par le fait-même l'aréna des Penguins à rabais pour ce film.

Après être devenu le propriétaire principal de l’équipe, Green y alla d’une déclaration qui fera éventuellement de lui la risée des fans des North Stars. Il déclara que “seul un idiot peut perdre de l’argent avec une équipe de hockey au Minnesota”…
 
Pendant que se tramaient ces jeux de pouvoir en coulisses, les North Stars jouèrent une saison 1990-91 devant des gradins à moitié vide. Le départ des Gund était supposé signifier la fin des rumeurs de déménagement et ramener les fans à l’aréna mais ils terminèrent la saison avec la plus basse moyenne de spectateurs par match de leur histoire (7838). Mais malgré un dossier perdant (27-39-14) ils réussirent toutefois à se faufiler en séries où ils éliminèrent leurs éternels rivaux, les Blackhawks, en première ronde avant de disposer des Blues et ensuite des champions en titre, les Oilers. Contre toute attente, ils se rendirent donc en finale de la coupe Stanley pour la deuxième fois de leur histoire. Mais comme lors de leur première fois en finale 10 ans auparavant contre les Islanders, les North Stars s’inclinèrent contre la puissance de l’heure, cette fois-ci les Penguins de Pittsburgh avec un Mario Lemieux au sommet de son art.





Cette performance en série aida les North Stars à ramener des spectateurs au Met Center lors des saisons suivantes mais ce ne fut pas assez satisfaisant pour Green qui estimait perdre trop d'argent et qui voulait quitter cet aréna désuet à tout prix. Il fit des demandes à la Commission des Sports du Minnesota pour construire un nouvel aréna, mais comme les frères Gund avant lui, Green essuya un refus de leur part, eux qui ne voulait surtout pas investir encore plus d’argent dans un autre amphithéâtre, surtout après avoir construit de peine et de misère le Target Center en 1990.


Norm Green (à droite) en compagnie
du maire de Dallas en 1993

Quelques jours après ces séries cendrillon de 1991, les North Stars durent se soumettre au processus du repêchage d’expansion et de dispersion d’une partie de leurs effectifs afin de fonder la nouvelle équipe des Sharks pour la saison 1991-92 (voir 4e partie). Même s’ils ne perdirent pas vraiment de joueurs vedettes, ces pertes de joueurs vinrent toutefois diminuer la profondeur le l’équipe à un certain degré. Au même moment, Green décida de changer le logo et le chandail de l’équipe pour cette nouvelle ère. Le logo n’indiquerait désormais que le mot “Stars” tandis que la couleur principale du chandail passerait dorénavant du vert au noir. Le jaune disparut totalement de la palette de l’équipe, étant dorénavant remplacé par la couleur "or" qu'on retrouverait seulement dans le logo. Green insista pour qu’aucune mention du mot “North” n’apparaisse sur le logo afin de graduellement renommer l'équipe sous le nom plus commun des "Stars". Il voulait aussi se départir de ces couleurs trop criardes (jaune et vert) qui selon lui faisaient trop “Minnesota”. Selon l’ancien DG Lou Nanne, le changement de logo et de chandail était une façon pour Green de rendre l’équipe plus facile à déménager…


Nouveau logo et nouveau chandail en 1991-92

Green tenta toutefois un dernier coup avec la commission des sports et la ville de Minneapolis en proposant de construire une énorme passerelle nommé le “Skyway” qui aurait relié le Mall of America au Met Center en plus d’apporter des rénovations et des agrandissements majeurs à l'aréna. Ce projet aurait coûté autant que son ancien plan pour un nouvel aréna et c’est sans surprise que la ville lui refusa une fois de plus ces idées de grandeur. Au même moment, Green fut accusé d’agression sexuelle par quelques-unes de ses anciennes secrétaires et employées. La femme de Green aurait aussi menacé de le quitter s’il ne déménageait pas l’équipe afin de fuir les médias qui la pourchassait sans cesse à cause de ce scandale. Quoiqu’il en soit, Green avait donc plusieurs raisons de vouloir quitter le Minnesota. Je ne sais pas si à la base ses intentions étaient bonnes et s’il voulait vraiment réussir avec les North Stars au Minnesota mais il changea rapidement son fusil d’épaule et explora ses options de relocalisation après seulement deux ans comme propriétaire de l'équipe.

Au même moment, la ligue se préparait à introduire plusieurs nouvelles équipes d’expansion et de nouveaux marchés après l’arrivée des Sharks et Green écouta les offres. Il eut même des discussions avec la ville d’Anaheim pour y déménager les North Stars. Un nouvel aréna y était construit et ils cherchaient à y implanter une équipe. Les North Stars aurait alors été renommés les Stars de Los Angeles mais ce projet fut avorté car Green aurait du soit leur vendre l'équipe ou devenir partenaire avec la compagnie Disney, un des principaux partenaires de la ligue dans cette incursion qui était très intéressée à devenir propriétaire d’une équipe de hockey après le succès du film “The Mighty Ducks” et Green dut donc aller voir ailleurs. Les gens de Disney tenaient d'ailleurs absolument au nom Mighty Ducks pour leur franchise et auraient renommé l'équipe en cas de déménagement. Il est assez ironique de penser que Disney aurait pu prendre possession des North Stars car dans le film en question, l’action se passe au Minnesota et les North Stars y font d’ailleurs une apparition, notamment les joueurs Basil McRae et Mike Modano. Si les puristes du sport furent insultés lorsque l’équipe des Mighty Ducks fit son apparition en 1993, imaginez ce qui se serait passé si en plus ils avaient osé déraciner les North Stars du Minnesota…




Mais ce qui devait arriver arriva finalement en janvier 1993 lorsque Green annonça qu’il déménagerait les North Stars à Dallas pour la saison 1993-94, mettant ainsi fin à l’équipe du Minnesota après 26 saisons. Green avait de bons contacts au Texas et la ligue désirait aussi continuer son expansion dans le sud. En 1993-94, en plus des nouvelles équipes à Tampa Bay, Miami, Anaheim et aussi les récents Sharks, on retrouverait désormais une équipe à Dallas. Green devint un paria au Minnesota et jusqu’à ce jour les chants et les chandails “Norm Sucks!” sont toujours en vogue dans la ville de Minneapolis et sa jumelle St.Paul. Le départ des North Stars fut assez déchirant pour les habitants du Minnesota et leurs élus qui négocièrent immédiatement avec la ligue pour ramener une équipe à tout prix dans la région. Les Jets de Winnipeg et les Whalers de Hartford passèrent même très près de déménager au Minnesota avant de finalement aboutir à Phoenix et en Caroline respectivement. Mais au final, la ligue répara les pots cassés en octroyant une franchise d’expansion au Minnesota pour la saison 2000-01, soit seulement 7 ans après le départ des North Stars. Cette équipe put évoluer dans un nouvel aréna, construit cette fois-ci à St.Paul.


le Xcel Energy Center de St.Paul, Minnesota


Le Xcel Energy Center est considéré comme un des plus beaux amphithéâtres des États-unis et contrairement à l’époque des North Stars, le Wild y joue presque toujours à guichets fermés, récoltant d’ailleurs 409 matchs consécutifs à guichets fermés entre le match inaugural en 2000 jusqu’en 2010. Ironiquement, le Xcel Energy Center fut construit sur l'ancien site du St.Paul Civic Center, l'ancien aréna des Fighting Saints de la WHA où les bandes étaient transparentes. Pour sa part, le vieux Met Center fut démoli en 1995 et on retrouve désormais un IKEA sur les lieux. Même si l’équipe du Wild n’est pas toujours bonne (elle est même d’ailleurs pas mal moins bonne que les North Stars à mon avis), les fans demeurent au rendez-vous, ayant appris leur leçon suite au départ des North Stars et sont très attachés à leur équipe désormais. Le Wild rend même hommage aux North Stars avec une étoile (l'étoile du nord) dans l'oeil de la bête sauvage dans leur logo. 



 

Quant à eux, les anciens North Stars, maintenant à Dallas, ont récolté leur part de succès au Texas, remportant d’ailleurs la coupe Stanley en 1999. Norm Green n’était cependant plus en place à ce moment, ayant vendu l’équipe à Tom Hicks en 1996. Il recut toutefois une bague de la part de Hicks en honneur de ses services envers l’équipe. Les Stars, en plus d'avoir gardé une partie du nom des North Stars, ont quand même le mérite d'avoir conservé leurs records d'équipes ainsi que les numéros déjà retirés. Leur plus récent changement de chandail évoque également celui des North Stars en ayant plus d'accent sur le vert. Le dernier North Stars actif fut Mike Modano qui prit sa retraite en 2011.  Le Wild et les Sharks attendent toujours une première conquête de la coupe Stanley.

C’est donc ce qui conclut cette saga Seals/Barons/North Stars/Sharks. Une épopée hors de l’ordinaire où l’on vit passer plusieurs époques du hockey professionnel. Du hockey dilué de talent et empreint du climat de recession des années 70 jusqu’aux années folles d’expansion et de prospérité économique des années 90, on put voir ces deux franchises de l’expansion de 1967 tenter de peine et de misère à survivre dans la LNH mais c’est ce qui démontre que c’est parfois à la deuxième tentative que l’on peut vraiment réussir. Je pense cependant que dans le contexte actuel, on ne reverra plus jamais quelque chose d’aussi loufoque que la fusion de 1978 entre les North Stars et les Barons…

Pensez-y la prochaine fois que vous regardez un match Stars vs. Sharks, vous regarderez en fait les ancêtres des North Stars et des Seals/Barons...





Sources:
A History of Professional hockey in Minnesota, George Rekela
Frozen in time:  A Minnesota North Stars History, Adam Reider
Stadium Games: Fifty years of big league greed and bush league boondoggles, Jay Weiner
stars.nhl.com
State of hockey news
Wikipedia
sportslogos.net
hockeydb

Aucun commentaire: