Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

lundi 11 avril 2016

R.I.P. Bill Gadsby



 
Bill Gadsby nous a quittés récemment, le 10 mars dernier pour être précis.  C'est finalement à l'âge de 88 qu'est décédé celui qui, au cours de sa longue carrière dans la LNH, a dû faire face à l'adversité.  Mais la situation la plus périlleuse dans laquelle il s'est retrouvé est arrivée bien avant.


Article de La Patrie
En septembre 1939, il quitta les Îles Britanniques avec sa mère à bord du paquebot S.S. Athenia, alors que l’éclatement de la guerre était imminent.  Le navire contenait 1 418 passagers, dont 495 canadiens et se dirigeait vers Montréal.  À 400 kilomètres des côtes de l’Irlande, un sous-marin allemand torpilla le transatlantique et le coula.  Au total, 117 personnes perdirent la vie, principalement au moment de l’impact.  Ce moment, le premier bateau allié coulé, a été considéré tellement marquant que le 3 septembre a été choisi comme date pour la journée des Anciens Combattants de la marine marchande.Gadsby, âgé à ce moment de 12 ans, se retrouva avec sa mère dans un bateau de sauvetage, avant d’être secouru.
 
À l’âge de 14 ans, alors qu’il marchait dans sa ville natale de Calgary, un morceau de béton se détacha d’un immeuble de quatre étages et le frôla.
 
Recruté par un dépisteur des Black Hawks quelques années plus tard, il fit ses débuts en 1946 dans la LNH.  Pour Chicago, il s’agissait d’une période creuse (voir texte du 19 août 2013), mais Gadsby s’est tout de même retrouvé au sein de la deuxième équipe d’étoile à deux reprises.
 
Au camp de 1952, il contracta la poliomyélite, mais même la maladie ne parvint pas à venir à bout du robuste défenseur et il put reprendre sa carrière.
 
En 1955, c’est nul autre que Tim Horton (voir texte du 21 décembre 2012) qui fut victime de l’une de ses dures (mais légales) mises en échec.  Horton s’en sortit avec des fractures à la jambe et à la mâchoire.
 
À force de jouer dur et de bloquer des tirs, Gadsby en subit évidemment les contrecoups.  Son épouse avait pris l’habitude de tenir un registre de ses blessures, incluant ses points de suture.  Elle lui en enleva d’ailleurs plusieurs elle-même.  Il a même eu à une certaine époque une assurance qui le dédommageait 5$ pour chacun d’entre eux.  L’assureur fit toutefois par annuler la police bien avant qu’il ne reçoive les plus de 650 qu’il eut au cours de sa carrière.  Il s’est aussi fracturé le nez à onze reprises et reçu un lancer frappé de Bobby Hull en plein cœur.
 
En novembre 1954, Gadsby fut échangé mais encore une fois, il s’aligna avec l’une des mauvaises équipes de l’époque, les Rangers.
 
En 1957-58, il établit un record pour un défenseur avec 46 passes (record évidemment battu depuis).  Sa saison lui valut la deuxième place pour le Trophée Norris (meilleur défenseur) derrière Tom Johnson (voir texte du 5 octobre 2015).  Ça n’empêcha toutefois pas les Rangers de rater les séries.
 
Au cours de son séjour à New York, Gadsby fut tout de même choisi au sein de la première équipe d’étoiles à trois reprises.
 
C’est finalement en juin 1961 que Gadsby eut la chance d’aller plus loin en séries, alors qu’il fut échangé aux Red Wings.  Pourtant, les faibles Rangers trouvèrent le moyen de faire un cadeau à Détroit.  Ils ne reçurent en échange de leur jour étoile que Les Hunt, un joueur de la WHL qui ne joua finalement jamais dans la LNH.
 
 À trois occasions (1963, 1964 et 1966), Détroit fit les séries en terminant quatrième sur six (heureusement que les Rangers et les Bruins étaient chroniquement mauvais à ce moment), mais réussit à se faufiler en finale.  Les Wings réussirent même à provoquer un septième et décisif match en 1964, mais ils perdirent à chaque occasion.  Lorsque Gadsby prit finalement sa retraite en 1966, il n’avait donc toujours pas remporté la Coupe Stanley.
 
À ce moment, il était le meneur de tous les temps pour un défenseur pour les matchs joués (1248), les points (568) et les minutes de pénalité (1 539).  Il est aussi le deuxième joueur (après Gordie Howe) à jouer 1000 matchs dans la Ligue nationale.
 
En 1968, il fut nommé entraîneur-chef des Red Wings, mais ceux-ci étaient au début d’une période pénible et l’expérience ne dura pas.
 
C’est en 1970 que Gadsby fit son entrée au Temple de la renommée.
 
Après avoir joué plusieurs matchs d’anciens, Gadsby a été actif au sein de l’association des anciens Wings et impliqué avec diverses œuvres de charité de la région de Détroit.
 
Sources : “L’Athenia torpillé durant le sauvetage; près de cent morts”, PC, 5 septembre 1939, La Patrie, p.3, “Rescue Craft Bear Hundreds Back to Ports”, 5 septembre 1939, Montreal Gazette, p.1, “Coast Guard to Aid”, 6 septembre 1939, Montreal Gazette, p.1, “Great Gadsby played tough but respectful game” de Dave Stubbs, 7 novembre 2012, Montreal Gazette (montrealgazette.com), “One on one with Bill Gadsby” de Kevin Shea, May 23, 2008 (hhof.com), “Bill Gadsby, N.H.L. star with scars to prove it, dies at 88” de Richard Goldstein, 11 mars 2016, New York Times (nytimes.com), wikipedia.org.

Aucun commentaire: