Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

lundi 25 avril 2016

Russ Blinco



Natif de Grand-Mère, en Mauricie, Russ Blinco n’avait pas le profil typique d’un joueur de hockey des années 1930.
 
Blinco a d’abord joué au niveau universitaire, avec les Redmen de McGill.  À l’époque, les joueurs professionnels qui avaient emprunté cette voie étaient rarissimes.
 
Il a ensuite poursuivi ses études à l’Université Bishop’s de Lennoxville, tout jouant au hockey, au football et au tennis.  Il gradua en littérature en 1931.  Au même moment, il joua aussi avec les Crescents de Brooklyn, une équipe amateur de la région de New York.  C’est ainsi qu’il attira l’attention de Lester Patrick, l’entraîneur des Rangers.
 
Celui-ci l’assigna aux Indians de Springfield de la Ligue Can-Am.  Blinco passa également du temps avec les Bulldogs de Windsor de l’IHL, avant que son contrat ne soit racheté par les Maroons de Montréal.  (voir textes du 18 septembre et du 3 octobre 2010)
 
Blinco arriva à Montréal au cours de la saison 1933-34 et il ne joua que 31 des 48 matchs de son équipe.  Toutefois, il ne mit pas de temps à s’illustrer.  Ses 14 buts le placèrent au troisième rang de son équipe, derrière Lawrence Norcott et Hooley Smith (voir texte du 16 février 2015), qui avaient eux, ont joué la saison en entier.
 
Sa performance de 23 points lui valut tout de même le titre de recrue de l’année (ce qu’on appellera le Trophée Calder à partir de 1936-37).
 
Les Maroons éliminèrent les Rangers (l’ancienne organisation de Blinco) au premier tour des séries, avant de s’incliner devant les éventuels champions de la Coupe Stanley, les Black Hawks.
 
En 1934-35, il joua la saison du début à la fin et récolta 13 buts et 14 passes, à égalité au deuxième rang des pointeurs de l’équipe.  De ces 13 buts, il en marqua 4 le 20 janvier contre le futur membre du Temple de la renommée Roy Worters, des Americans de New York.  (voir texte du 17 juin 2013)  À noter que les Maroons ne connurent que 12 matchs sur 48 de quatre buts ou plus (pour toute l’équipe) au cours de cette saison.
 
Pour ce qui est de l’équipe, ils terminèrent avec une fiche de 24-19-5, avant de causer une certaine surprise en balayant les Maple Leafs en finale, permettant à Blinco de soulever la Coupe.
 
Blinco joua trois autres saisons avec les Maroons, les trois dernières de leur histoire.  Le fait saillant de la décevante saison 1937-38 (la dernière de leur histoire) fut sans doute sa participation au match hommage au regretté Howie Morenz, dans ce qui s’avéra l’une des rencontres initiatrices du match des étoiles.  Mais dans une décennie qui a vu disparaître les Pirates de Pittsburgh, les Quakers de Philadelphie (voir texte du 28 janvier 2009), les Senators d’Ottawa et les Eagles de St-Louis, la Grande Dépression finit par avoir la peau des Maroons.  Avant de mettre la clé sous la porte, ceux-ci ont vendu Blinco, Lawrence Norcott et Earl Robinson à Chicago pour 30 000$.
 
La stratégie n’a pas fonctionné pour les Black Hawks, puisqu’ils ont terminé la saison au fond du classement, avec une fiche de 12-28-8.  Blinco a quant à lui compté 3 buts et amassé 12 passes dans ce qui fut sa dernière saison.
 
C’est ainsi que s’est terminée la carrière du hockeyeur intellectuel.  Adepte de littérature, de bridge et de tennis, celui qui portait d’imposantes lunettes, autant sur la glace qu’à l’extérieur, avait parfois des airs de pasteur.
 
Il déménagea ensuite à Sherbrooke, où il fut entraîneur d’équipes dans les Cantons de l’Est.
 
Plus tard dans sa vie, il s’établit à Bedford, en Montérégie, où il s’impliqua dans sa communauté.  Il y est décédé en 1982, à l’âge de 76 ans.
 
On le retrouve sur le Mur de distinction des Gaiters de Bishop’s depuis 1991.
 
Sources:  “Blinco Gets Four as Montreal Wins,” Canadian Press, The Ottawa Evening Citizen, 21 janvier 1935, p.9, “Maroon centre could be taken for clergyman,“ 14 février 1935, St.Maurice Valley Chronicle, p.10, “Lou’s Wife Writes New Song – Other One Fitting” de Scotty Reston, 20 février 1937, St.Petersburg Independent, p.Six-A, “La désintégration des Maroons s’est accentuée, hier” de Horace Lavigne, 16 septembre 1938, La Patrie, p.22, “Royals Top Rifles to Near 2nd Place”, Montreal Gazette, 16 janvier 1941, p.18, “RBC Wall of Distinction, Class of 91” (gaiters.ca), hockeydb.com, wikipedia.org.

Aucun commentaire: