Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

lundi 9 mai 2016

Léo Lamoureux



Léo Lamoureux est originaire d’Espanola, dans le nord de l’Ontario.  Après avoir joué dans son coin de pays, il se dirigea dans le sud de la province, avant de jouer la saison 1938-39 en Grande-Bretagne.
 
Ce fut ensuite les Royals de Cornwall de la Ligue senior du Québec, puis Hamilton, dans la Ligue senior de l’Ontario.
 
En 1941-42, il gradua finalement dans la Ligue américaine, après avoir signé avec les Canadiens.  Il fut assigné aux Lions de Washington, un éphémère club-école du tricolore.  (voir texte du 5 août 2015)  Il eut également l’occasion de jouer un match avec le grand club.  Il avait dû donc attendre à l’âge de 25 ans avant d’atteindre la LNH.
 
À partir de la saison suivante, l’habile défenseur connut une rare période de stabilité dans sa carrière de hockeyeur.  Il passa cinq saisons avec le bleu blanc rouge.
 
Il connut sa meilleure saison en 1943-44, alors que Montréal domina complètement la ligue avant de remporter la Coupe Stanley.  De son côté, Lamoureux obtint 8 buts et 23 passes en 44 matchs.  Il connut une saison moins remarquable en 1945-46, mais il remporta tout de même une deuxième Coupe.
 
L’année suivante, Lamoureux perdit son poste à la ligne bleue de Montréal, alors qu’un jeune défenseur, Doug Harvey, y prenait place.
 
Lamoureux passa un an dans la Ligue américaine, avant de mettre le cap sur Shawinigan.  Les Cataractes de la Ligue senior connaissaient par contre des moments difficiles.  Au milieu de la saison 1948-49, l’entraîneur Redvers MacKenzie fut congédié.  Le vétéran Lamoureux devint alors joueur-entraîneur.  On retenta l’expérience la saison suivante, mais les résultats ne furent guère mieux et Lamoureux quitta la Mauricie.
 
Il reprit alors son baluchon et joua dans les Maritimes, le nord de l’Ontario et avec Détroit dans l’IHL. (voir texte du 28 janvier 2016)
 
Après une pause de deux ans, il revint au hockey en 1955-56, alors qu’il devint joueur-entraîneur des Chiefs d’Indianapolis de l’IHL.  En 1956-57, son équipe se rendit en finale, mais dut s’incliner contre les Mohawks de Cincinnati. (voir texte du 2 août 2011)  Indianapolis se reprit l’année d’après, alors que Lamoureux mena les siens à la Coupe Turner, malgré une fiche ordinaire en saison.  Son meilleur pointeur était Marc Boileau, un futur entraîneur des Nordiques. (voir texte du 18 mars 2013)
 
Lamoureux passa alors deux autres campagnes loin des patinoires avant qu’on le convainque de reprendre son poste derrière le banc des Chiefs.  Il débuta la saison 1960-61, mais en novembre, il eut une sévère crise d’hépatite qui le força à renoncer à son poste.
 
Sa condition dégénéra et en janvier, la maladie l’emporta, à l’âge de 44 ans.
 
Pour l’honorer, la ligue remplaça le Trophée Wilkinson, remis au meilleur pointeur, par le Trophée Léo Lamoureux.  C’est plutôt ironique, surtout lorsqu’on considère que Lamoureux était un défenseur et qu’il n’accumula pas des tonnes de points au cours de sa carrière.  En fait, à sa meilleure saison, il en obtint 31.
 
Ce trophée fut remis jusqu’en 2001, alors que cette version de l’IHL cessa ses activités.
 
Sources: “Former Hab Lamoureux Dies At 45”, UP, 12 janvier 1961, Montreal Gazette, p.26, legendsofhockey.net, wikipedia.org.

Aucun commentaire: