Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

lundi 13 juin 2016

Mario Faubert



Originaire de Salaberry-de-Valleyfield, Mario Faubert prit en 1972 un chemin encore peu commun à l’époque.  Il rejeta l’offre des Canadiens Jr de la LHJMQ pour choisir une bourse de l’Université de St-Louis.
 
Après deux ans dans l’uniforme des Billikens, Faubert fut sélectionné par les Penguins, au quatrième tour.  À ce repêchage de 1974, Pittsburgh utilisa ses trois premiers choix pour choisir des joueurs du Québec, d’abord Pierre Larouche (voir texte du 12 septembre 2009) au 8e rang, puis Jacques Cossette au 27e et Faubert au 62e.
 
Larouche fit immédiatement l’équipe.  De leur côté, Cossette et Faubert passèrent la saison 1974-75, dans la Ligue américaine, avec les Bears d’Hershey.  Par contre, Faubert eut tout de même l’occasion de jouer 10 matchs avec le grand club.
 
Les années qui suivirent furent un mélange de Ligue nationale, de Ligue américaine et de… liste des blessés (appendice, ligament du genou, dos…).  Bien que bon patineur, on questionna sa puissance et il passa la saison 1978-79 en entier avec les Dusters de Binghampton, en plus d’être laissé sans protection au repêchage d’expansion.
 
 C’est finalement en 1979-80 que Faubert fit définitivement sa place à Pittsburgh.  Suite au manque de profondeur des Penguins à la ligne bleue, mis en évidence par des blessures et ce même repêchage d’expansion, une opportunité se créa pour Faubert.  Ce dernier forma alors un efficace duo de défenseurs avec Randy Carlyle (le futur entraîneur des Ducks et des Leafs).  C’est d’ailleurs avec Faubert à ses côtés que Carlyle remporta le Trophée Norris (remis au meilleur défenseur) en 1980-81. Aidé par ses puissants tirs de la pointe, Faubert ne fut pas en reste, avec 52 points, de loin sa meilleure saison dans la LNH.
 
Les choses semblaient aller rondement pour Faubert jusqu’au 18 novembre 1981.  Dans un match contre les Blues, il subit une importante blessure en tentant de mettre en échec Mike Crombeen. (voir texte du 16 décembre 2013)  Il se fractura le tibia et le péroné.
 
Il tenta de se rétablir avec l’objectif de revenir au camp de 1982, avant de finalement se rendre à l’évidence.  Cette terrible blessure lui avait coûté sa carrière, qui venait pourtant de prendre son envol.
 
Par la suite, il se consacra au golf et à sa carrière dans l’immobilier.
 
En 2003, il se porta candidat pour devenir député de son coin de pays.  Candidat libéral provincial dans le comté de Beauharnois, il est passé à 639 voix de déloger un député en place depuis neuf ans.
 
Sources : « Pens Give Faubert a Second Look » de Bob Whitley,  9 novembre 1979, Pittsburgh Post-Gazette, p.17, « Faubert Finds Rehabilitation Slow Process » de Pete Wevurski, 25 août 1982, Pittsburgh Press, p.D2, « Mario Faubert, un autre hockeyeur en politique… » de Ronald King, 26 mars 2003, La Presse, p.S15, hockeydraftcentral.com.

Aucun commentaire: