Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

mercredi 1 février 2017

Mark Hardy




Si Mark Hardy est le premier joueur de la LNH né en Suisse, il n’en est pas citoyen comme les Mark Streit, Roman Jusi et autres de nos jours.  Son père Lea, originaire de Dorval, jouait au hockey en Grande-Bretagne dans les années 1950.  Sa mère, Barbara Wyatt, est une britannique, patineuse artistique.  Elle se méritera d’ailleurs deux fois la médaille de bronze au championnat européen, en plus de terminer septième au Jeux olympiques d’Oslo, en 1952.
 
C’est alors que son père fut engagé comme entraîneur de l’équipe de St-Moritz que naquit Mark, en 1959.  La famille est toutefois venue plus tard s’établir à Montréal.  Mark a par la suite joué dans la LHJMQ, avec le Junior de Montréal, avec qui il s’est mérité le Trophée Émile Bouchard, remis au meilleur défenseur de la ligue, en 1978.
 
En 1979, Hardy est choisi en 2e ronde, au 30e rang, par les Kings.  Dès l’année suivante, en plus d’un passage à Binghamton, dans la Ligue américaine, il accéda à la LNH.
 
 
C’est en 1980-81 qu’il fit définitivement sa place à Los Angeles, devenue la seule équipe du sud des États-Unis suite au déménagement des Flames d’Atlanta vers Calgary.  De plus, l’équipe dirigée par Bob Berry était relativement isolée de tous ses adversaires.  Aucun match à l’extérieur n’était vraiment proche.  Au moins, les Canucks étaient dans le même fuseau horaire.  En 1982, les Rockies du Colorado, leurs plus proches voisins, déménagèrent au New Jersey.  Les voyages étaient donc exténuants.
 
Les Kings vivaient alors au rythme de la Triple Couronne (Marcel Dionne, Charlie Simmer et Dave Taylor).  L’équipe a connu certaines bonne saisons, d’autres moins bonnes, mais elle n’avait pas de succès en séries éliminatoires.  Durant les huit saisons que passa Hardy avec les Kings, il ne remporta qu’une série, en 1982, contre des Oilers largement favoris et à la veille de devenir dominants.  C’est au cours de cette série que les Kings effectuèrent une remontée remarquable, surnommée le « Miracle on Manchester » (le Forum d’Inglewood était situé sur le boulevard Manchester) et Hardy y a joué un rôle clé.
 
Au troisième match de la série trois de cinq, les Oilers avaient pris une avance de 5-0 après deux périodes, avant que les Kings ne se mettent en marche.  Hardy obtint d’abord une passe sur le deuxième but des Kings et marqua le quatrième.  Et puis, avec cinq secondes à faire en troisième, alors que les Oilers avaient un joueur en punition et que Los Angeles avait retiré le gardien Mario Lessard, Hardy obtint, tout comme Marcel Dionne, une passe sur le but égalisateur de Steve Bozek.
 
Daryl Evans a finalement tranché en faveur des Kings en prolongation.  Les Oilers ont ensuite gagné le quatrième match, mais les Kings sont allés à Edmonton pour éliminer les Oilers dans l’ultime rencontre.  Ils se sont ensuite inclinés au deuxième tour devant les Canucks, en route vers la finale.
 
Même si ce n’était pas sa spécialité, comme on vient de le voir, Hardy pouvait contribuer offensivement.  C’est en d’ailleurs en 1984-85 qu’il atteignit son sommet, avec 14 buts et 53 points, des statistiques tout de même respectables, même dans les offensives années 1980.
 
En 1986, alors que les Kings étaient éliminés des séries, Hardy fut choisi pour représenter le Canada aux championnats du monde, à Moscou.  Il en repartit avec une médaille de bronze au cou.
 
C’est en février 1988 que Hardy fut échangé aux Rangers contre le chevelu Ron Duguay.  Il alla alors rejoindre Marcel Dionne, qui avait été échangé aux Blueshirts un an plus tôt.  Il fut ensuite échangé de nouveau en juin, aux North Stars.  Son passage au Minnesota ne dura toutefois 15 matchs, avant d’être retourné aux Rangers.
 
Hardy vint ensuite terminer sa carrière dans la Ligue nationale avec l’équipe qui l’avait repêché, à temps pour participer à la première finale des Kings, maintenant dans l’ère Gretzky.  Cette finale de 1993 fut bien sûr perdue face aux Canadiens.
 
Après un passage dans l’IHL, il débuta une longue carrière d’entraîneur adjoint dans l’IHL, la ECHL, les Kings et les Blackhawks.  Il a aussi été entraîneur-chef des Blades de Los Angeles au roller hockey.
 
Il est présentement entraîneur-adjoint des Roadrunners de Tucson, le club-école de la Ligue américaine des Coyotes de l’Arizona.
 
Sources : eliteprospects.com, legendsofhockey.net, wikipedia.org.

Aucun commentaire: