Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

lundi 3 juillet 2017

Paul Baxter



Paul Baxter a bénéficié du fait que l’AMH permettait à ses équipes de repêcher des joueurs de 18 ans, alors que la LNH exigeait d’attendre à 19 ans.  Il fut donc un choix de première ronde, 11e au total, des Crusaders de Cleveland en 1974.  Sa saison fut toutefois courte.  Il a joué 5 matchs avec Cleveland, puis à son 2e match avec les Cape Codders de Cape Cod de la Ligue nord-américaine, il subit une blessure au genou qui mit fin à sa saison.  Par contre, lors de son court séjour à Cleveland, le pourtant religieux Baxter donna le ton de sa carrière à venir, en accumulant tout de même 37 minutes de pénalité.  Son style cadrait donc parfaitement avec les agressives années 1970. 
 
L’année suivante, Baxter fut repêché par les Penguins en 4e ronde, mais il demeura avec Cleveland, où il afficha un total de 201 minutes de pénalité.
 
À la fin de la saison 1975-76, les Crusaders rendirent l’âme et Baxter signa donc comme agent libre avec les Nordiques.  Ceux-ci venaient d’être éliminés des séries suite à une attaque sauvage de Rick Jodzio des Cowboys de Calgary qui les avaient privés de leur meilleur joueur, Marc Tardif.  Baxter était donc là pour ajouter de la robustesse.
 
La stratégie a alors bien fonctionné.  Baxter accumula 244 minutes de pénalité et les Nordiques remportèrent la Coupe Avco.
 
En 1977-78 et en 1978-79, Baxter demeura avec les Nordiques et il totalisa 240 minutes de pénalité à chaque occasion.  Au total, à la fin des activités de l’AMH, Baxter était donc le meneur de toute l’existence de la ligue, avec 962 minutes et ce, malgré que pendant les 7 années qu’elle a duré, il n’a pas joué pendant les deux premières et à peine quelques matchs pendant la troisième.
 
Lors de la fusion LNH-AMH, les équipes restantes du circuit maudit eurent des conditions d’admission plutôt difficile et ne purent protéger que trois de leurs joueurs.  Alors qu’on aurait pu croire qu’ils protégeraient des joueurs comme Marc Tardif, Réal Cloutier ou Serge Bernier, ils utilisèrent d’autres façons de les conserver.  Ils choisirent plutôt Richard Brodeur (qui finit par retourner aux Islanders de toute façon), Gary Larivière et Baxter.  De cette façon, ce dernier ne retourna pas aux Penguins, qui détenaient ses droits dans la LNH.
 
Ce ne fut que partie remise puisqu’à la fin de la saison, Baxter devint joueur autonome et signa avec Pittsburgh.
 
À sa deuxième saison avec les Penguins, en 1981-82, la réputation de Baxter, qui n'était pourtant pas si grand, n’était plus à faire.  En novembre et en décembre, il fut la cible de quatre incidents qui entraînèrent la suspension d’adversaires.  Chris Nilan écopa d’abord de trois matchs pour lui avoir lancé une rondelle qui le coupa et demanda neuf points de suture.  Paul Holmgren reçut quant à lui cinq matchs pour un coup de poing destiné à Baxter qui aboutit finalement sur l’arbitre.  Barry Beck (six matchs) et Nick Fotiu (un) des Rangers furent de leur côté suspendus pour avoir quitté leur banc lors d’une mêlée pour lui mettre la main au collet.  Finalement, Blaine Stoughton reçut une suspension de huit matchs pour avoir donné un double-échec à la tête de Baxter.  
 
Baxter continua malgré tout sa saison et atteignit un sommet : 409 minutes de pénalité.  Il s’agissait non seulement du plus haut total de la ligue, mais également du deuxième plus haut total de l’histoire, derrière le 472 minutes de Dave Schultz en 1974-75.  Il s’agit encore aujourd’hui du deuxième plus haut total de l’histoire en une saison.
 
L’année suivante, Baxter établit une autre marque personnelle, mais dans un autre registre.  Il marqua 11 buts, un niveau qu’il n’avait jamais atteint, même dans le junior.
 
Il devint ensuite à nouveau joueur autonome et signa avec les Flames, avec qui il joua ses quatre dernières années.  Au total, le défenseur joua 472 matchs dans la LNH et accumula 1564 minutes de pénalité.  En ajoutant son total dans l’AMH, on en obtient 2526.
 
Les Flames le nommèrent ensuite entraîneur-chef de leur club école, les Golden Eagles de Salt Lake.  Dès sa première année, il les mena à la Coupe Turner.  L’année suivante, ils se rendirent à la finale.
 
Baxter est ensuite retourné dans la Ligue nationale comme entraîneur-adjoint avec Calgary, Chicago, San Jose et la Floride.  Il a aussi été entraîneur-chef du HIFK en Finlande, et entraîneur, directeur-gérant et propriétaire des Wildcats de Wichita Falls de la NAHL.
 
Sources : hockeydb.com, legendsofhockey.net, quanthockey.com, wikipedia.org.

Aucun commentaire: