Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

mardi 1 décembre 2015

Alex Smart




Natif du Manitoba, Alex Smart oeuvrait dans la Ligue senior du Québec, lorsqu’en janvier 1943, il fut rappelé par les Canadiens.  La guerre faisait rage et du côté du tricolore, une jeune recrue, Maurice Richard, s’était brisé la jambe en début de saison.
 
Comme entrée on pouvait difficilement avoir de meilleures conditions.  Dans un match contre les Black Hawks à Montréal, l’entraîneur Dick Irvin le jumela avec Gordie Drillon (voir texte du 10 mai 2012) et Buddy O’Connor, deux futurs membres du Temple de la renommée.  Smart saisit donc l’occasion.
 
En première période, Joe Benoit (voir texte du 30 mars 2015) ouvrit la marque.  Smart obtint ensuite une passe sur un but de Drillon.
 
En fin de deuxième période, Smart marqua son premier but, avec l’aide de Drillon et O’Connor.  Quatorze seconde plus tard, à 19 :54, Smart en marqua un deuxième, toujours avec l’aide de Drillon et O’Connor.
 
En troisième période, Smart compléta son tour du chapeau, en comptant sur une passe du défenseur Glen Harmon.  Aud Tuten empêcha Paul Bibeault (voir texte du 2 août 2011) de récolter un blanchissage dans une victoire de 5-1 des Canadiens.
 
Smart établit ainsi un record de la Ligue nationale : le plus de but à son premier match.  Réal Cloutier (voir texte du 13 octobre 2014) égala ce record en 1979.  Par contre, il faut dire que Cloutier était à ce moment professionnel depuis un moment, ayant joué cinq saisons (et remporté deux championnats des compteurs) de l’AMH.  Fabian Brunnström répéta l’exploit en 2008, avec les Stars de Dallas, après avoir joué dans la Ligue Élite suédoise.  C’est finalement Derek Stepan qui fut le dernier à accomplir ce fait d’armes en 2010, avec les Rangers.
 
Par contre, tout comme dans le cas de Brunnström, ces débuts fracassants ne furent pas annonciateurs d’une longue carrière dans la LNH pour Smart.  Il joua huit matchs avec les Canadiens, amassa cinq buts et deux passes.
 
La saison suivante, il retourna dans la Ligue senior, avec le Royal de Montréal, et on ne le revit jamais dans la grande ligue.  Par la suite, la guerre se termina, les joueurs mobilisés reprirent leur place et Smart n’eut plus d’autre chance.
 
En 1946, il passa aux Senators d’Ottawa, toujours dans la Ligue senior du Québec. (voir texte du 18 juillet 2011)  L’équipe se rendit en finale de la Coupe Allan en 1948 et remporta le trophée en 1949.

Smart est le premier à gauche de la deuxième rangée
 
Smart joua une autre saison dans leur uniforme en 1949-50.
 
Il devint plus tard dépisteur pour les Kings de Los Angeles.
 
Il est décédé en 2005, à l’âge de 86 ans.
 
Sources : « Alex Smart débute avec 3 points » d’Horace Lavigne, 15 janvier 1943, La Patrie, p.18, legendsofhockey.net, wikipedia.org.

Aucun commentaire: