Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

samedi 20 avril 2019

Les salaires pendant la grande crise




On entend souvent que les joueurs de "l’ancien temps" gagnaient des salaires de misère.  Bien que leur rémunération était certainement très inférieure à celle des joueurs d’aujourd’hui, la situation n’était probablement pas aussi dramatique qu’on peut parfois penser, pour les joueurs vedettes du moins.

Par exemple, à sa dernière saison, en 1970-71, Jean Béliveau a gagné 100 000$.  En dollars d’aujourd’hui, l’équivalent serait de 670 297$.  Nous sommes très loin des 15,9 millions $ de John Tavares, mais ça demeure un salaire plus qu’intéressant.

En reculant un peu plus, on constate qu’en 1959-60, à sa dernière saison, Maurice Richard a touché 25 000$.  En tenant compte de l’inflation, ce montant équivaudrait à 219 771$ aujourd’hui.  A-t-il touché sa juste part de tous les profits qu’il a généré?  Sûrement pas.  De plus, il faut tenir compte qu’en prenant sa retraite à presque 39 ans, il devait ensuite trouver d’autre façons de gagner sa vie, ce qu’un ouvrier moyen n’avait pas à faire.  Par contre, il ne s’agit pas exactement d’un salaire de misère.  On note tout de même une progression importante en 11 ans.

En fait de comparaison, si on veut prendre le moment où le pouvoir de négociation des joueurs était au plus bas, il pouvait difficilement l’être plus que pendant la grande dépression.

En 1931-32, la LNH venait de perdre les Quakers de Philadelphie et les Senators d'Ottawa, qui avaient suspendu leurs opérations.  (Seulement les Senators reviendront, pour deux ans seulement.)  À la fin de la saison, cinq des huit équipes étaient déficitaires, incluant les Falcons de Détroit, en faillite.  Bref, les choses n’allaient pas très bien.   

À ce moment, la ligue décida d’imposer un plafond salarial, limité à 7500$ par joueur et à 70 000$ par équipe.  À titre de comparaison, 7500$ en 1932 vaut aujourd’hui 132 760$.  Pendant la grande crise, sans être un pont d’or, ça demeurait tout de même enviable.

Au niveau de l’équipe, 70 000$ est l’équivalent actuel de 1 238 815$.  Pour ceux que ça intéresse, Matthew Peca, un joueur réserviste, a touché 1 300 000$ à lui seul cette année.  Même s’il ne s’agissait pas de salaires de famine à l’époque, il demeure que le progrès des salaires des joueurs est phénoménal.


La Patrie 11 mai 1932

Avec son salaire de 15 000 000$ cette année, Connor McDavid gagne donc l’équivalent du plafond salarial de 12,1 équipes de 1932.  Comme il y n’avait que neuf équipes dans la LNH à ce moment, c’est donc dire que McDavid gagne plus que la ligue au complet en 1932.  En fait, en un match (192 308$), il a gagné presque une fois et demie le salaire annuel maximum qu’un joueur pouvait toucher en 1932 (pour une saison de 48 matchs).

Pour la petite histoire, toujours pendant l’entre-saisons de 1932, James Norris proposa tout de même d’installer une équipe à St-Louis malgré la situation difficile, demande qui fut refusée en raison des coûts de voyagement trop élevés.  (Ottawa tentera tout de même de s’y installer en 1934-35 en devenant les Eagles.  L’expérience ne dura qu’un an, en raison… des coûts de voyagement trop élevés.)  Norris se rabattit donc sur les Falcons, qu’il renomma "Red Wings", et qu’il conserva jusqu’à sa mort en 1952 et qu’il légua à ses enfants.  Il exerça également un contrôle notable sur les Black Hawks et les Rangers.

Sources : "La rigueur des temps force la N.H.L. à l’économie", 11 mai 1932, La Patrie, p.10, "N.H.L. Decides To Set Salary Limit Of $7,500 A Man" de L.S.B. Shapiro, 11 mai 1932, Montreal Gazette, p.16, "Comparing current NHL salaries with past ones in Tableau" de Roberto Rocha, 20 septembre 2012, Montreal Gazette (montrealgazette.com), “Le salaire de Jean Béliveau en dollars d’aujourd’hui” de Caroline Belley, 3 décembre 2014, Radio-Canada (radio-canada.ca), banqueducanada.ca

vendredi 19 avril 2019

Une petite photo pour le plaisir #83 - Youppi!mania




Tout le monde sait qu'à la base, Youppi s'est consacré au baseball.  Suite à la disparition des Expos, il s'est ensuite converti au hockey.

Mais saviez-vous que le très versatile Youppi fait aussi de la lutte?

En effet, lors du récent gala de lutte qui a eu lieu cette semaine à Montréal, on pouvait acheter un chandail Youppi!mania.  Ceci fait référence à deux personnalités qu'on a commencé à remarquer à la fin des années 1970, Youppi et le lutteur Hulk Hogan (et sa Hulkmania).  Pour ceux qui ne sont pas des amateurs de lutte, Hogan arrivait sur le ring en déchirant sa camisole, et c'est dans cette position qu'on a dessiné Youppi.

Par contre, contrairement à Hogan, Youppi est toujours actif et n'est pas encore à la retraite...


jeudi 11 avril 2019

Joueur oublié des 90's #20 : Doug Lidster





Né le 18 octobre 1960 à Kamloops en Colombie-Brittanique, John Douglas Andrew Lidster devint un des piliers de la défense des Canucks durant plusieurs saisons avant d'aller remporter la coupe chez l'ennemi.



Quelques années avant de se faire méprendre pour Jerry Seinfeld, Lidster opta de s'enrôler avec Colorado College dans la première division de la NCAA où il joua à partir de la saison 1979-80. Les Canucks firent de lui un choix tardif lors du repêchage de 1980, le sélectionnant en 7e ronde soit au 133e rang, tout juste derrière Andy Moog. Il joua pendant quatre ans avec Colorado College suite à quoi il fut élu au sein de l'équipe nationale canadienne qui participa aux Jeux Olympiques de Sarajevo en 1984.

Il fit partie de cette équipe qui termina malheureusement hors du tableau des médailles en 4e place mais qui était formée de plusieurs futurs joueurs de la LNH comme Kirk Muller, Mario Gosselin, J-J Daigneault, Russ Courtnall, Patrick Flatley, Dave Gagner, James Patrick et Dave Tippett pour ne nommer que ceux-là.



Après les Olympiques, il joignit les rangs des Canucks pour terminer la saison 1983-84 et il ne quittera jamais plus la LNH par la suite (ou presque). Il devint rapidement un des défenseurs vedettes chez les Canucks qui étaient un club de misère pendant la majorité des années 80. Il aurait été probablement un défenseur  #3 ou 4 dans d'autres équipes mais il devint éventuellement le #1 par défaut à Vancouver.

Il détient d'ailleurs toujours le record pour les points en saison chez les défenseurs de l'équipe alors qu'il obtint 12 buts et 63 points en 1986-87. Son leadership fit également de lui un des trois titulaires du titre de capitaine (avec Dan Quinn et Trevor Linden) pour la saison 1990-91 après le départ du capitaine de longue date Stan Smyl (voir texte du 13 juin 2015). Linden hérita du titre unique et permanent la saison suivante.

Lidster continua son bon travail constant avec les Canucks jusqu'en juin 1993 lorsqu'il passa aux Rangers lors d'un échange quelque peu controversé par les fans des Canucks et aussi des Rangers. En prévision du repêchage d'expension de 1993 accueillant les Panthers et les Mighty Ducks, Vancouver désirait garder ses deux gardiens, Kirk McLean et son adjoint Kay Whitmore. Au même moment, les Rangers se retrouvaient avec deux excellents gardiens et ne voulait pas en perdre un sans rien obtenir en retour. Ils envoyèrent donc le vétéran gardien John Vanbiesbrouck aux Canucks en retour de considérations futures. Les Canucks perdirent ensuite Vanbiesbrouck aux mains des Pantherset durent envoyer Lidster aux Rangers pour compléter l'échange. Je crois que j'aurais préféré perdre Whitmore...

Il débuta donc la saison 1993-94 avec les Rangers mais fut laissé de côté plus souvent qu'autrement sous les ordres de Mike Keenan. Il ne joua que 34 matchs durant la saison régulière mais obtint un poste régulier lors des séries. Il marqua d'ailleurs deux buts contre son ancienne équipe lors de la finale. Lors des célébrations après la victoire du 7e match, Lidster était heureux mais mélancolique. Il déclara que cette victoire était amère pour lui car il connaissait davantage ses adversaires que ses coéquipiers.



Après cette conquête, Mike Keenan était en demande et et il accepta le poste d’entraîneur des Blues de St.Louis. Les Rangers accusèrent les Blues de maraudage et demandèrent compensation. Éventuellement Keenan dut renoncer à une partie de son bonus obtenu à New York et les Blues durent compenser la perte de Keenan. Ils durent donc envoyer le prometteur attaquant Petr Nedved aux Rangers, en retour les Blues obtinrent Esa Tikkanen ainsi que Lidster. 



Lidster ne joua qu'une seule (demie) saison à St.Louis en 1995 suite à quoi il fut ré-échangé aux Rangers en retour du vétéran défenseur Jay Wells. Il joua 3 autres saisons à New York, étant de plus en plus blessé souvent. Il prit sa retraite de la LNH à la fin de la saison 1997-98 pour accepter un poste en temps que joueur et assistant entraineur dans l'équipe nationale canadienne pour la saison 1998-99. En février 1999, alors que le programme international était terminé, Lidster signa comme agent libre avec les Stars de Dallas pour terminer la saison. Il joua donc ses 17 derniers matchs en carrière avec les Stars ainsi que 4 autres en séries. Les Stars remportèrent leur première coupe Stanley en 1999 mais n'eut pas son nom sur le trophée cette fois-ci, n'ayant joué aucun match en finale. Il obtint cependant sa 2e bague suite à quoi il prit sa retraite pour de bon.

Il devint ensuite assistant-coach pour les Tigers de Medecine Hat (WHL), entraineur du Spirit de Saginaw (OHL), assistant pour l'équipe national féminine, assistant pour les Stars du Texas (AHL) et finalement assistant pour les Canucks de 2014 à 2017.

En 897 matchs dans la LNH, il obtint 75 buts, 268 passes pour 343 points.

En terminant voici un extrait de Seinfeld où ils vont voir un match contre les Devils...


lundi 8 avril 2019

Jeff Reese, cette menace offensive





Jeff Reese a connu une carrière honnête, mais pas mémorable.  Celui qui n’a jamais été gardien numéro 1 a joué 174 matchs de 1988 à 1999, avec Toronto, Calgary, Hartford, Tampa Bay et New Jersey.  Ce choix de quatrième ronde n’a jamais remporté la Coupe Stanley comme joueur, mais a remporté la Coupe Turner dans l’IHL, avec les Vipers de Détroit en 1997.

Toutefois, Reese a trouvé le moyen de passer à l’histoire à sa façon et ce, à deux reprises.

D’abord, en janvier 1992, il a fait partie du plus gros échange de l’histoire, qui a compris pas moins de 10 joueurs.  Avec Reese, Michel Petit, Alexander Godynuk, Craig Bérubé et Gary Leeman ont pris le chemin de Calgary.  De l’autre côté, Rick Wamsley, Jamie Macoun, Kent Manderville, Ric Nattress et surtout Doug Gilmour se sont dirigés vers Toronto.  Cet échange inégal a réussi à sortir les Leafs de leur torpeur.

De son côté, Reese a néanmoins profité de son passage à Calgary pour s’inscrire dans le livre des records une deuxième fois.

En fait de médiocrité, on se souvient surtout de la saison 1992-93 pour les 10 petites victoires des Sénateurs d’Ottawa, menaçant ainsi le record des Capitals de Washington comme pire équipe d'expansion.  Toutefois, on se souvient moins que les Sharks, à leur deuxième saison, avaient été pratiquement aussi mauvais qu’Ottawa.  En régression par rapport aux 39 points de leur première saison, San Jose en avait obtenu 24, autant que les Sénateurs (mais avec une victoire de plus).

Le 10 février 1993, à Calgary, c’est Reese, le substitut de Mike Vernon, qui affronta les faibles Sharks.  Par contre, après seulement 2:51 en première période, Reese céda devant cet adversaire pourtant peu menaçant.  Mais par la suite, l’ordre normal des choses a repris sa place.

Les Flames marquèrent ainsi 13 buts sans réplique. Parmi ceux-ci, Reese obtint une passe à chaque période. Ces 3 points au cours d’un même match représentent alors un record pour un gardien, record qui tient toujours. Pourtant, Reese n’avait pas habitude d’accumuler tant de points. En fait, il en a obtenu 8 au cours de toute sa carrière (incluant les 3 de ce match).

Bien que les époques diffèrent et que les comparaisons sont parfois hasardeuses, il demeure que Reese a obtenu en carrière autant de points que Jacques Plante, pourtant reconnu pour son maniement de rondelle et un de plus que Terry Sawchuk, qui a pourtant joué plus de 20 ans.  En fait, au cours de ce seul match, Reese a obtenu autant de points que Gump Worsley et Johnny Bower en ont obtenu dans toute leur longue carrière.

Dans cette victoire de 13-1, Reese n’a toutefois pas été le plus offensif des Flames, puisque Robert Reichel et Theoren Fleury ont amassé 5 points, alors que Gary Suter et Gary Roberts en ont obtenu 4.

Sources: La Presse, 11 février 1993, p.S14, hockey-reference.com, quanthockey.com, wikipedia.org.

vendredi 5 avril 2019

Histoire de cartes: les gardiens du Lightning de 1998 à 2001



Comme les Flyers viennent d'établir le record du plus grand nombre de gardiens utilisés en une saison avec 8 cerbères, j'ai pensé revenir dans le passé pour parler des équipes qui détenaient le record précédent. J'ai d'abord parlé des Kings et de leurs 7 gardiens en 2007-08 et ensuite des 7 autres gardiens des Blues en 2002-03. Mon collègue Martin avait également fait de même avec l'autre équipe qui co-détenait ce record, les Nordiques de 1989-90.

Il ne me reste donc plus aucune équipe avec 7 gardiens à analyser. Je me suis dit que de parler des équipes qui ont employés 6 gardiens n'était pas aussi intéressant donc je pensais arrêter ça là et passer à autre chose. Cependant, en faisant mes recherches j'ai découvert que le Lightning de Tampa Bay a employé au tournant du siècle 6 gardiens différents pendant 3 saisons consécutives. On parle ici de 6 gardiens en 1998-99, 6 gardiens en 1999-2000 et encore 6 gardiens en 2000-01. Bien sûr quelques-uns de ces gardiens revenaient d'une saison à l'autre mais aucun n'a joué avec l'équipe durant toutes les trois saisons et au total cela donne au Lightning un total ahurissant de 13 gardiens employés en 3 saisons...

Vous vous souvenez de la saison 2015-16 quand Carey Price s'est blessé et que le Canadien employa 5 gardiens (Price, Tokarski, Lindgren, Condon et Scrivens) et bien le Lightning vécut la même chose et encore pire pendant trois ans de suite. Il n'y a pas vraiment de record établi pour ce genre de trucs qui s'étale sur plus d'une saison mais je crois que cela devrait surpasser les autres équipes mentionnées plus haut. Quoique les 8 des Flyers....


Le Ligntning, bien avant de devenir l'équipe ridiculement dominante qu'elle est de nos jours, était un véritable ''shitshow'' durant sa première décennie d’existence. Je ne vais pas étaler ici tout l'historique des magouilles qui se sont produites en coulisses à Tampa Bay durant cette période (si ça vous intéresse vous pouvez lire ceci), je vais plutôt me concentrer sur leurs nombreux cerbères. Et par le fait même faire une autre chose qu'on aime bien sur ce blog; parler de cartes de hockey.

Voici donc les 13 (TREIZE!) gardiens du Lightning entre 1998 et 2001.

1. Daren Puppa
1998-99: 13 PJ - 5 V - 6 D - 1 N
1999-00: 5 PJ - 1 V - 2 D - 0 N

Puppa était le gardien numéro un du Lightning depuis son arrivée avec l'équipe en 1993-94 soit lors de leur deuxième année d'existence. Il éprouvait toutefois des maux de dos chronique depuis la saison 1990-91 ce qui fit qu'il peina à jouer sur une base régulière d'année en année. Il n'avait joué que 6 et 26 matchs respectivement lors des deux saisons précédentes et cela ne fit qu'empirer par la suite. Il ne joua que 13 matchs au début de la saison 1998-99 avant d'être mis au rancart pour le reste de la saison. La même chose se répéta l'année suivante et il dut tirer sa révérence et prendre sa retraite après seulement 5 matchs au début de la saison 1999-00.

Comme Puppa était une valeur sûre plus tôt durant son séjour à Tampa, j'ai donc opté pour une carte Upper Deck 1993-94, ma série préférée de tous les temps (voir texte du 30 juillet 2015).


2. Bill Ranford
1998-99: 32 PJ - 3 V - 18 D - 3 N

L'ex gardien des Oilers et gagnant du Conn Smythe en 1990 s'amena à Tampa durant l'été 1998 après deux saisons passées avec les Capitals où il s'était fait ravir le poste de gardien numéro un par Olaf Kolzig. Les Capitals l'envoyèrent donc au Lightning en retour d'un choix de 3e ronde. Il fut le partant lors du match inaugural de la saison et, suite à la blessure de Puppa, il partagea la tâche avec le suivant sur la liste. Il fut cependant échangé aux Red Wings à la date limite des transactions. Ce fut une de ses pires saisons en carrière au niveau des statistiques avec seulement 3 victoires et sa pire moyenne en carrière à 3.90. Il termina sa carrière la saison suivante en effectuant un retour avec les Oilers où il joua une vingtaine de matchs avant d'accrocher ses patins.

Comme carte, j'ai choisi une carte aux allures futuristes, une Upper Deck MVP 1998-99.

3. Corey Schwab
1998-99: 40 PJ - 8 V - 25 D - 3 N

Schwab était déjà avec l'équipe depuis deux saisons. Il avait même joué 31 matchs en 1996-97 mais fut avait été relégué dans les mineures suite à l'arrivée de Ranford. Il débuta donc la saison dans la IHL mais retourna rapidement dans la LNH après le retrait de Puppa. C'est donc lui qui joua le plus grand nombre de matchs en 1998-99 chez le Lightning avec Ranford mais il ne fit à peine mieux que ce dernier avec 8 victoires. Il fut ensuite réclamé par les Trashers lors du repêchage d'expansion mais ces derniers l'échangèrent aux Canucks peu après. Il joua plus tard pour les Maple Leafs en ensuite il retourna avec les Devils (l'équipe qui l'avait repêché) pour la saison 2002-03 où il remporta la Coupe comme adjoint de Martin Brodeur,

Comme carte, j'ai choisi une Donruss 1998-99. J'ai toujours détesté les Donruss mais le mulet de Schwab était trop irrésistible. Il porte en plus le fameux 3e chandail du Lightning de l'époque avec l'arrière-plan de tempête...


4. Derek Wilkinson
1998-99: 5 PJ - 1 V - 3 D - 1 N

Choix de 7e ronde de l'équipe en 1992, Wilkinson était le remplaçant de service du Lightning depuis 1995 alors qu'il joua respectivement 4, 5, 8 et 5 matchs en quatre saisons avec le Lightning. Il retourna ensuite dans la IHL et ne revit plus jamais d'action dans la LNH. C'est tout de même lui qui eut l'honneur de clore cette splendide saison 1998-99 du Lightning alors que Ranford était parti pour Detroit. L'équipe termina avec une fiche de 19-54-9...

Comme carte je n'avais d'autre choix que de reprendre une Donruss comme celle de Schwab. C'est la seule que j'ai trouvé...


5. Zac Bierk
1998-99: 1 PJ - 0 V - 1 D - 0 N
1999-00: 12 PJ - 4 V - 4 D - 1 N

Choix de 9e ronde en 1995, Bierk était l'adjoint de Wilkinson à Cleveland dans la IHL. Il fut rappelé le temps d'un match au mois de décembre 1998 pendant que Ranford était sur le carreau. Il joua ensuite 12 matchs la saison suivante, plus précisément en février et mars 2000. Il s'en sortit tout de même bien avec 4 victoires, 4 défaites et 1 nulle, ce qui représente une des seules fiches non-perdantes parmi ce club des 13. Il joua plus tard pour le Wild et les Coyotes jusqu'à sa retraite en 2004. Aussi il est digne de mentionner que son frère est Sebastian Bach, l'ex-chanteur du groupe heavy metal Skid Row.

Comme carte c'est une Upper Deck à l'horizontale, série standard de 1998-99 avec un chandail tempête...

6. Kevin Hodson
1998-99: 5 PJ - 2 V - 1 D - 1 N
1999-00: 24 PJ - 2 V - 7 D - 4 N

Hodson fut acquis des Red Wings à la date limite des transactions, non pas lors de l'échange de Ranford mentionné plus haut mais plutôt un autre échange le même jour impliquant cette fois Wendel Clark qui prit le chemin de Detroit. Hodson était dans l'organisation des Wings depuis 1993, attendant patiemment son tour dans les mineures jusqu'au bon moment où il devint l'adjoint de Chris Osgood en 1998. Il obtint son nom sur la coupe cette saison-là mais fut relégué dans les mineures une bonne partie de la saison suivante jusqu'à son échange au Lightning. Lors de cette première saison avec le Lightning, il obtint la seule fiche gagnante de ce club des 13 mais il subit cependant une blessure avant la fin de la saison. La saison suivante fut également ponctuée de blessures et il ne sembla pas être la solution. Il fut donc ensuite échangé aux Canadiens durant l'été. Cependant les Canadiens n'ont jamais rien fait avec lui et il ne joua aucunement au hockey durant les trois années suivantes, optant pour coacher dans le hockey mineur en Ontario. Il refit toutefois surface en 2002-03 lorsque le Lightning le ramena au bercail comme adjoint. Il joua 7 matchs cette saison-là et quitta pour l'europe par la suite.

Comme carte c'est cette fois une Topps 1999-2000 avec une photo prise peu après son arrivée de Detroit comme on peut le voir avec son ancien équipement.

7. Dan Cloutier
1999-00: 52 PJ - 9 V - 30 D - 3 N
2000-01: 24 PJ - 3 V - 13 D - 3 N

Cloutier, également membre du club des 7 chez les Kings de 2007-08, fut inclus dans un échange majeur entre les Rangers et le Lightning lors du repêchage de 1999 alors que lui, Niklas Sundstrom et un choix de première ronde en 2000 furent envoyés à Tampa Bay en retour du 1er choix du Lightning de 1999, 4e au total. Ce choix devint l'éventuel flop Pavel Brendl tandis que Cloutier devint le numéro un par défaut du Lightning en 1999-00 et plus tard un gardien efficace avec les Canucks. Voyant qu'il ne gagnait pas plus que ses comparses, les dirigeants du Lightning se rendirent compte qu'il leur faudrait peut-être aussi des défenseurs pour freiner l'adversaire et gagner quelques matchs. Ils envoyèrent donc Cloutier aux Canucks en février 2001 en retour du défenseur Adrian Aucoin.

Comme carte je voulais faire changement avec une Victory 2000-01.


8. Rich Parent
1999-00: 14 PJ - 2 V - 7 D - 1 N

Parent était dans le système des Blues depuis 1997 lorsque le Lightning fit son acquisition en janvier 2000 en compagnie du défenseur Chris McAlpine. En retour les Blues mirent la main sur un Stéphane Richer en fin de carrière. J'ignore alors qui était scratché, renvoyé dans les mineures ou encore blessé mais il y eut une sorte de double tandem à quatre gardiens pendant quelques semaines avec Parent, Cloutier, Bierk et Hodson. Mais au final, Parent joua son sommet de matchs en carrière cette saison-là avec 14 matchs. Il fut cependant échangé aux Sénateurs après la saison contre un choix de 7e ronde mais les Sénateurs le libérèrent après le camp d’entraînement. Il se dénicha un poste avec les Penguins où il joua ses derniers matchs dans la LNH en 2000-01. Il joua ensuite en Allemagne jusqu'en 2006.

Comme carte, on retrouve ici une Upper Deck ''Young Guns'' 2000-01 probablement sortie avant le début de la saison alors qu'il était toujours la propriété des Senators comme l'indique la carte.


9. Dieter Kochan
1999-00: 5 PJ - 1 V - 4 D - 0 N
2000-01: 10 PJ - 0 V - 3 D - 0 N

Choix de 4e ronde des Canucks en 1993, Dieter Kochan a un nom et une histoire aussi étrange que la carte que j'ai choisi pour illustrer son passage parmi ce club des 13. Il s'agit d'une carte ''Pacific Revolution 2000-01...

Kochan ne joua jamais pour les Canucks. Il joua plutôt quatre ans à l'université de Northern Michigan suite à quoi il joua dans la ECHL en 97-98 et ensuite encore plus creux, soit dans la mythique UHL (United Hockey League) pour la saison 98-99. Sa saison 1999-00 en fut ensuite une des plus rocambolesques alors qu'il joua en tout pour 5 équipes. Il passa d'abord la majorité de la saison dans la UHL avec les Icemen de Binghampton mais fut rappelé d'urgence/prêté à 4 autres clubs dont les Solar Bears d'Orlando (IHL), les Griffins de Grand Rapids (IHL), les Falcons de Springfield (AHL) et finalement le Lightning durant la fin de cette autre saison cauchemardesque. Alors que le club était terrassé par les blessures à Hodson, Bierk et même Parent, le Lightning en manque d'autre option fit signer un contrat d'urgence à Kochan, alors qu'il était de retour dans la UHL. Il fut alors le premier (et le dernier) joueur de l'histoire à passer directement de la UHL à la LNH. Pour vous remettre en contexte avec un exemple contemporain pour illustrer cet exploit, c'est comme si un joueur de la LNAH, de la SPHL ou de la FHL était signé par les Sénateurs.

Kochan fit ses débuts le 28 mars 2000 contre les Stars. Il alloua 3 buts sur seulement 6 lancers et fut remplacé par Cloutier. Cependant ce dernier se blessa de nouveau durant le match et Kochan dut terminer le match. Il s'en sortit mieux par la suite et forma un trio avec Cloutier et Bierk pour terminer la saison. Il joua d'ailleurs le dernier match de l'équipe en 99-2000. Il put toutefois monter dans la hiérarchie du Lightning la saison suivante et obtint le poste numéro un avec les Vipers dans la IHL et joua 10 autres matchs avec le Lightning. Il joua ensuite 5 autres matchs en 2001-02 et 1 autre avec le Wild en 2002-03. Cependant il n'obtint qu'une seule victoire en carrière dans la LNH soit lors de son premier séjour en 99-00...


10. Kevin Weekes
2000-01: 61 PJ - 20 V - 33 D - 3 N

Après une histoire comme celle de Kochan, ça fait de bien de retrouver un peu de stabilité pour cette dernière des trois saisons avec l'arrivée de Kevin Weekes comme gardien numéro un avec le Lightning. Obtenu des Islanders lors de la journée du repêchage de 2000 dans un échange permettant aux Islanders de repêcher plus haut, Weekes joua comme un défoncé avec le Lightning, devenant le premier gardien de l'équipe depuis Puppa en 1994 à jouer plus de 60 matchs dans une saison. Malgré tout ça l'équipe employa tout de même 6 gardiens pour une troisième saison de suite mais Weekes n'y fut pour rien alors qu'il ne manqua que 2 ou 3 matchs pour cause de blessure. C'est plutôt Cloutier qui eut plus de problème de blessures et de constance jusqu'à son échange aux Canucks. Weekes était un gardien potable mais était-il vraiment un gardien numéro un de premier plan? Lorsque de meilleures options se présentèrent, le Lightning l'échangea aux Hurricanes en mars 2002. Il joua également pour les Rangers et les Devils jusqu'à sa retraite en 2009.

Comme carte, on retrouve une Upper Deck Victory 2001-02. Je viens de me rendre compte qu'il s'agit plutôt d'une Checklist mais tant pis...


11. Evgeny Konstantinov
2000-01: 1 PJ - 0 V - 0 D - 0 N

Choix de 3e ronde en 1999, Konstantinov fut rappelé d'urgence des Vipers pour venir seconder Kochan le soir du 8 décembre 2000 alors que Cloutier et Weekes étaient tous les deux hors de combat. Je n'arrive pas à trouver plus de détails sur ce match mais Konstantinov ne joua que 24 secondes en relève à Kochan. J'ignore si c'était un cas à la Randy Exelby (voir texte 28 août 2014) où un gardien dut venir en relève au partant pour que ce dernier aille aux toilettes, mais quoiqu'il en soit, ces 24 secondes furent les seules que Konstantinov joua en 2000-01 dans la LNH. Il passa la saison suivante dans la ECHL et revint le temps d'un autre match (20 minutes cette fois) durant la saison 2002-03. Cependant il ne parvint pas à s'établir en Amérique du nord, avec le Lightning ou dans les ligues mineures et l'équipe le libéra en 2005. Il retourna terminer sa carrière en Russie.

Comme carte, voici une Parkhurst 2002-03.


12. Wade Flaherty
2000-01: 2 PJ - 0 V - 2 D - 0 N

Flaherty fut un bon routier pendant près de 20 ans dans divers ligues d’Amérique du nord et principalement au sein d'équipes poches dans la LNH et leurs clubs-écoles. Il est surtout reconnu pour son passage avec les Sharks lorsqu'il formait un duo avec Arthurs Irbe ou bien avec les Islanders où il joua pendant quatre ans. Il fut ajouté à la collection de gardien du directeur géréral du Lightning, Rick Dudley en février 2001 lorsqu'il fut acquis des Islanders pour des considérations futures. Il ne joua que deux matchs avec le Lightning mais au moins il eut la chance de clore cette autre saison minable du Lightning, cette fois tout de même un peu meilleure avec une fiche de 24-47-6-5. Il signa ensuite avec les Panthers durant l'été. Il quitta la LNH en 2003 mais joua dans la ligue américaine jusqu'en 2008.

Comme carte, c'est encore une de ces cartes d'une marque obscures du genre des Pacific qu'on a vu plus haut; une Atomic 2002 avec un morceau de chandail incrusté dedans. Youppi.


13. Nikolai Khabibulin
2000-01: 2 PJ - 1 V - 1 D - 0 N

Il est venu notre sauveur! Le chemin fut sinueux pour s'y rendre mais le Lightning trouva enfin un digne successeur à Puppa en la personne de Nikolai Khabibulin. Absent de la compétition depuis presque deux ans en raison d'une dispute contractuelle avec les Coyotes, Khabibulin fut finalement échangé au Lightning au début du mois de mars 2001. Lui et Stanislav Neckar prirent le chemin de Tampa tandis que Mike Johnson, Paul Mara, Ruslan Zaynullin et un choix de 2e ronde s'en allèrent à Phoenix. Il signa ensuite avec le Lightning mais dut attendre à la fin mars pour disputer son premier match. L'équipe termina la saison avec lui, Weekes et Flaherty. Son arrivée, combinée à celle de Martin St-Louis la même saison ainsi que l'émergence de Brad Richards, Vincent Lecavalier, Dan Boyle ainsi que de membres de soutien comme Dave Andreychuk, Frederik Modin, Ruslan Fedotenko, Pavel Kubina et le nouvel entraineur John Tortorella vinrent transformer le Lightning en une éventuelle équipe championne. En 2002-03, Khabibulin et compagnie ramenèrent le Lightning en séries pour la première fois depuis 1996 et la saison suivante ils remportèrent leur seule coupe Stanley (à ce jour...) Il signa un contrat comme agent libre avec les Blackhawks au retour du lock-out en 2005.

Comme dernière carte, on retrouve une Upper Deck ''Manning the nets'' 2001-02.


Sources:
http://www.boltprospects.com/node/2502
http://www.espn.com/premium/nhl/columns/parent_rob/464593.html

jeudi 4 avril 2019

Une petite photo pour le plaisir #82 - Mike Palmateer en Oilers








Mike Palmateer, gardien mythique des Maple Leafs de la fin des années 1970, n'a pas connu la fin de carrière souhaité. Blessé plus souvent qu'à son tour aux genoux (il est passé 14 fois sous le bistouri durant sa carrière), il fut limité à seulement 34 matchs lors de la saison 1983-84. Les Maple Leafs, préférant avoir des gardiens plus jeune et moins fragile, "tassèrent" Palmateer au profit d'Allan Bester et Ken Wregget lors de la saison suivante. Sans contrat pour la saison 1985-86, il obtint un essai professionnel avec les Oilers d'Edmonton.

Ayant porté le #29 toute sa carrière, c'est bizarre de le voir avec le #30

Cependant, n'ayant pas joué la saison précédente et avec le duo Fuhr-Moog devant lui, Palmateer préféra prendre sa retraite. Il ne joua qu'un seul match pré-saison contre ... les Leafs !

Remarquez le #29 derrière le casque


mardi 2 avril 2019

Barrer la route à Gordie Howe




Lorsque la saison s’achève, on assiste à différentes courses : courses au classement, courses pour une place en séries, mais aussi courses au record.  

Le 22 mars 1953, on jouait les derniers matchs de la saison.  À Détroit, Montréal affrontait les Wings.  Au point de vue du classement, il n’y avait pas d’enjeu, puisque Détroit était assuré de terminer en tête, alors que le Bleu Blanc Rouge ne pouvait terminer ailleurs qu’au deuxième rang.  L’histoire était ailleurs.

Gordie Howe avait 49 buts après 68 matchs, et il semblait presque assuré qu’il allait devenir le deuxième joueur de l’histoire, après Maurice Richard, à marquer 50 buts en une saison.  (Richard l’avait toutefois fait lors d’une saison de 50 matchs.)  Par contre, malgré que l’entraîneur Tommy Ivan lui avait donné plus que sa portion de temps de glace, des Hawks motivés par la possibilité d’atteindre les séries pour la première fois en 7 ans, empêchèrent Howe de marquer.  Le match contre les Canadiens était donc sa dernière chance.

Il faut toutefois rappeler qu’à ce moment, la rivalité entre Détroit et Montréal était intense et que Richard faisait toujours partie de l’équipe.  Le mot d’ordre du côté des Canadiens était donc clair : il fallait stopper Howe et préserver le record de Richard.

C’est Bert Olmstead qui eut la tâche de couvrir Howe pas à pas, malgré qu’Ivan lui donna encore une fois beaucoup de temps de glace.  Olmstead remplit sa mission à merveille, mais il fut aussi appuyé par une performance inspirée du gardien Gerry McNeil, qui fit entre autres un arrêt spectaculaire au milieu de la troisième période aux dépends de Howe.  En bout de ligne, McNeil n’accorda qu’un seul but, qui fut initialement accordé à Red Kelly.  Par contre, en gentleman qu’il était et malgré qu’il aurait été son 20e but de la saison, lui valant ainsi un généreux boni, Kelly alla voir le marqueur pour lui souligner que Metro Prystai avait fait dévier la rondelle.  Kelly dut attendre 8 autres saisons avant de finalement atteindre le plateau des 20 buts.  

Le match se termina finalement 1-1.  Dans un geste manquant de classe, l’entraîneur des Canadiens Dick Irvin sauta sur la glace à la fin de la partie pour lever le bras de Richard dans les airs, se faisant ainsi huer par la foule de l’Olympia de Détroit.

Howe ne perdit pas tout, puisque son total de 95 points constituait à ce moment un nouveau record en une saison.  Néanmoins, il n’atteignit pas la marque de 50 buts, ni en 1952-53, ni à aucun autre moment de sa longue carrière.

Bien qu’il était heureux pour Richard, McNeil n’a pas conservé de fierté particulière au sujet de sa performance, estimant qu’elle avait tout de même une connotation négative.

C'est finalement Bernard Geoffrion qui égala le record de Richard en 1960-61, la saison qui suivit la retraite de son ex-coéquipier.

Sources :

McNeil, David, In the Pressure of the Moment: Remembering Gerry McNeil, Midtown Press, 2016, p.164 à 166,

“Canadiens, Red Wings Play to 1-1 Draw; Gordie Howe Fails in Bid for 50th Goal”, AP, 23 mars 1953, Montreal Gazette, p.20, “Gordie Howe ne peut atteindre son objectif de 50 buts en une saison”, 23 mars 1953, La Presse, p.30, “Howe and Wings Set Record”, Canadian Press, 24 mars 1953, Ottawa Citizen, p.17.

mardi 26 mars 2019

Histoire de cartes : Les 7 gardiens des Blues en 2002-03





Comme les Flyers viennent d'établir le record du plus grand nombre de gardiens utilisés en une saison avec 8 cerbères, j'ai pensé revenir dans le passé pour parler de l'équipe qui détenait le record précédent de 7 gardiens. En fait je dis détenir mais c'est plutôt le terme ''partager'' qu'il faut utiliser ici car en effet le record précédent était partagé par trois équipes; les Kings de 2007-08, les Blues de 2002-03 et les premiers à avoir établi ce record, les Nordiques de 1989-90. 

Mon collègue Martin a d'ailleurs déjà parlé de ces derniers dans le passé (voir texte du 16 mars 2009) et j'ai fait de même l'autre jour avec les Kings (voir texte du 7 mars 2019). Alors aujourd'hui nous allons parler de l'autre ''ex-co-détenteur'' de l'ex-record, les Blues de 2002-03. Et en même temps faire une autre chose qu'on aime bien sur ce blog; parler de cartes de hockey.



Contrairement aux autres équipes mentionnées plus haut, les Blues de 2002-03 étaient un club compétitif et non pas un club de fond de cave à la Nordiques circa 1990. Ils terminèrent deuxième de leur section derrière les Red Wings avec une fiche de 41-24-11 et firent les séries sans grande difficulté malgré cette instabilité devant le filet. Il faut dire qu'ils avaient une défense du tonnerre avec Chris Pronger et Al MacInnis ainsi que la recrue de l'année 2002-03, Barret Jackman. Ils avaient aussi toute une attaque avec un Pavol Demitra dans ses meilleures années (93 points) ainsi que de très bons joueurs comme Keith Tkachuk, Doug Weight et Cory Stillman. C'est plutôt une comédie de malchance et de ridicule qui porta les Blues à employer autant de gardiens. Voici donc leurs 7 portiers cette année-là.

1. Brent Johnson
38 mj - 16 v - 13 d - 5 n

Johnson émergea comme gardien numéro un des Blues après l'échange de Roman Turek aux Flames durant l'été 2001. Il semblait parti du bon pied comme numéro un avec une fiche de 34-20-4 lors de la saison 2001-02. Cependant, il fut le premier d'une longue lignée de blessures chez les gardiens au début de cette saison 2002-03. Dans son cas il se blessa à la cheville lors du camp d’entraînement et ne put finalement jouer qu'à la mi-décembre. Il partagea ensuite une bonne partie du calendrier avec ses adjoints mais manqua encore quelques matchs au début du mois de mars. Cette soudaine fragilité et son jeu inconstant incita les Blues à aller chercher du renfort en vue des séries.

Les Blues semblèrent perdre confiance en lui et ne voyaient plus le potentiel gardien numéro un qu'il était. Il joua très peu la saison suivante et fut même retourné dans les mineures. Il fut échangé aux Coyotes (contre le nomade légendaire Mike Sillinger) en mars 2004. Il devint toutefois un excellent gardien numéro deux, un rôle qu'il joua plus tard pour les Capitals et les Penguins jusqu'à sa retraite en 2012.

Comme carte de Johnson, j'ai trouvé une carte d'une compagnie un peu bâtard, une ''Vanguard'' 2001.


2. Fred Brathwaite
30 mj - 12 v - 9 d - 4 n

Obtenu des Flames dans l'échange de Turek mentionné plus haut, Brathwaite fut le partant pour le premier match des Blues et le gardien numéro un par défaut jusqu'au retour de Johnson. Il se blessa toutefois lors du deuxième match de la saison des Blues. Il revint avant la fin du mois d'octobre mais n'eut cependant jamais de poste assuré malgré son rendement adéquat (dont une série de 5 victoires consécutives). Lorsque de meilleures options se présentèrent pour les Blues, Brathwaite fut simplement libéré avant la fin de saison. 

Il signa avec les Blue Jackets en 2003-04 mais ce furent ses derniers matchs à vie dans la LNH. Il joua ensuite en Russie, tenta un retour en Amérique dans la AHL pendant deux saisons et retourna terminer sa carrière dans la ligue allemande.

Comme carte, j'ai opté pour une Topps ''Heritage'' 2001-02.


3. Reinhard Divis
2 mj - 2 v - 0 d - 0 n

Choix de 8e ronde en 2000, l'autrichien Reinhard Divis était supposé être le gardien #1 des Blues dans la ligue américaine mais la blessure de Johnson bouscula tout le système et Divis fut appelé à seconder Brathwaite en ce début de saison chaotique pour les gardiens des Blues. Lorsque Brathwaite se blessa à son tour lors du deuxième match de la saison, Divis prit sa place et termina la match. Il remporta ensuite sa première décision en carrière lors du 3e match de la saison mais se blessa à l'aine durant le 4e, une blessure qui sembla le mettre au rancart pour la majorité de la saison. 

Il joua sporadiquement avec l'équipe jusqu'en 2006 mais retourna ensuite jouer en Autriche jusqu'à sa retraite en 2012.

On continue avec les cartes de compagnies médiocres avec une ''Be a Player'' 2001-02.


4. Curtis Sandford
8 mj - 5 v - 1 d - 0 n

On continue l'effet domino avec Curtis Sandford qui fut à son tour rappelé des mineures pour seconder Rivis après la blessure de Brathwaite lors du deuxième match. Il vint à relève à Rivis lorsque ce dernier se blessa lors du 4e match. Il disputa ensuite son premier départ lors du 5e match qu'il remporta. Mais lors du 6e match, il fut à son tour victime de cette ridicule épidémie de blessures chez les gardiens de Blues qui en étaient alors déjà à  leur quatrième gardien... et un 5e qui attendait sur le banc.

Sanford, un joueur jamais repêché, joua en tout une soixantaine de matchs avec les Blues en 4 saisons. Il joua aussi plus tard pour les Canucks, les Blue Jackets et les Bulldogs d'Hamilton alors qu'il était propriété du Canadien. Il termina sa carrière en 2015 avec le Lokomotiv Yaroslav dans la KHL.

Pourquoi pas une carte Parkhurst 2005-06 pour se rappeler de Sandford?

5. Cody Rudkowsky
1 mj - 1 v - 0 d - 0 n

Jamais repêché, Cody Rudkowsky fut signé comme agent libre par les Blues en 1999 après 4 saisons junior avec les Thunderbirds de Seattle. Il passa les saisons suivantes dans le système des Blues, sautant de la AHL à la ECHL et vice-versa. Il commença la saison 2002-03 dans la ECHL avec les Titans de Trenton mais fut rappelé dans la AHL et ensuite dans la LNH après les blessures subséquentes à Johnson, Brathwaite, Rivis et compagnie. Il vint donc en renfort en tant qu'adjoint à Sandford lors du 5e match de l'équipe. Sandford se blessa au début du 6e et Rudkowsky termina le match et obtint la victoire 2 à 1, sans allouer de but. Brathwaite était à ce moment sur la galerie de presse et s'approchait d'un retour. Il enfila donc les jambières comme substitut d'urgence. 

En fait, malgré cette hécatombe, les Blues continuaient à gagner. Voyant tout de même l'urgence, ils commençaient à magasiner pour un gardien d'expérience pour se sortir un peu du trou. Brathwaite revint au jeu lors du match suivant et Rudkowsky fut son adjoint jusqu'à l'arrivée d'un nouveau gardien. Rudkowsky fut donc un ''one-game wonder'' et ne rejoua jamais plus dans la LNH. Il continua sa carrière dans la AHL et la ECHL jusqu'à sa retraite en 2008.

Comme carte, j'ai pris une Upper Deck ''Premier Collection'' 2002-03.


6. Tom Barrasso
6 mj - 1 v - 4 d - 0 n

Alors que le mois d'octobre n'était même pas encore terminé et que toutes leurs options potables dans les buts étaient écoulées, les Blues se mirent à la recherche d'un agent libre pour venir colmater les brèches. Ils songèrent à signer Byron Dafoe (voir texte du 19 février 2017), alors en dispute contractuelle avec les Bruins qui venaient de le libérer. Ils optèrent cependant pour une option plus économique en signant le vétéran Tom Barrasso le 1er novembre.

Recrue de l'année en 1984 avec les Sabres et gardien vedette des Penguins durant plusieurs saisons, Barrasso s'amena faire un dernier tour de piste avec les Blues après quelques mois d'inactivité. Après avoir été échangé par les Penguins aux Sénateurs en mars 2000, il prit une année sabbatique et revint en action avec les Hurricanes en 2001-02. Il passa cependant aux Maple Leafs avant les séries, suite à quoi il fut libéré.

Les Blues prévoyaient utiliser Barrasso comme second à Brathwaite jusqu'au retour éventuel de Johnson et ensuite le garder comme 3e gardien s'il jouait bien. Cependant le vieux Barrasso ne put faire mieux qu'une seule victoire en 6 matchs. Au moins cette seule victoire (également sa dernière à vie) était par blanchissage. Johnson revint au jeu à la mi-décembre et Barrasso fut libéré quelques temps après.

C'est une autre carte ''Be a Player'' que j'ai choisi pour Barrasso, une de ses dernières cartes en carrière.


7. Chris Osgood
9 mj - 4 v - 3 d - 2 n

Malgré que le statut quo était désormais rétabli après le retour en santé de Johnson et Brathwaite, les Blues sentaient qu'ils n'iraient pas loin en séries avec ce tandem. Ils continuèrent leur travail adéquat durant le reste de la saison mais lorsque Johnson se reblessa à la fin février, ils préférèrent opter pour Sandford au lieu de Brathwaite.

Désirant plus d'expérience pour les séries, les Blues firent finalement l'acquisition d'Osgood des Islanders à la date limite des transactions. Gagnant de deux coupes Stanley avec les Red Wings en 1997 et 1998, Osgood fut libéré par l'équipe après avoir obtenu Dominik Hasek avant la saison 2001-02. Osgood joua alors deux saisons à New York avant d'être échangé aux Blues. Il obtint un blanchissage lors de son premier match avec l'équipe, ce qui permit aux Blues d'atteindre un autre record avec 5 gardiens ayant obtenu un blanchissage durant la même saison (les autres étant Brathwaite, Johnson, Sandford et Barrasso).

Brathwaite fut donc libéré, Osgood devint numéro un de l'équipe et Johnson fut rétrogradé comme adjoint. Il fut l'homme de confiance de l’entraîneur Joel Quenneville durant les séries mais l'équipe fut éliminée en 7 matchs en première ronde par les Canucks.

Osgood fut le gardien numéro un des Blues la saison suivante, saison où ils n'employèrent que trois gardiens (avec Johnson et Divis) mais ils furent éliminés de nouveau en première ronde. Osgood retourna ensuite avec les Red Wings comme agent libre après le lock-out de 2005 et gagna une autre coupe Stanley avec eux en 2008.

Comme carte, j'ai opté pour le summum du ''bâtard'' avec une Crown Royale 2004 découpé en 3D au die cut.



Les Blues ratèrent les séries 5 fois en 6 ans lors des années suivantes, en employant divers gardiens moyens comme Sanford, Manny Lagace, Chris Mason, Ty Conklin, un Patrick Lalime en fin de carrière et quelques matchs de Ben Bishop à ses débuts. Ils retrouvèrent ensuite plus de stabilité avec Jaroslav Halak, Brian Elliott et ensuite Jake Allen mais toujours pas de gardien qu'on puisse qualifier de faire partie de l'élite. Ils semblent avoir trouvé une solution cette année avec Jordan Binnington qui sortit de nulle part comme gardien numéro un mais est-ce que ce sera pour longtemps? On verra bien. Au moins ils n'ont employé que trois gardiens cette saison.


Sources:
http://a.espncdn.com/nhl/columns/johnson_george/1451382.html

dimanche 24 mars 2019

Trêve de hockey #96 - Visite au Musée Grévin - Suite









En avril 2016, Keith Acton est allé visité le musée Grévin avec sa famille. J'y suis allé lors de la relâche avec la mienne et une nouvelle section était ouverte depuis quelques mois : celle sur les Expos. Dans le cadre des deux matchs pré-saison que les Blue Jays disputeront aux Brewers de Milwaukee ce lundi et ce mardi, je me suis dit que le moment était parfait pour vous partager mes photos. De plus, c'est cette année que nous célébrons le 50e anniversaires de nos "Zamours"

Plusieurs articles de la collection personnelle de Perry Giannas se retrouvaient dans la section ; des casques, des bâtons, des photos, les crampons de Gary Carter, etc.

Le masque que le receveur #39, Brian Schneider, portait en 2003

Plusieurs photos de l'Histoire du baseball à Montréal

Des photos de Gary Carter

Un cadre relatant l'histoire de Jackie Robinson

Jersey de Gary Carter en 1992

Jersey de Tim Raines dans les années 80

Jersey de Pedro Martinez, en 1997




Un casque, une casquette, les crampons, un bâton et le sac, tous ayant appartenu au "Kid"




J'aime bien cette balle

Les bancs du parc Jarry ... ils étaient confortable malgré tout !

Bien sûr, une exposition sur le baseball, dans un musée de cire, doit au moins comporter une statue de cire. Celle qui fut introduit en octobre 2018 fut celle du regretté #8, Gary "Kid" Carter


La position au bâton ressemble à celle que prenait Carter lorsqu'il arrivait dans le rectangle, le visage est très ressemblant, quoi peut-être un peu trop allongé. Ils ont choisi de représenter Carter avec les cheveux frisés. Il lui arrivait cependant parfois d'avoir les cheveux lisses. L'uniforme ne semble pas authentique, mais la reproduction représente bien l'uniforme des années 80, quoique le bleu poudre des pantalons ne soit pas exactement dans la même teinte que la chemise. Tant qu'à être dans les détails, Carter avait l'habitude de ne pas attacher le bouton supérieur.

Bref, j'ai bien aimé ma seconde visite au Musée Grévin. J'y étais aller une fois en 2015 mais sans les enfants. Ils ont ajouté plusieurs accessoires pour prendre des photos avec les statues, dont une réplique d'une ceinture de la UFC afin de défier GSP !

On peut rêver, non ?