Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

samedi 17 août 2019

Promo - La collection de masque McDonald's








Depuis quelques temps, je me suis redécouvert une passion de collectionneur passager, c'est à dire que je collectionne certain items, sans abus. Par exemple, j'ai toujours aimé les rondelles et autres articles de hockey peu encombrants. J'en cherche et garde de plus en plus, mais sans en payer des fortunes.  C'est l'avantage d'aimer aller fouiller dans les ventes de garage, les salons de collectionneurs ou même dans certains comptoirs familiaux.

Et quand je mentionne "redécouvert", c'est que j'étais comme ça plus jeune et, une fois arrivé au milieu de l'adolescence, j'ai laissé tomber cette "passion" que je jugeais enfantine.  Maintenant, ayant 4 enfants, dont trois qui jouent ou ont joué au hockey, j'ai retrouvé cette "passion" et je la partage avec eux.  D'ailleurs, mon fils de 10 ans a trouvé cet hiver quatre masques de la série que McDonald's avait sorti pour la saison 1996-97. À l'époque, je possédais la collection "de base", qui comprenait 7 masques (Bill Ranford-BOS, Jocelyn Thibault-MTL, Mike Richter-NYR, Félix Potvin-TOR, Ed Belfour-CHI, John Vanbiesbrouck-FLO et Patrick Roy-COL).  Je savais qu'il en existait 4 autres pour compléter les équipes canadiennes (Kirk McLean-VAN, Trevor Kidd-CAL, Curtis Joseph-EDM et Damian Rhodes-OTT), mais je n'avais pas réussi à leur mettre la main dessus à l'époque.

La collection 1996-97

Ce que je ne savais pas et qu'un ami m'a révélé, c'est qu'il existe d'autres masques, de l'année précédente!  Pour la saison 1995-96, McDonald's procéda à ce qu'on appelle un "Test Market" (ou "Test Run"), afin de voir la popularité de leur nouveau produit. Ils développèrent 7 masques qui furent distribués seulement dans les restaurants McDonald's de Saskatoon.  De ces masques, il y en 3 qui firent "la coupure" pour 1996-97, mais avec de légères modifications (Potvin-TOR, McLean-VAN et Belfour-CHI). 

La version "Test" du masque de Belfour

Des 4 autres masques de la version "Test", il y avait une réplique du masque de Bill Ranford, alors avec les Oilers d'Edmonton.  Ayant été échangé aux Bruins de Boston en janvier 1996, Ranford eu une nouvelle réplique pour la série "officielle" aux couleurs des Bruins.  Avec ces deux équipes, Ranford disputa son plus haut total de match en une saison, soit 77.


Les Sharks de San Jose étaient représentés dans la version 1995-96, alors que le masque de Wade Flaherty fit partie du "Test". Cependant, le masque de Flaherty ne fut pas retenu pour la version finale, probablement dû au fait qu'il ne disputa que 7 matchs dans la LNH en 1996-97.  Puisque les gardiens titulaires des Sharks au début de la saison (Arthurs Irbe et Chris Terreri) arboraient plutôt des casques de joueur (Ed Belfour arriva en fin de saison), nous n'avons pas eu droit à une autre version d'un masque des Sharks.

Guy Hebert représentait les Mighty Ducks d'Anaheim dans les masques du Test Run mais, malheureusement, il ne fit pas partie de la version officielle, bien que toujours le titulaire des vilains canards. Peut-être que McDonald's fut déçu de l'intérêt des "collectionneurs" sur ce masque, malgré le fait que les Mighty Ducks en n'étaient qu'à leur troisième saison dans la ligue.

Tim Chelveldae, quant à lui disparaissait au même moment de la "map" de la LNH.  Il ne réapparut donc pas dans la sélection pour la collection 1996-97. J'ai d'ailleurs eu énormément de difficultés à trouver des photos de qualité de son masque.

Dans toute l'histoire de ce Test Run, il y a de plus une "légende urbaine", un masque soi-disant aussi rare qu'une victoire de Mike O'Neill.  Semblerait que les Red Wings étaient représentés dans ce Test Run avec un masque de Mike Vernon.  Mais après maintes recherches sur "les zinternets", les blogues et les forums de discussions douteux, nul ne semble en posséder un.  En fait, je n'ai réussi qu'à trouver une seule photo mais qui, selon plusieurs, serait plutôt l’œuvre d'un artiste qui aurait modifié un masque existant.

Si jamais l'un d'entre vous possède ce "saint Graal", je vous en conjure : mettez-le en vente sur eBay, c'est de l'or qui dort !!

Sources :
https://www.sportscardforum.com/showthread.php/2350003-McDonald-s-Mini-Masks-from-1995-(-Test-Market-Set)
He Shoots, He Saves: The Story of Hockey's Collectable Treasures

mardi 13 août 2019

Les arénas des Canadiens - Le Jubilée





Au cours de leur histoire de près de 110 ans, les Canadiens ont eu cinq domiciles.  Où étaient-ils?  Qu’y retrouve-t-on aujourd’hui?  Voici le premier billet d’une série qui nous les présente.

C’est dans le quartier Hochelaga que les Canadiens jouèrent leur premier match le 5 janvier 1910.  Leur premier domicile, l’aréna Jubilée, était situé sur Sainte-Catherine Est, entre Marlborough (aujourd’hui Alphonse-D. Roy) et Seaver (aujourd’hui Omer-Ravary).  Il avait été bâti à peine un an plus tôt.  La glace y était naturelle et on pouvait y accueillir 3200 spectateurs.

Ils n’y joueront qu’une saison, avant de déménager à l’aréna de Montréal.  Par contre, lorsque celui-ci brûla le 2 janvier 1918, les Canadiens firent un retour au Jubilée.  Ce retour fut toutefois de courte durée, puisque le 23 avril 1919, ce fut à son tour de partir en fumée, en raison d'un problème électrique.

Aujourd’hui, ce site se trouve dans un parc industriel où rien ne rappelle le hockey.  Lorsque j’y suis allé, j’ai bien cherché une quelconque plaque ou une mention, mais je n’ai rien trouvé.

Coin Alphonse-D. Roy et Sainte-Catherine Est
Coin Omer-Ravary et Sainte-Catherine Est

De l'autre côté de la rue Sainte-Catherine Est

Un peu triste, non?

Sources :
Mouton, Claude, Les Canadiens de Montréal: une dynastie du hockey, Van Nostrand Reinhold Ltd, Toronto, p.104,

"Plusieurs amphithéâtres sportifs ont été la proie des flammes" de Marcel Desjardins, 27 février 1984, La Presse, p.S20,  

toponymie.gouv.qc.ca, notrehistoire.canadiens.com/arenas, wikipedia.org.

mardi 6 août 2019

Joueur oublié des 90's #23 - Kelly Miller




Né le 3 mars 1963 à Lansing au Michigan, Kelly David Miller est issu d'une des plus grandes familles de l'histoire du hockey américain en plus d'être un joueur culte de l'histoire des Capitals de Washington mais qui a surtout joué dans l'ombre des vedettes du club durant 13 saisons.



Il fut initialement ignoré au repêchage lors de sa première année d'admissibilité en 1981 alors qu'il évoluait dans une ligue assez obscure et peu scrutée par les recruteurs, la Great Lakes Junior Hockey League, où il avait pourtant obtenu 90 points en 48 matchs. Il se reprit cependant l'année suivante alors qu'il fit le saut dans la NCAA avec les Spartans de Michigan State. Miller ne faisait toutefois que poursuivre la tradition familiale, car il est un des 10 membres de sa famille immédiate à avoir joué pour Michigan State. Les premiers membres des Miller à y avoir joué furent son oncle Elwood ''Butch'' Miller (1955 à 1959) et ensuite son père, Lyle Miller (1961 à 1964). Ces deux frères étaient originaires de Régina en Saskatchewan mais restèrent s'établir dans le Michigan après leur aventure dans le hockey universitaire. Lyle opéra même une patinoire locale à Lansing après s'y être établi, ce qui permit à ses fils Kelly, Kevin et Kip d'avoir accès à beaucoup de glace pour s'entraîner.


Les trois frères Miller firent donc partie de la tradition familiale en s'enlignant pour les Spartans au cours des années 80. Le premier fut Kelly (1981 à 1985) et ensuite Kevin (1984 à 1988) et le futur Nordique Kip (1986 à 1990). Avant eux, il y eut aussi leur cousin Dean Miller, fils d'Elwood, qui  joua également pour les Spartans (1977 à 1979). S'il n'eut pas autant de succès dans le hockey par la suite, Dean peut au moins se vanter d'avoir enfanté deux fils qui se rendirent à leur tour dans la LNH après un séjour à Michigan State. Il s'agit bien sûr de l'ancien gardien vedette des Sabres et actuel Duck Ryan Miller (1999 à 2002) ainsi que son frère Drew (2003 à 2006) qui joua également pour les Ducks ainsi que les Red Wings.

Si vous commencez à avoir de la misère à suivre, dites-vous qu'il y a également deux autres cousins ou petits-cousins de la fesse gauche affiliés aux Miller qui ont joué pour les Spartans, soit les frères Curtis Gemmel (1995 à 1999) et Taylor Gemmel (1995-96), cousins directs de Drew et Ryan et petits-cousins de Kelly, Kevin et Kip. Je me demande de quoi ils doivent parler lors des partys de famille...

Je ne sais pas trop d'où provient cette photo mais j'espère qu'elle n'a pas été volée à une matante Miller quelque part au Michigan. Moi je l'ai trouvé sur Pinterest.




On retrouve Ryan et Drew dans la première rangée. Dans la deuxième, on retrouve de gauche à droite; Kip, Kevin, Kelly, Dean, Lyle, Elwood ainsi qu'un des frères Gemmel... mais j'ignore lequel.

Donc quittons cette section généalogie et concentrons-nous sur l'histoire de Kelly Miller.


Kelly débuta donc sa première saison avec les Spartans en 1981-82 suite à quoi il fut finalement repêché tardivement par les Rangers en 9e ronde (183e au total). Il joua à Michigan State durant quatre ans en tout, amassant 164 points en 165 matchs. Il fut élu 2 fois comme joueur le plus utile de son équipe et fut nommé capitaine lors de sa dernière saison en 1984-85, saison où il fut également finaliste du trophée Hobey Baker. Si ce trophée lui échappa, il fut cependant vengé par son frère Kip qui le remporta plus tard en 1990 ainsi que son petit-cousin Ryan en 2001. Le championnat national lui échappa également mais cette fois c'est Kevin qui sauva l'honneur de la famille Miller en 1986 lors de la conquête du titre par les Spartans. Kevin hérita d'ailleurs du titre de capitaine après le départ de son frère.

Kelly débuta avec les Rangers à la fin de la saison 1984-85 alors qu'il termina la saison avec eux, amassant 2 passes en 5 matchs et participant à 3 matchs des séries. Il fit le club à temps plein la saison suivante, récoltant 13 buts et 33 points en 74 matchs. Les Rangers abandonnèrent cependant dans son cas lorsque vint l'occasion de faire l'acquisition de l'ex-vedette des Capitals Bob Carpenter. En compagnie de Bob Crawford et d'un autre joueur oublié des 90's, Mike Ridley (voir texte du 7 juin 2017), Miller prit le chemin de Washington au milieu de la saison 1986-87. Les Rangers obtinrent Carpenter ainsi qu'un choix de 2e ronde en 1989. Cependant ils lancèrent rapidement la serviette avec Carpenter, courtoisie de l'infatigable ''Trader Phil'' Esposito, qui l'envoya à Los Angeles contre Marcel Dionne deux mois plus tard. Pour leur part, Ridley et Miller firent partie du noyau des Capitals pendant de nombreuses saisons et cet échange est considéré comme un des meilleurs de l'histoire des Capitals.

Il n'a jamais réussi à transformer ses succès offensifs du niveau universitaire dans la LNH mais il devint cependant un spécialiste défensif tout en amassant sa part de points. Malgré qu'il était de petite stature, il avait une bonne lecture du jeu et savait utiliser sa vitesse pour contrer l'adversaire. Sa meilleure saison fut celle de 1991-92 où il obtint 52 points et fut nommé comme finaliste pour le trophée Selke qu'il perdit au profit de Guy Carbonneau, avec qui on pourrait tracer un assez bon parallèle sur le style de joueur qu'ils étaient.

Miller ne franchit le cap des 50 points qu'à une autre reprise dans sa carrière mais il devint un des favoris de la foule à Washington avec qui il participa aux séries pendant 10 saisons d'affilée et fut nommé assistant-capitaine pendant plusieurs années. Il demeura en poste à temps pour les aider à participer à la finale de 1998, qu'ils perdirent en 4 matchs contre les Red Wings. Il se retira après la saison 1998-99.

Après une brève retraite de quelque mois, il tenta un retour dans la IHL avec les Griffins de Grand Rapids pour terminer la saison 1999-2000. Il avait débuté la saison avec eux comme assistant entraineur. Il récolta 8 points en 26 matchs avec les Griffins et se retira pour de bon par la suite. Il gradua ensuite dans la LNH comme assistant entraineur avec les Mighty Ducks et les Islanders. Il retourna ensuite au Michigan pour devenir agent immobilier mais revint au hockey en 2011-12 comme assistant entraineur là où tout avait commencé pour lui et les autres Miller, les Spartans de Michigan State.

En carrière, sa fiche dans la LNH fut de 181 buts, 282 passes pour 463 points en 1057 matchs. Il fut élu dans le Top 40 des joueurs des Capitals lors du 40e anniversaire de l'équipe en 2014.

Concernant les autres frères Miller, Kevin eut une carrière similaire à Kelly, jouant d'abord pour les Rangers mais il connut un parcours plus nomade, jouant également pour les Red Wings, Capitals (quelques mois avec Kelly en 1992-93) Blues, Sharks, Penguins, Blackhawks et Islanders en plus de jouer dans les mineures à Grand Rapids également ainsi qu'en Suisse.

Pour sa part, Kip eut également un parcours nomade, jouant beaucoup dans la IHL dans les années 90 en tentant le coup avec plusieurs équipes de la LNH comme les Nordiques, North Stars, Sharks, Blackhawks, Islanders, Penguins ainsi que les Capitals également en 2002-03.