Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

samedi 15 juin 2013

L'alphabet - de I à Q



La suite

I – Jarome Iginla
 
Un Trophée Art Ross, deux Maurice-Richard.  Plus de 1000 points et seul candidat valable parmi les « I ».















J – Jaromir Jagr

Détient la plupart des records importants pour un joueur européen.  Plus de 1600 points.  Cinq Trophées Art Ross, un Hart.  Sept fois sur la première équipe d’étoiles.  Deux Coupes Stanley.  Médaillé d’or aux Olympiques de 1998. 

Mention honorable:
Aurèle Joliat










K – Jari Kurri

Évidemment qu’il a bénéficié du fait qu’il était le coéquipier de Wayne Gretzky, mais son talent ne faisait pas de doute.  A compté plus de 600 buts, incluant une saison de 71.  A gagné cinq Coupes Stanley, toutes avec les Oilers, en plus d’un Trophée Lady Byng et d’une médaille de bronze aux Olympiques.

Mentions honorables :
Paul Kariya
Red Kelly
Teeder Kennedy
Dave Keon






L – Mario Lemieux

Le Magnifique a réussi à s’illustrer immédiatement, même s’il arrivait au sein d’une franchise dans un état lamentable et avec une culture perdante.  Septième pointeur de tous les temps (1723) malgré les nombreuses blessures qui l’ont accablé.  Six Trophées Art Ross, trois Hart, deux Conn Smythe, un Calder.  A gagné trois Coupes Stanley, dont une à titre de propriétaire.  A gagné la Coupe Canada en 1987 en formant un duo incroyable avec Gretzky.  A gagné une médaille d’or olympique en 2002 et la Coupe du Monde en 2004.  A courageusement combattu la maladie de Hodgkin.

Mentions honorables:
Guy Lafleur
Igor Larionov
Brian Leetch
Nicklas Lidstrom


M – Stan Mikita

Oh que le choix n’a pas été facile.

Plus de 20 ans avec la même équipe.  Plus de 1400 points.  A réussi à changer son style de un des joueurs les plus punis à un gagnant de deux Trophées Lady Byng.  Quatre Art Ross, deux Hart.  A gagné ces trois trophées au cours de la même saison et ce, deux années consécutives (1966-67 et 1967-68).  Six fois sur la première équipe d’étoiles, deux fois sur la deuxième.  Rouage important de l’équipe qui a ramené la Coupe Stanley à Chicago après plus de vingt ans d’absence.  Avec Bobby Hull, a innové en popularisant l’usage de la palette courbée.

Mentions honorables:
Al MacInnis
Frank Mahovlich
Lanny McDonald
Mark Messier
Mike Modano
Dickie Moore
Howie Morenz
Joe Mullen

N – Cam Neely

Qu’est-ce qu’il a fait ragé les partisans des Canadiens à une certaine époque avec ses buts au moment opportun…  Trois saisons de 50 buts, incluant une en seulement 49 matchs.  Fortement ralenti par les blessures, on peut imaginer ce qu’un Neely en santé aurait pu faire.

Mentions honorables:
Bernie Nicholls
Joe Nieuwendyk








O – Bobby Orr

Patineur rapide, il a complètement changé la façon dont les défenseurs jouent en étant le premier à se porter résolument à l’attaque.  Il est d’ailleurs le seul à avoir gagné le Trophée Art Ross (deux fois).  Trois Hart.  Le Trophée Norris lui appartenait (huit fois consécutives).  En 1969-70, la soirée de remise des trophées aurait pu se nommer la soirée Bobby Orr (Art Ross, Hart, Norris, Conn Smythe).  Le premier à obtenir 100 passes en une saison.  Deux Coupes Stanley.  Joueur par excellence du Tournoi de la Coupe Canada en 1976.  Sa carrière a malheureusement été écourtée par des problèmes à son genou gauche.

Mentions honorables (bien que, comme Gretzky, Orr est dans une classe à part):
Adam Oates
Alexander Ovechkin


P – Jacques Plante

Un autre innovateur.  Premier gardien à sortir de son rectangle et à relancer l’attaque.  Premier à porter un masque sur une base régulière.  A perfectionné le positionnement du gardien pour couper les angles.  Gardien de l’équipe des cinq Coupes Stanley consécutives des Canadiens (de 1956 à 1960).  Sept Trophées Vézina.  Un des rares gardiens à remporter le Hart.

Mentions honorables :
Bernard Parent
Brad Park
Gilbert Perreault
Pierre Pilote
Denis Potvin

Q – Jonathan Quick

Il s’est établi depuis quelques années parmi l’élite de la ligue.  Une Coupe Stanley, un Conn Smythe.  Une médaille d’argent aux Jeux de Vancouver.  De plus, la liste des « Q » n’est pas la plus longue…

Mention honorable:
Bill Quackenbush

1 commentaire:

Jean-François P. a dit…

Dans les i, Al Iafrate aurait mérité une mention honorable: L'un des tirs les plus puissants de la LNH durant plusieurs années. Un défenseur qui a joué 14 saison, 800 matches et 463 points.