Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

lundi 18 juillet 2016

George McPhee



George McPhee vient d’être nommé premier directeur-gérant de la nouvelle équipe de Las Vegas.  L’occasion est donc belle pour faire son portrait.
 
Natif de Guelph, en Ontario, le petit attaquant choisit de prendre la voie universitaire américaine.  D’ailleurs, lors de son séjour avec les Falcons de Bowling Green State, il en profita pour devenir le deuxième récipiendaire du Trophée Hobey Baker, en 1981-82.  Ce trophée est remis au meilleur joueur de la NCAA.
 
N’ayant pas été repêché, il signa tout de même comme agent libre avec les Rangers.
 
Après une première saison professionnelle avec les Oilers de Tulsa de la CHL, il fut rappelé par les Blueshirts pour les séries.  Ayant terminé quatrièmes de la division Patrick, les Rangers étaient grandement négligés face aux Flyers.  Pourtant, ils causèrent toute une surprise en les balayant.  Par contre, ils durent baisser pavillon au deuxième tour contre leurs rivaux new yorkais, les éventuels champions de la Coupe, les Islanders.  McPhee marqua son entrée en contribuant aux succès de son équipe.  En neuf matchs, il compta trois buts et obtint trois passes.  En fait, ses trois buts égalisaient un record : le plus de buts en une année de séries avant d’avoir joué un seul match de saison régulière.  Ray Côté des Oilers a réalisé le même exploit, la même année.  Ce record sera battu en 2012 par Chris Kreider des Rangers, qui en a obtenu cinq.
 
Ce ne fut toutefois pas suffisant pour lui valoir un poste avec le grand club.  Bien qu’il joua neuf matchs avec les Rangers, il passa la majeure partie de l’année 1983-84 avec Tulsa.  Par contre, à la fin de la saison, il n’y était plus, pour la bonne raison que l’équipe n’y était plus non plus.  Après qu’on eut décidé de fermer les livres, les joueurs décidèrent de poursuivre en jouant tous leurs matchs sur la route.  Cette folle aventure se termina comme dans un scénario d’Hollywood, alors que les Oilers remportèrent la Coupe Adams, dans ce qui s’avéra la dernière saison de la ligue centrale.  (voir texte du 16 décembre 2012)
 
 McPhee joua ensuite de façon irrégulière avec les Rangers.  Sa saison 1986-87 (sa dernière à New York) fut entre autres sérieusement écourtée en raison d’une blessure à l’épaule.
 
La saison suivante, il traversa au New Jersey, alors qu’il se retrouva avec les Devils.  Il ne joua toutefois qu’une poignée de matchs dans leur uniforme.
 
Après avoir joué 115 matchs dans la LNH (24-25-49), il alla faire ses études de droits à l’Université Rutgers, toujours au New Jersey.
 
En 1992, il devint directeur des opérations hockey à Vancouver, en support à Pat Quinn.  L’équipe atteignit la finale en 1994.
 
C’est en 1997 que McPhee devint directeur-gérant des Capitals.  Sous sa tutelle, l’équipe eut du succès en saison, mais moins en séries, bien qu’elle atteignit la finale en 1998.
 
En septembre 1999, McPhee en vint aux coups avec l’entraîneur des Blackhawks, Lorne Molleken.  McPhee fut suspendu pour 30 jours, en plus d’être mis à l’amende.
 
En 2004, lui et le propriétaire Ted Leonsis décidèrent de faire table rase sur le noyau de l’équipe (Peter Bondra, Sergeï Gonchar, Michael Nylander, Robert Lang, Steve Konowalchuk, Mike Grier et un certain Jaromir Jagr).  Les Caps choisirent Alex Ovechkin au repêchage de cette même année, pour amorcer un nouveau chapitre de leur histoire.
 
En 2013, McPhee tenta d’améliorer son équipe en allant chercher Martin Erat des Predators, contre l’espoir Filip Forsberg.  La stratégie vira au cauchemar, alors qu’Erat eut peu d’impact, les Caps perdirent au premier tour, alors que Forsberg semble sur la voie de connaître une très belle carrière.
 
McPhee fut congédié par les Caps en avril 2014.  Il passa la saison 2015-16 avec les Islanders, avant d’entreprendre la construction de la future équipe de Las Vegas.
 
Sources : « With Three Postseason Goals, Rangers’ Kreider Ties Obscure Record » de Jeff Z. Klein, 16 mai 2012, Slap Shot (slapshot.blogs.nytimes.com), hhof.com, hockeydb.com, wikipedia.org.

Aucun commentaire: