Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

lundi 1 août 2016

Mike Busniuk




Canadien d’origine, Mike Busniuk choisit la voie du hockey universitaire américain, alors que ce choix n’était pas encore très courant.  On note tout de même quelques joueurs parmi ses coéquipiers des Pioneers de l’Université de Denver qui ont atteint la LNH, par exemple Peter McNab, Mike Christie (voir texte du 14 juin 2011) et l’ex-Nordique Ron Grahame.
 
Alors qu’ils étaient l’une des premières équipes à piger de ce côté, les Canadiens en firent leur choix de 5e ronde (67e au total) en 1971.
 
À la fin de son stage universitaire en 1974, il n’y avait évidemment pas de place pour lui à Montréal.  Il prit alors le chemin de Halifax, pour s’aligner avec les Voyageurs de la Nouvelle-Écosse.
 
L’année suivante, le Tricolore le prêta aux Jaros de la Beauce (voir texte du 14 janvier 2009), la nouvelle équipe de la NAHL basée à St-Georges.  Les Jaros combinaient deux aspects très distincts dans leur jeu : du jeu très offensif et très rude.  Busniuk, un avant, possédait les deux.  Il maintint une moyenne d’un point par match (66 points en 65 matchs), tout en accumulant 165 minutes de pénalité.
 
Les Jaros remportèrent le championnat de la saison régulière, mais échappèrent la Coupe Lockhart en s’inclinant en finale devant les Firebirds de Philadelphie.
 
Suite à l’élimination de son équipe, Busniuk se rapporta à nouveau aux Voyageurs. Il joua un match de la finale, ce qui lui permit de remporter sa première Coupe Calder.
 
L’année suivante, les Canadiens ne renouvelèrent pas leur entente avec les Jaros et conservèrent Busniuk dans l’organisation.  Retournant avec les Voyageurs, Busniuk remporta une deuxième Coupe Calder.
 
 
Malgré cela, il était évident qu’il n’y avait toujours pas de place pour Busniuk chez les champions de la Coupe Stanley.  Il signa donc avec les Flyers.
 
Ne se taillant toujours pas un poste dans la LNH, il fut assigné aux Mariners du Maine.  Toutefois, Busniuk se retrouva à nouveau du côté des champions lorsque les Mariners remportèrent les grands honneurs.
 
En 1978-79, le Maine se mérita encore la Coupe.  Du coup, Busniuk la remporta pour une quatrième fois consécutive, ce qui constitue un record qui tient toujours.
 
C’est finalement en 1979-80 que Busniuk eut sa chance dans la LNH.  Alors que son frère Ron a joué quelques matchs avec les Sabres avant de jouer dans l’AMH, Mike se tailla un poste avec les Flyers.  Utilisé comme défenseur, il vint bien près de continuer sur sa lancée.  Philadelphie se rendit jusqu’en finale et poussa les Islanders jusqu’à un sixième match.  Par contre, New York eut le dessus et remporta la Coupe Stanley, empêchant ainsi Busniuk de remporter un cinquième championnat consécutif.
 
 
Busniuk joua une deuxième et dernière saison avec les Flyers, avant de retourner dans la Ligue américaine.  Ce deuxième passage avec les Mariners du Maine lui permit de remporter une cinquième Coupe Calder comme joueur en 1983-84.  Ceci constitue toujours un record, qu’il partage avec Fred Glover (voir texte du 22 septembre 2009), Les Duff et Bob Solinger.
 
Après avoir joué quelques temps en Italie, il entreprit ensuite une longue carrière d’entraîneur, d’abord dans la junior avec les Americans de Tri-City, où il a été entraîneur-chef.  Par la suite, il a été de nombreuses années entraîneur-adjoint dans la Ligue américaine, avec les Rangers et les Senators de Binghampton et le Wolf Pack de Hartford.  Il remporta d’ailleurs une sixième Coupe Calder, derrière le banc cette fois, avec ces derniers en 1999-2000.

Il est ensuite retourné dans son patelin, à Thunder Bay, pour travailler avec les Thunderwolves de l'Université Lakehead, avant de faire un deuxième séjour en Italie, comme entraîneur cette fois.
 
Sources :
 
Vallières, Steve, Implacables : Les Jaros de la Beauce, 1975-76, Éditions Hurtubise inc, 2015, p.35, 61,
 
« The Story of the Calder Cup » (theahl.com),
 
legendsofhockey.net, wikipedia.org.

Aucun commentaire: