Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

jeudi 2 mars 2017

Escapade au New Jersey



Lorsque j’ai vu que les Canadiens joueraient au New Jersey pendant la semaine de relâche, je n’ai pas pu résister et je me suis procuré des billets pour moi et ma famille.
 
Les Devils jouent leurs matchs au Prudential Center depuis 2007.  On retrouve celui-ci au centre-ville de Newark.  Il est situé à distance de marche de la gare Newark-Penn, par où passent les lignes de train bleue, orange et rouge de la New Jersey Transit et le PATH de la Port Authority, qui permettent également de traverser du côté de Manhattan.  Les lignes bleue et jaune de la Newark Light Rail y passent également.  L’endroit est donc assez accessible, même pour ceux qui ne veulent pas trop s’aventurer profondément dans le spaghetti d’autoroutes du New Jersey.  (Comment faisaient-ils sans GPS?  D’ailleurs, le mien nous a fait passer par des endroits pas toujours commodes…)  Nous avons utilisé le PATH et ça fonctionne très bien.
 
Le Prudential Center de Newark
Il n’y a pas des tonnes de restaurants aux alentours de l’aréna, mais il y en a tout de même quelques-uns, en plus de tours à bureaux.  Apparemment que la présence de l’aréna a aidé à redonner de la vie au centre-ville de Newark, qui en avait besoin.
 
La sculpture plus ou moins jolie qu'on retrouve devant l'aréna 
 
Le Prudential Center est surnommé « The Rock », en raison du logo de la Prudential, une compagnie d’assurance dont le siège social est situé tout près.  Les Devils ne le partagent plus avec les Nets de la NBA, qui sont maintenant à Brooklyn (avec les Islanders).  Leurs voisins sont plutôt les Pirates de l’Université Seton Hall.
 
C'était soir de "Pride Night".  Nous avons eu droit à des déclarations au tableau de certains joueurs pour l'inclusion et contre l'homophobie.  Une belle initiative. 
Le match contre les Canadiens avait lieu un lundi soir.  Au début de la partie, je me demandais si le fait que des gens étaient pris dans le trafic du retour à la maison de la région new yorkaise expliquait les nombreux bancs vides.  Pourtant non.  Plus tard au cours du match, il y en avait toujours autant.  La foule annoncée a été de 13 270 sur une capacité de 17 620.  (Cette dernière a été diminuée pour le hockey.)  En regardant autour, on peut se demander si ce chiffre n’est pas un peu gonflé.  J’ai posé la question à quelqu’un qui semblait un régulier et il m’a dit que c’était normal pour un soir de semaine.  Il faut dire que les Devils ne traversent pas leurs meilleures années, mais ils ont tout de même connu de beaux succès il n’y a pas si longtemps, avec des Coupes en 1995, 2000 et 2003.  Peut-être que ça fait longtemps finalement…  Mais ils ont tout quand même fait la finale en 2012…

Des gradins dégarnis

En plus d’être plus disponibles, les billets sont moins chers que ceux de leurs voisins et rivaux, les Rangers.  Les miens étaient dans les sections du haut, mais considérant que l’aréna est plus petit que le Centre Bell, la vue était très bien.  En ajoutant les divers frais de billetterie, j’ai payé environ 40$ US chacun.
 
La foule n’était pas très agitée, mais elle était respectueuse.  On nous a abordé à quelques reprises et l’un d’eux semblait étonné de voir des enfants à un match de hockey un lundi soir.
 
Nous n’étions pas les seuls partisans des Canadiens à faire le voyage, mais comme nous n’étions pas en groupe, nous étions dispersés à travers l’aréna.  Il faut dire que le Tricolore a débuté le match bien lentement sinon, il aurait probablement été possible d’enterrer les locaux qui lançaient des « Let’s Go Devils! » de temps à autres et des « OOOOuuuuuuhhhh!!!!! » assourdissants.  (Je me demandais si ce cri avait un lien avec la créature fantastique qui a inspiré le nom de l’équipe.  Pourtant, c’est vraiment l’imagerie du diable et de l’enfer que les Devils utilisent.  La mascotte est un diable et avant le début des périodes, on projette des images de feu sur la glace.)
 
Les feux de l'enfer!
Pour le match lui-même, certains d’entre vous l’ont sûrement vu à la télé.  Les Canadiens ont attendu à la troisième période avant de finalement se mettre en marche, mais Pacioretty et Alexander Radulov ont ensuite pris les choses en main, pour enfin nous offrir de l’action.  Devant un faible adversaire comme New Jersey, ce fut suffisant.  Max Pac a égalisé à une minute de la fin et Galchenyuk a compté en prolongation, pour permettre à Montréal de se sauver avec le match.  Nos voisins nous ont tout de même serré la main avant de partir.
 
À la sortie, en plus des «Go Habs Go! », ça chantait « Olé! Olé! Olé! ».

Même si sur certains articles, on mentionne que le club a été fondé en 1982, il y a un endroit où on souligne l'existence des prédécesseurs des Devils, les Rockies.

Le logo initial du club (jamais porté).  On reconnaît Chico Resch, à gauche.

Des fans avec le chandail "arbre de Noël" (les épaules vertes), porté lors des premières années de l'équipe

Un Brodeur de la première heure, avec le numéro 29

La photo n'est pas extraordinaire, mais on voit un "Rangers Suck"

Comme c'est souvent le cas dans les arénas de la LNH aux États-Unis, on retrouve de la bière canadienne.  Par contre, jamais on ne verrait à Montréal de la Molson Canadian et de la Labatt Bleue dans le même frigo...

Même les urinoirs sont identifiés aux Devils
 

Aucun commentaire: