Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

mercredi 6 février 2019

D'un autre angle #5 - Captain Kirk & Captain Canuck








Avec le Super Bowl qui vient de passer, j'ai vu défiler sur mon Facebook un statut demandant "Quel trophée professionnel est le plus difficile à remporter ?" Sans vouloir dire que le trophée de Lord Stanley est celui qui est le plus éreintant à remporter parmi de la MLB, de la NFL ou de la NBA,  Patrick Roy a déjà dit : "C'est difficile de gagner la coupe Stanley". D'ailleurs, plusieurs formations ont atteint la finale à plus d'une reprise sans jamais mettre la main sur le célèbre saladier d'argent.

Les Canucks de Vancouver font partie de ces équipes. Ils se sont rendus trois fois en finale. Lors de la saison 1981-82, ils se sont étonnamment rendus jusqu'aux Islanders de New York afin de se faire balayer en quatre matchs.  Lors de la saison 2010-11, avec une équipe talentueuse et un Roberto Luongo à son apogée, ils ont échappé le 7e match de la finale aux mains des Bruins de Boston. Malgré ces deux parcours en finale, c'est l'édition de 1994 qui reste dans le cœur des Vancouverois. Étant une équipe extrêmement compétitive, ils ont tenu tête pendant 7 matchs aux puissants Rangers de New York (Messier, Graves, Anderson, Kovalev, Matteau, Leetch, Richter, etc.), revenant de l'arrière 1-3 dans la série avant de s'avouer vaincus lors du septième et décisif match.

Le 11 juin 1994, les Canucks forcèrent la tenue du-dit septième match grâce à une victoire de 4-1.  À la fin du match, les joueurs des Canucks rejoignirent leur gardien Kirk McLean pour lui faire l'accolade. Trevor Linden, qui venait de se faire frapper par Adam Graves ET Mark Messier juste avant la fin du match, fut l'avant-dernier à rejoindre le gardien, ce qui donna une photo qui fit le tour de la planète hockey. 


Cette photo illustre bien l'épuisement sur le visage de Linden. Un autre photographe capta la scène d'un autre angle.



L'étreinte que Captain Canuck (Linden) donne à Captain Kirk (McLean) donne l'impression d'être encore plus intense et significative ici, le casque de McLean étant grandement déplacé sur sa tête. Linden et McLean furent les deux rouages les plus importants de ce parcours, McLean totalisant 4 blanchissages en 15 victoires et Linden inscrivant 25 points en 24 matchs. Rejoint par la suite par Martin Gélinas, Linden quitta McLean avec une dernière tape sur le masque


Sur ce cliché, même McLean semble épuisé, au bord des larmes, après avoir empêché les Rangers d'éliminer son équipe lors de deux matchs consécutifs.


Avant cette démonstration d'épuisement de la part des deux leaders de la formation, il y eu des célébrations plus joyeuses, alors que Bret Hedican fut l'un des premiers à rejoindre McLean, le sourire aux oreilles.



Ce qui est cruel dans cette célébration, et qui nous ramène à la citation de Roy, c'est que les Canucks furent incapables de stopper la machine des Rangers lors du match no 7, deux jours plus tard, au Madison Square Garden.



Retraiter au vestiaire, le caquet bas, épuisé, abattu et les mains vides ... pire sentiment ever.

Comme la majorité des photos iconiques, on peut trouver plusieurs dérivés sur les Zinternets







Captain Kirk et Captain Canuck étaient vraiment le cœur et l'âme de l'édition 1993-94 de Vancouver, et ils se sont donnés corps et âme.

Aucun commentaire: