Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

samedi 3 septembre 2011

Nelson Skalbania



NSkalbania

Originaire de Vancouver, Nelson Skalbania a à la base une formation en génie civil.  À partir de 1964, il fut d’ailleurs partenaire dans une firme. Ce domaine le mena vers l’immobilier, où il se monta une fortune colossale en peu de temps. De 1971 à 1981, il réalisa plus de 1000 transactions (pour en moyenne 500 millions $ par année) pour entre autres des tours à bureaux, des centres commerciaux et des hôtels. Mais l’immobilier n’était pas le seul domaine où il enfilait les transactions les unes après les autres. Il avait aussi une passion pour le sport, bien que le secteur lui réussissait moins bien.

En 1976, il acheta les Oilers d’Edmonton (alors dans l’AMH) du Dr. Charles Allard pour la somme de 300 000$. À l’automne de la même année, étant un peu déçu du rendement que lui apportait son investissement, il décida de se trouver un partenaire, quelqu’un avec qui il avait déjà fait des affaires, Peter Pocklington. C’est alors que ce dernier mangeait au restaurant avec sa femme Eva que Skalbania lui en fit la proposition. Le tout se régla rapidement. Pocklington échangea une Rolls-Royce Phantom (ayant apparue dans le film « The Great Gadsby »), une toile de Maurice Utrillo et la bague à diamant que portait ce soir-là Eva (les trois items ayant une valeur d’environ 700 000$ selon Pocklington) contre la moitié des Oilers et la moitié de leurs dettes de 1,6 millions $.

En 1977, il dirigea des pourparlers avec la LNH au sujet d’une fusion avec l’AMH. Voyant que le dossier ne se réaliserait pas, il vendit sa moitié restante des Oilers à Pocklington.

Il revint toutefois à la charge en achetant les Racers d’Indianapolis, toujours de l’AMH. Pour revitaliser l’équipe en grande difficulté, il décida de signer le jeune prodige des Greyhounds de Sault-Ste-Marie de la OHL, Wayne Gretzky. À 17 ans, ce dernier n’était pas encore éligible au repêchage de la LNH, scrupule que n’avait pas l’AMH.


WGretzkyInd 001

Il l’invita avec ses parents à son superbe manoir de Vancouver, où il le convainquit de signer un contrat non pas avec les Racers, mais avec Skalbania personnellement. Le contrat avait deux options : 4 ans pour 1,125 millions ou 7 ans pour 1,75 millions. Mais Gretzky ne suffit pas à ressusciter les Racers. Il n’y jouera que 8 matchs, avant que Skalbania ne le vende à Pocklington (avec Ed Mio et Peter Driscoll) pour 700 000$. Ceci ne se fit toutefois pas avant d’avoir offert à Michael Gobuty, propriétaire des Jets, de jouer le contrat de Gretzky au backgammon, alors que Gretzky était déjà dans l’avion. L’argent permit aux Racers de survivre quelque temps, mais après 25 matchs, l’équipe cessa ses activités.

En 1980, il acheta les Bruins de New Westminster de la WHL, qu’il revendit après un an à Pocklington, pour les déménager à Kamloops. Il acheta aussi (avec d’autres investisseurs) les Flames d’Atlanta pour 16 millions $ (un record à ce moment-là, surtout que l’équipe était très loin d’être rentable), qu’il déménagea à Calgary. Ses partenaires le rachetèrent un an plus tard.

En 1981, ce fut au tour du soccer, en acquérant les Rogues de Memphis de le NASL, qu’il déménagea à Calgary également. Les Boomers (leur nouveau nom) ne durèrent qu’un an et disparurent.


CgyBoomers

Cette même année, il acheta les Alouettes de Sam Berger. C’est ce dernier qui détenait l’équipe pendant la période glorieuse des années 1970. Il décida alors de garnir à grands frais son alignement de joueurs de premier plan de la NFL comme James Scott, Billy « White Shoes » Johnson et surtout Vince Ferragamo, le quart qui venait de mener les Rams à la finale du Super Bowl. Il y ajouta des choix de première ronde de l’année comme David Overstreet (premier choix des Dolphins) et Keith Gary (premier choix des Bears), en plus de déjà compter sur le tout premier choix de 1979, Tom Cousineau, repêché par les Bills. Une tentative fut même faite avec George Rogers, le tout premier choix du repêchage de 1981, qui signera finalement avec les Saints.


VFerragamo

Le tout coûta une fortune et les résultats furent catastrophiques. L’équipe qui devait tout rafler sur son passage termina la saison avec une fiche de 3-13. L’assistance chuta dramatiquement et l’équipe fit faillite. Ferragamo, qui avait dû céder son poste de quart numéro un à Gerry Dattilio avant la fin de la saison tellement il éprouvait des difficultés, retourna promptement avec les Rams. Charles Bronfman, à ce moment propriétaire des Expos, vint alors à la rescousse en démarrant une équipe (rebaptisée les Concordes) sur les cendres des Alouettes.

En 1982, suite à ses déboires dans le monde du sport, à l’importante récession qui sévissait, à la hausse des taux d’intérêt et la crise dans le secteur immobilier qui en découla, Skalbania déclara faillite.

Il tenta de se refaire, mais lorsque le marché immobilier de Vancouver connut des difficultés au début des années 1990, Skalbania fut bien sûr affecté. En 1996, il tenta de revenir dans le monde du sport en achetant les Lions de la Colombie-Britannique, mais l’aventure ne dura que six mois, avant d'avoir à remettre l’équipe à un syndic.

Il fut la même année condamné à un an de prison (qu’il purgea chez lui, avec un moniteur à sa cheville) pour avoir volé 100 000$ à un partenaire potentiel (argent qu’il a remboursé, plus 4000$).

Il se consacre aujourd’hui à une entreprise du Nouveau-Mexique, Solar Energy Ltd, tout en étant encore impliqué dans son domaine de prédilection, l’immobilier. Il attire toutefois moins l'attention qu'à une certaine époque…

Sources: Turbis, Pierre et Bruneau, Pierre, "La grande histoire des Alouettes de Montréal", Les Éditions de l’Homme, 2007

"Collected Woes" de Paul Waldie, 26 novembre 2006 (theglobeandmail.com), oilersheritage.com, lessignets.com, sportslogos.net, wikipedia.org

2 commentaires:

Luric a dit…

Très intéressant cet article. Merci de partager!

Anonyme a dit…

Voici une vidéo intéressante en relation avec la portion "Wayne Gretzky" de cet article. http://www.youtube.com/watch?v=7ujfFNJnahk