Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

mercredi 30 décembre 2015

La fois où Sam Pollock s'est fait dire non...








Il est de notoriété publique que Sam Pollock était un fin finaud dans l'art d'enfirwopper les dirigeants des autres équipes, surtout de ces faibles équipes d'expansion. Le procédé était simple, envoyer des joueurs en fin de carrière à des équipes d'expansion avec quelques joueurs des ligues mineures et prendre au passage les choix de repêchages de l'équipe, ce qui au final donnait au Canadien un jeune joueur vedette de plus. On connait tous la fameuse histoire qui a mené au repêchage spectaculaire de Guy Lafleur, pas besoin de  la rappeler ici, nous la connaissons tous. 



Celle qui mena au choix de première ronde de 1980, c'est à dire au repêchage de Doug Wickenheiser, est tout autant spectaculaire. L'échange avec les Rockies du Colorado qui mena à ce choix fut effectuée en 1976 alors que le Canadien envoya les célèbres Ron Andruff et Sean Shanahan en plus du choix de première ronde de 1980 à la jeune équipe. On connait malheureusement la suite, disons que si Denis Savard avait été repêché en lieu de Wickenheiser ou si ce dernier avait connu une carrière qui aurait remplis l'appétit des fans de Montréal, on aurait encore une fois crié au génie. Mais bon, retenons ici comment avec brio Pollock a su faire danser les Rockies du Colorado afin d'obtenir leur choix de première ronde de 1980 4 ans plus tôt... On notera au passage que Pollock n'était plus le dirigeant de l'époque à l'heure de faire ce choix...

Par contre, durant cette période des expansions, Sam Pollock s'est fait dire non par un jeune dirigeant, Bill Torrey. Nous sommes en 1973, les Islanders venaient alors de terminer leur première saison et avaient terminé bons derniers et avaient le premier choix au repêchage... Sam Pollock alors approcha Torrey et lui offrit son classique package deal afin d'améliorer l'équipe rapidement en échange du choix de première ronde au repêchage de 1973. Torrey dit alors non à Pollock et décida de prendre son choix au repêchage...

(les Islanders ont retiré le noeud papillon de Bill Torrey)

Ce choix allait être un jeune franco-ontarien nommé Denis Potvin alors décrié comme le prochain Bobby Orr... Toujours durant l'entre-saison, Torrey embaucha un jeune entraineur, l'ancien joueur à lunette Al Arbour. Si les succès ne se firent pas sentir la saison suivante, l'équipe terminant toujours bons derniers, l'amélioration fut palpable. Les Islanders accordèrent plus de 100 buts de moins qu'à leur saison inaugurale et celui que le Canadien convoitaient remporta le trophée Calder, chose relativement rare chez les défenseurs... (Seulement 11 défenseurs ont été nommé recrue de l'année depuis l'inauguration de ce trophée à la fin de la saison 1932-33)

On connaît la suite, les Islanders sont devenus une des puissances de la NHL très rapidement et Denis Potvin devint l'un des plus grand défenseur de tous les temps, étant d'ailleurs le capitaine de cette équipe durant la dynastie du début des années 80... Il prit d'ailleurs sa retraite comme leader des points, des buts et des passes pour une défenseur (record battu depuis par Raymond Bourque et Paul Coffey) en plus d'être l'un des 4 défenseurs qui réussirent à empocher 100 points durant une saison, chose qui semble de la science-fiction de nos jours...

Mais d'un autre côté, imaginez si le Canadien avait eu Denis Potvin et Denis Savard... Ayoye...



3 commentaires:

Yannick Chouinard a dit…

Pollock était assez astucieux. Lors du repêchage de 1974, le CH détenait... 5 choix de première ronde ! Ils ont quand même laissé Pierre Larouche(qui venait de pulvériser les records offensifs de Guy Lafleur) filer au profit des penguins...

Y'a une légende qui dit que Pollock aurait transigé pour obtenir le premier choix des Rockies en 1980 dans le but de mettre éventuellement la main sur... Wayne Gretzky ! Une autre légende affirme que Irving Grundman a failli passer à l'histoire comme un grand directeur-gérant lorsqu'il a échangé Pierre Larouche en 1981 aux Whalers contre, entre autres, leur premier choix de 1984 dans l'espoir de mettre la main sur Mario le magnifique ! Hélas, Hartford a terminé 16e sur 21 et le CH a du se contenter de Petr Svoboda... Avec des "si" on va à Paris dit-on. ;¬)

Anonyme a dit…

Techniquement personne a repêché Gretzky

Kirk McLean a dit…

Bien que le CH n'ai pas mis la main sur Mario Lemieux en 1984, le choix de Svoboda n'était vraiment pas mauvais