Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

samedi 2 avril 2016

Ma première fois












Je vais faire un article différent que les autres parce que je trouve assez banal la première fois que je suis allé voir le Canadien. J'étais assez vieux, c'était la journée de mes 28 ans, contre Atlanta. En fait, c'était pas un si mauvais match, le Canadien a gagné 5 à 1 et le seul but des Thrashers valait la peine car c'était un but spectaculaire d'Ilya Kovalchuk, probablement le plus beau joueur de hockey que j'ai vu jouer en personne... 

Mais bon, c'est banal, je trouve... 

J'aime mieux parler d'une autre première fois, "ma" première émeute de hockey!

Je la trouve intéressante parce que ma théorie sur le pourquoi de ces évènements a souvent circulé, mais n'a jamais vraiment été mis sur la place publique en tant que tel...



C'était en avril 2008, quelques mois après ma première visite au Centre Bell. À cette époque, j'étudiais encore et je regardais le hockey le plus souvent dans les bars du Plateau ou autour de l'UQAM où j'étudiais. La plupart du temps, c'était au Verre Stérilisé ou à l'Inspecteur Épingle que nous regardions les matchs, quand ce n'était pas au Grimoire à l'UQAM où la bière coulait souvent beaucoup grâce à des relations. Il y avait lors de chaque match du Canadien, un concours comme dans beaucoup de bars à Montréal. Celui du Grimoire était simple, 3 coupons par pichets achetés, on mettait les coupons dans soit une boîte du Canadien ou soit dans une pour l'autre équipe et quand l'équipe compte, un pichet était gagné. Le hic, c'est qu'une amie travaillait au bar et nous donnait souvent une giga liasse de billets, ce qui faisait qu'on gagnait souvent, surtout que, pas cons, on mettait la plupart des coupons dans le pichet de l'autre équipe... Notre équipe, c'était l'alcool...

Bref, à l'époque, ça se passait dans les bars du centre-ville entre étudiants...

Le 21 avril 2008, le Canadien jouait contre les Bruins un match numéro 7 de la première ronde des séries. Comble du bonheur, le Canadien détruisit tout sur son passage et remporta le match par la marque de 5 à 0.  Mais vous le savez, vous vous rappelez de ce match...

Nous avons regardé le tout à l'Inspecteur Épingle, dans le fond, où il y avait une télé en HD, cette technologie que pas tous les bars avaient à l'époque. Complètement pompé par cette victoire et par l'alcool, moi et deux amis dont je tairai le nom car ils ont une vie publique de nos jours, avons décidé de poursuivre la soirée en convergeant vers le centre-ville. Je ne sais pas pourquoi, mais j'avais l'impression que suite à cette victoire, tout le monde allait converger vers le Centre Bell pour célébrer. Nous sommes donc partis du Plateau en direction de l'ouest de la Ste-Catherine. En passant sur St-Denis, question de continuer sur notre lancée, nous avons acheté de la bière de plus dans un dépanneur, la jeunesse et l'insouciance nous donnant le droit de boire dans les rues de la ville, anyway, le Canadien venait de planter les Bruins dans un match numéro 7, nothing else mathers comme disaient des philosophes...

C'est en arrivant sur la Ste-Catherine que le fun a bel et bien commencé. En passant devant le Metropolis, il y avait une tonne de voitures de police autour, partout dans les ruelles et partout dans la rue. En prenant soin de cacher ma bière probablement peu subtilement, j'ai regardé la marquise : "WU-TANG CLAN". La police avait probablement plus songé à mettre ses effectifs autour du Metropolis pour un spectacle de rap qu'autour du Centre Bell, enfin, presque... De toute façon, personne auparavant n'avait foutu le feu à la ville pour une victoire au premier tour... 



Continuant sur notre route, mon but étant de me rendre à Guy-Concordia pour prendre l'autobus 165 pour retourner dans Côte-des-Neiges où j'habitais à l'époque. Plus j'avançais sur Ste-Catherine, plus la foule était dense et saoule et la ville livrée à elle-même. Les gens étaient éméchés et relativement pas très présentables à leur belle-mère. En arrivant autour de Peel, la rue était bloquée, l'anti-émeute était là et bloquait le tout. C'est là que j'ai perdu mes amis en faisant un détour par le parc au sud. Revenant sur Ste-Catherine, le bordel était pogné, des filles montées sur des voitures qui montraient leurs seins (sérieux!) et des gars qui commençaient à brasser des voitures stationnées dans la rue en groupe. J'ai donc décidé de prendre mes cliques et mes claques et de m'en aller à Guy-Concordia en passant par les rues plus au nord, voulant bien certainement éviter le trouble.

Je suis donc revenu chez moi très tôt, vers 11h, très en état d'ébriété et avec des drôle d'images dans la tête. En me levant tôt le lendemain, j'avais un cours, j'ouvre la télé et vlan, voitures de polices incendiées, vitrines saccagées... Tiens, j'ai bien fait de partir tôt. Inutile de dire que j'étais assez vedge dans mon cours le lendemain, c'était un cours sur Pierre Bourdieu. 

Mais depuis, je me pose la question à savoir si le déploiement des effectifs policiers, ce soir-là, est responsable du gros des émeutes. Parce que deux ans plus tard, lors de la run en séries du Canadien de 2010, je regardais encore les matchs dans les bars du centre-ville (je me suis pris le câble depuis, c'est moins rough pour le foie et le porte-feuille) et la ville était policée... Bien certainement, il y avait l'expérience de 2008 pour donner des leçons sur comment gérer une foule de fans de hockey en bwésson, mais reste que la plupart des voitures de polices semblent être parties d'autour du Metropolis en direction du centre-ville en urgence et, au lieu de se stationner dans les ruelles ou dans les petites rues, les voitures ont été laissée sur la Ste-Catherine, dans les mains des voyous...



Mais je n'aurai probablement jamais de réponse à cette question...

Bref, ce fut une drôle de soirée...

Aucun commentaire: