Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

lundi 16 février 2015

Hooley Smith








Natif de Toronto, Reginald ″Hooley″ Smith fit partie de l’équipe des Granites de l’endroit qui, après avoir remporté la Coupe Allan en 1922 et 1923, fut choisie pour représenter le Canada aux premiers Jeux d’hiver en 1924.  C’est donc à Chamonix, en Haute-Savoie, qu’ils se sont rendus.
 
(Le hockey avait fait son entrée aux Olympiques en 1920, à Anvers, en Belgique, dans le cadre d’un tournoi qui s’était déroulé quelques mois avant le début officiel des Jeux.)
 
À ce moment, le Canada était à toutes fins pratiques le seul pays sur la scène du hockey international.  La ronde préliminaire l’a d’ailleurs vu non seulement être invaincu, mais il n’a même pas accordé un seul but.  Il a humilié la Tchécoslovaquie 33-0, la Suède 22-0 et la Suisse 33-0.
 
La ronde des médailles a été un peu plus ″difficile″ avec des victoires de 19-2 sur la Grande-Bretagne et de 6-1 contre les États-Unis, mais ce fut amplement suffisant pour que Smith et ses coéquipiers se méritent l’or.  Il s’agissait de la seule médaille canadienne.  (Il faut dire qu’à ce moment, il n’y avait que seize compétitions au total aux Jeux d’hiver.)
 
La performance de Smith à Chamonix (17 buts et 16 passes en 5 matchs) sembla inspirer confiance aux Senators d’Ottawa, puisqu’ils lui offrirent un contrat à l’automne suivant.
 
Smith se mit immédiatement en marche avec une saison de 10-13-23 en 30 matchs.  Au cours de cette campagne, Smith subit une blessure à la tête et à son retour, il porta pendant un temps un casque semblable à ceux que les jockeys portaient.  Il serait ainsi l’un des premiers à porter une forme de casque lors d’un match de la LNH.
 
La saison suivante, il enfila 16 buts, le dixième total de la ligue.  Utilisant son bâton à toutes sortes de fins, il forma un trio avec Frank Nighbor et Cy Denneny. 
 
En 1926-27, sa production baissa à 9-6-15, mais ses 125 minutes de punition lui donnèrent le troisième rang de la LNH.  De plus, sa saison fut couronnée par une Coupe Stanley.  Toutefois, le dernier match fut marqué par une attaque de Smith envers Harry Oliver, des Bruins.  Smith fut suspendu pour un mois au début de la saison suivante, mais il alla purger sa suspension ailleurs.  Malgré leurs succès, les Senators perdirent de l’argent et ils décidèrent donc de larguer quelques salaires, dont Smith, qui fut échangé aux Maroons de Montréal contre Punch Broadbent (voir texte du 2 octobre 2014) et 22 500$.
 
Smith passa neuf saisons avec les Maroons, où il fit partie de la ″S Line″ avec Nels Stewart et Babe Seibert.  Il connut une saison de 21 buts en 1929-30 et de 20 buts en 1932-33.  Il gagna également la Coupe Stanley en 1935, alors qu’il était capitaine de l’équipe.
 
En 1935-36, Smith termina au quatrième rang des buteurs (19) et des pointeurs (38) de la ligue et au troisième rang des joueurs les plus punis (75 minutes).  Par contre, les temps étaient durs.  Deux ans avant la fin de leur existence, les Maroons décidèrent de ne pas offrir le salaire que leur meilleur pointeur exigeait.  Après avoir raté une partie du camp d’entraînement, Smith fut libéré.  Il signa ensuite avec Boston.  Il n’y sera qu’une saison, puisqu’il fut ensuite encore une fois inclus dans une transaction impliquant une somme d’argent.  Il se dirigea cette fois vers New York, pour s’aligner avec les Americans.  Transformé en défenseur, il y sera jusqu’en 1941, un an avant que l’équipe ne disparaisse à son tour.
 
Smith a donc joué 17 saisons, dont 16 au sein d’équipes qui ont disparu par la suite (Senators, Maroons, Americans).  Il a donc passé 671 de ses 715 matchs (93,8%) dans l’uniforme d’équipes défuntes.  Il aurait donc pu être inclus dans mon billet au sujet des oiseaux de malheur.  (voir texte du 14 juin 2011)  Par contre, Smith avait au moins l’excuse d’avoir joué pendant les pénibles années 1930.
 
Établi à Montréal, il est décédé en 1963, à l’âge de 60 ans.  Il fit une crise cardiaque alors qu’il regardait un match de baseball à la télé.  Il a été élu au Temple de la renommée à titre posthume en 1972.
 
Sources : ″Hooley Smith Goes To Boston’s Bruins″, Montreal Gazette, 2 octobre 1936, p.12, ″Former Hockey Star Hooley Smith Dies″, Montreal Gazette, 26 août 1963, p.20, hockeydb.com, legendsofhockey.net, wikipedia.org.

Aucun commentaire: