Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

lundi 13 avril 2015

Gerry, Carey et Colin Wilson








Gerry Wilson jouait au niveau junior dans l’ouest canadien et semblait promis à un brillant avenir.  Il eut même l’occasion de jouer trois matchs avec les Canadiens en 1956-57.  Toutefois, une blessure au genou est venue contrecarrer ses plans.  Wilson avait par contre un plan B plus que valable.  Il fut admis en médecine et devint éventuellement chirurgien-orthopédiste. 
 
En 1973, il reçut une bourse pour quitter Winnipeg et aller à Stockholm pour ses études postdoctorales.  Une fois là-bas, il put compter sur un jeune adjoint de recherche qui se nommait Anders Hedberg.  Celui-ci jouait également au hockey pour le Djurgarden de la Ligue Élite suédoise.  Les deux se sont immédiatement bien entendus.
 
Pendant ce temps, Bobby Hull s’était joint aux nouveaux Jets et à la nouvelle AMH en raison d’un faramineux contrat.  Par contre, autre que lui, le talent au sein de l’équipe était un peu plus limité et Hull commençait à déchanter.
 
À ce moment, il y avait très peu de joueurs européens en Amérique du Nord. (voir texte du 19 août 2011)  Dans la LNH, on les regardait de haut et on les trouvait peu robustes.
 
Wilson connaissait Billy Robinson, le recruteur en chef des Jets, et ce dernier lui dit que l’équipe avait besoin d’aide.  De son côté, Wilson était devenu convaincu que plusieurs joueurs suédois étaient suffisamment talentueux pour jouer avec succès en Amérique du Nord.  Il lui recommanda donc son copain Hedberg, ainsi que deux autres joueurs dont Hedberg lui avait parlés : Ulf Nilsson et le défenseur Lars-Erik Sjoberg.  Robinson dut alors convaincre Ben Hatskin, le propriétaire des Jets (texte du 8 septembre 2014) de lui allouer un budget pour se rendre en Suède et en Finlande.  Heureusement, Robinson connaissait un agent de voyage qui lui dénichait des billets d’avion vers la Scandinavie à prix raisonnable…
 
Les Jets embauchèrent alors plusieurs joueurs suédois et finlandais, malgré les sceptiques.   Les résultats furent par contre des plus heureux.  Le jeu créatif, rapide et ouvert de Nilsson et Hedberg compléta à merveille celui de Hull, qui marqua 77 buts en 1974-75.  Les Jets remportèrent par la suite la Coupe Avco en 1976, 1978 et 1979.  De leur côté, les européens prirent par après de plus en plus de place dans le hockey nord-américain, autant en influence qu’en nombre.  Glen Sather affirma plus tard qu’il avait bâti les Oilers des années 1980 basé sur ce qu’il avait vu de Nilsson, Hedberg et compagnie.
 
Mais là ne s’arrête pas le lien de la famille Wilson avec le hockey.
 
Alors qu’il était à Dartmouth College, une prestigieuse université du New Hampshire, le fils de Gerry, Carey, a été repêché par les Black Hawks.  Il s’est toutefois retrouvé avec le HIFK d’Helsinki, où il a joué avec son frère jumeau Geoff.  Entre temps, ses droits furent échangés aux Flames contre Denis Cyr. (voir texte du 5 août 2011)  C’est après avoir fait partie de l’équipe olympique canadienne (qui termina quatrième) en 1984 à Sarajevo, que Carey fit ses débuts dans la LNH, avec les Flames.
 
Après une saison de 72 points, il connut sa meilleure saison à vie en termes de buts en 1985-86, avec 29.  Cette même année, les Flames se rendirent en finale pour la  première fois de leur histoire, qu’ils perdirent contre les Canadiens.
 
En janvier 1988, Carey fut échangé aux Whalers avec Neil Sheehy (voir texte du 5 août 2013) contre Dana Murzyn (voir texte du 5 juin 2013).  Il passa plus tard aux Rangers dans un échange impliquant Brian Lawton (voir texte du 29 septembre 2014), avant de retourner à Hartford, puis de revenir à Calgary.  Il subit une blessure au genou en 1993 qui, comme pour son père, mit fin à sa carrière.
 
Mais l’histoire de famille se poursuit.
 
Le fils de Carey, Colin, est né au Connecticut pendant qu’il s’alignait avec les Whalers.  Après un passage à Boston University, Colin fut repêché septième au total en 2008 par les Predators de Nashville.  Il mit peu de temps à faire l’équipe et il y est toujours.
 
Le docteur Gerry Wilson, qui en plus d’avoir été médecin des Jets à un moment, a également travaillé avec les Blue Bombers de la LCF et le Royal Winnipeg Ballet, est décédé en 2011, à l’âge de 73 ans.
 
Sources :
 
Willes, Ed, The Rebel League, the short and unruly life of the World Hockey Association, McClelland & Stewart, 2004, p.174-178,
 
″Prominent hockey supporter dies at 73″ de Gordon Sinclair Jr., 23 mars 2011, Winnipeg Free Press (winnipegfreepress.com), ″Tom Thompson’s Blog: How Dr. Gerry Wilson changed the NHL″ de Tom Thompson, 31 mars 2011, The Hockey News (thehockeynews.com), hockeydb.com, legendsofhockey.net.

Aucun commentaire: