Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

lundi 18 décembre 2017

Lou Marsh









Le joueur de premier but des Reds de Cincinnati Joey Votto a remporté il y a quelques jours le Trophée Lou-Marsh pour la deuxième fois.  Ce prix, très prestigieux, est remis à l’athlète canadien, amateur ou professionnel, qui s’est le plus illustré au cours de l’année.  Ce prix est décerné depuis 1936, année du décès de Lou Marsh.  Parmi ses récipiendaires passés, on retrouve des athlètes aux bagages diversifiés comme le marathonien Gérard Côté, la patineuse Barbara Ann Scott, Maurice Richard, Gaétan Boucher, Terry Fox, Wayne Gretzky, la kayakiste Caroline Brunet, Jacques Villeneuve et Carey Price.  Mais qui était Lou Marsh?

Marsh a commencé à travailler pour le Toronto Star à l’âge de 11 ans, comme camelot.  Sans éducation formelle, il gravit les échelons jusqu’à devenir un journaliste très respecté, puis chef de la section des sports, poste qu’il occupa jusqu’à son décès.  Son sens de l’humour et son langage coloré et créatif firent sa renommée.

Toutefois, sa carrière au Star ne l’empêcha pas d’avoir une carrière sportive des plus fructueuses.

Il a été entraîneur d’athlétisme, où il a épaulé Tom Longboat, le gagnant du marathon de Boston de 1907.  Il a aussi pratiqué ce qu’on appelait à l’époque le rugby football, s’alignant entre autres avec les Argonauts de Toronto.  Il a traversé la rivière Niagara aller-retour, sur 22 km, à la nage.  Il a pratiqué la voile à un niveau compétitif.  Il a également participé à des régates d’hydroplane, à la même époque où un certain Harold Ballard pratiquait ce sport.

C’est toutefois comme arbitre qu’on se souvient le plus de lui, où il a œuvré en boxe, en lutte et bien sûr, au hockey.  C’est d’ailleurs lui qui officia le premier match au Madison Square Garden, le 15 décembre 1925, une victoire de 3-1 des Canadiens sur les Americans de New York.  Il a également arbitré des matchs lors des Olympiques de 1932, à Lake Placid.
Trophée Lou-Marsh
Parlant d’olympisme, Marsh, en plus de couvrir plusieurs Jeux pour le Star, fut délégué par le Comité olympique canadien aux Jeux d’Anvers en 1920, de Paris en 1924, d’Amsterdam en 1928 et de Los Angeles en 1932.

C’est finalement à l’âge de 57 ans que ses problèmes cardiaques, diagnostiqués 20 ans plus tôt alors qu’il combattait en France pendant la Première Guerre mondiale, l’emportèrent et mirent fin à une vie des plus remplies.

Sources: « Ce que nous en pensons » d’Horace Lavigne, 5 mars 1936, La Patrie, p.22, « Lou Marsh, Sports Editor, Succombs », CP, 5 mars 1936, Montreal Gazette, p.12, loumarsh.ca, wikipedia.org.

Aucun commentaire: