Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

dimanche 1 avril 2018

Entre adversaires, on peut s'aider








Le déraillement de 1950 n’est pas la seule fois où les Canadiens ont eu des problèmes avec leur moyen de transport.
 
En 1934-35, la Ligue nationale comptait dans ses rangs les Eagles de St-Louis, suite au déménagement des Senators d’Ottawa au Missouri.  Les Eagles devinrent alors l’équipe la plus éloignée.  Le déplacement en train vers St-Louis s’avérait donc long et coûteux.  Bien que ce ne fut pas le seul facteur, les frais de transport élevés contribuèrent à mettre fin à l’existence des Eagles après une seule saison.
Les éphémères Eagles de St-Louis
 
Les Canadiens devaient se rendre à St-Louis pour y affronter les Eagles le 2 mars 1935.  Pour une raison quelconque, les uniformes n’étaient pas dans le même train que l’équipe.  Celui qui transportait l’équipement fut alors impliqué dans un déraillement.
 
La nouvelle parvint aux oreilles de l’équipe et du propriétaire des Black Hawks, Frederic McLaughlin.  Ce dernier leur offrit donc de prêter les uniformes de son équipe au Tricolore.
 
C’est finalement en utilisant l’avion (mesure exceptionnelle à l'époque) qu’on réussit à envoyer l’équipement des Canadiens à St-Louis, à temps pour le match.  Montréal n’a donc pas eu à porter un uniforme adverse pour défaire les Eagles, 3-2 en prolongation.
 
Mush March, des Black Hawks

On redonna alors les uniformes aux Black Hawks, contre qui les Canadiens jouaient le lendemain.
 
Devant un adversaire beaucoup plus coriace que les faibles Eagles, la tâche s’est avérée beaucoup plus difficile.  Devant la cage des Black Hawks, Lorne Chabot a blanchi les Canadiens 3-0.  Il y a tout de même des limites à la générosité envers l'adversaire...
 
Sources: “Tout comme le roi Dagobert, Canadien perd ses costumes », La Patrie, 4 mars 1935, p.20, « Retrieve Equipment, Canadiens’ Paraphernalia Reaches St.Louis in Time », 4 mars 1935, Montreal Gazette, p.14.

Aucun commentaire: