Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

vendredi 21 janvier 2011

Les Braves de Boston



J'aime beaucoup les histoire qui puent un peu l'opportunisme... Que voulez-vous, sans opportunisme, l'être humain vivrait probablement encore dans une caverne...L'opportunisme par contre ne dure qu'un moment...

Celle des Braves de Boston en est une bonne...

Nous sommes en 1971 et la ville de Boston est le centre du monde du hockey avec ses vedettes comme Bobby Orr et Phil Esposito et sa brigade de matamores formant l'équipe que l'on nomma les Big Bad Bruins... Les Bruins étaient une équipe jeune, unie, talentueuse, forte et sans peur, bref une belle bande de loups qui n'a peur de rien et qui gagne presque toujours. Après la conquête de la Coupe Stanley de 1970, la ville de Boston vivait au rythme de ses Bruins qui semblaient en route pour remporter 5 Coupes Stanley d'affilées tant on avait affaire à une équipe redoutable.

C'est connu, les bostonnais aiment leurs équipes sportives et quand leurs équipes gagnent, ils les aiment encore plus. L'engouement à cet époque était tel pour le hockey à Boston que la direction des Bruins décida de déplacer son club-école dans sa propre ville afin de profiter de l'intérêt de la population pour ce sport. Après tout, les Bruins à cet époque avaient le meilleur joueur au monde, Bobby Orr. Comment ne pas être vendu au hockey quand un joueur aussi talentueux évolue dans votre ville. C'est ainsi que les Braves de Boston furent fondés par la direction afin de profiter de la popularité des Bruins. Le nom fut tiré, question de capitaliser sur la riche histoire sportive locale, de l'équipe de baseball qui fut la propriété, dans les années 1920, de Charles F. Adams, le même personnage qui fonda les Bruins de Boston. Les Braves n'eurent peut-être pas aussi populaires que les Red Sox, mais ils firent parti intégrante de l'histoire de la ville. C'est d'ailleurs avec cette équipe que Babe Ruth termina sa carrière. Bien sûr, les Braves de Boston, après un passage à Milwaukee dans les années 50 et 60, devinrent les Braves d'Atlanta en 1966. Étrangement, les Braves d'Atlanta possédaient une équipe respectable à cette époque...

Les Braves de Boston étant la propriété des Bruins, l'équipe jouait ses matchs locaux dans le Garden de Boston. Ils allait donc évoluer à cette époque dans la plus grande aréna du circuit.

La première saison des Braves fut un franc succès. Le joueur le plus important de l'équipe fut un jeune gardien nommé natif d'Abitibi nommé Daniel Bouchard, le même qui évoluera plus tard avec les Flames et les Nordiques. Parmi les autres joueurs qui connaîtront un certain succès plus tard qui portèrent les couleurs des Braves durant cette saison 1971-72, on peut noter Rich Leduc, un autre futur Nordique, et mon Bruins préféré de tous les temps, Terry O'Reilly... L'équipe termina premier du classement de l'AHL à égalité avec les redoutables Voyageurs de la Nouvelle-Écosse, club-école du Canadien de Montréal. L'équipe disposa des Reds de Providence, l'ancien club-école des Bruins, au premier tour des séries avant de se faire battre par les Voyageurs qui étaient en route vers une conquête de la Coupe Calder.


La seconde saison des Braves de Boston fut, avant de débuter, marquée par des changements conjecturaux dans le monde du hockey qui vinrent ralentir le succès de l'équipe. Premièrement, la NHL passa de 14 à 16 équipes en introduisant deux nouvelles équipes, les Islanders de New York et les Flames d'Atlanta. Comme lors de toutes expansions à l'époque, les nouvelles équipes pigèrent dans le sac des anciennes équipes... Et comme les Bruins, alors champions de la Coupe Stanley, étaient remplis de joueurs talentueux dans leurs filiales, les Braves de Boston connurent une réduction au niveau de la qualité de son alignement lors du repêchage d'expansion de 1972. Le départ le plus significatif fut celui de l'as gardien Dan Bouchard qui prit le chemin d'Atlanta. Ce choix allait notamment faire des Flames une équipe fort respectable dès les départ...

Le deuxième évènement qui vint marquer grandement les Braves et d'une manière très sérieuse fut l'arrivée de la WHA. Non seulement le départ de plusieurs joueurs des Bruins vers la WHA fit en sorte que plusieurs joueurs furent appelés à jouer pour le grand club quand ce n'était pas des joueurs des Braves qui eux-mêmes prirent le chemin de la ligue rivale, mais l'arrivée d'une autre équipe dans le marché de Boston vint menacer l'équipe non seulement dans son alignement mais au niveau structurel. Les Whalers de la Nouvelle-Angleterre, équipe fondée pour rivaliser avec les Bruins dans son propre marché vint saturer le monde du hockey bostonnais. Rappelons que les Whalers évoluaient au Garden de Boston lors des premières saisons. Si le hockey était fort populaire lors de ces années des Big Bad Bruins, avoir trois équipes professionnelles dans le même aréna représentait une sursaturation du marché bostonnais... À cette époque, c'est toute la AHL qui fut pénalisée par l'arrivée de la nouvelle ligue, diminuant son calibre et ultimement menaçant les activités de plusieurs équipes bien établies.

Les Brave par contre surent très bien réagir à ces gros changements structurels malgré la diminution flagrante de partisans. L'équipe termina second dans sa division derrière les puissants Voyageurs de la Nouvelle-Écosse. Pour sa part, les Braves furent, tout comme l'année précédente, défaits en demi-finale contre les Voyageurs qui furent cette fois défaits en finale contre les Swords de Cincinnati, club école des Sabres de Buffalo.

La troisième saison des Braves fut une catastrophe. Non seulement le nombre de partisans dans les estrades alla en diminuant, mais les performances sur la glace laissèrent à désirer. Après avoir été exclus des séries, la direction des Bruins décida que s'en était assez de l'expérience de l'AHL à Boston.

La saison suivante, en 1974-75, les Bruins firent des Americans de Rochester leur club-école. La même année devant la difficulté grandissante à jouer leurs matchs locaux au Garden, certains matchs devant être joués au Boston Arena, les Whalers de la Nouvelle-Angleterre déménagèrent à Hartfort, laissant la ville de Boston à ses vénérables Bruins.

Les Bruins par contre continuèrent à maintenir la franchise d'une manière dormante. Bien que l'équipe fut dissoute, les Bruins payèrent les frais nécessaire afin de conserver la franchise. Ils la vendirent aux Jets de Winnipeg en 1987 et la franchise devint les Hawks de Moncton qui évoluèrent dans l'AHL entre la saison 1987-88 et 1993-94 avant de disparaître pour de bon...




Aucun commentaire: