Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

lundi 15 septembre 2014

Ross Wilson








Il fut une époque où chaque équipe n’avait qu’un seul gardien en uniforme. (voir texte du 6 mai 2013)  Il pouvait avoir un mauvais match.  Il pouvait se faire démolir le visage.  (N’oublions pas que les gardiens jouaient sans masque.)  S’il arrivait quelque chose, on insistait fortement pour qu’il continue malgré tout, puisque les alternatives étaient limitées.  Par contre, elles n’étaient pas inexistantes.  Il y avait un règlement en place qui statuait que l’équipe hôtesse devait s’assurer qu’il y avait dans l’aréna une personne qui, en cas d’extrême urgence, pouvait prendre la relève.  À noter qu’il s’agissait de la même personne pour les deux équipes.  On peut donc s’imaginer que l’équipe visiteuse n’insistait pas trop pour utiliser le gardien "de rechange" mis à sa disposition par son adversaire.
 
À Détroit, ce rôle a longtemps appartenu à Ross Wilson.  Il avait joué comme gardien à un bon niveau et avait même disputé quelques matchs dans la Ligue Américaine.  Il avait aussi l’avantage d’être facilement accessible, puisqu’en devenant soigneur des Red Wings, il était toujours sur place.
 
C’est dans cette fonction qu’il a fait partie de quatre équipes championnes de la Coupe Stanley (1950, 1952, 1954, 1955).  Mais c’est dans son rôle d’urgence qu’il a vu de l’action de près.
 
Le 10 octobre 1953, c’est avec ses coéquipiers qu’il a sauté sur la patinoire.  Terry Sawchuk avait été sévèrement coupé par un patin de Maurice Richard, au point de ne pas pouvoir continuer le match.  Wilson a donc joué 16 minutes ce soir-là et n’a pas accordé de but.
 
Le 22 janvier 1956 fut différent, puisque c’est l’équipe adverse qui a dû se résoudre à faire appel à ses services.  Il remplaça donc Harry Lumley des Maple Leafs pendant 13 minutes.  Encore une fois, il n’a pas accordé de but.
 
C’est finalement le 29 décembre 1957 qu’il a effectué son dernier tour de piste, de nouveau du côté des adversaires.  Toutefois, comme la dislocation de l’épaule de Don Simmons arriva tôt dans le match, il le joua presque en entier (52 minutes) devant le filet des Bruins.  Wilson parvint à bien se débrouiller en n’accordant qu’un seul but à ses coéquipiers, dans un match nul de 2-2.
 
Questionné sur le fait que même dans un autre uniforme, il demeurait au fond un Red Wing, Wilson répondit que pour lui, il n’était pas question de faire de faveur à ses coéquipiers.  Il faut dire que lorsqu’on connaît le type d’atmosphère qui règne dans une équipe de hockey, on suppose que si Wilson avait été victime de trop de buts, il aurait sûrement fait l’objet de railleries pendant des mois…
 
Son rôle de gardien d’urgence a par contre peut-être influencé son travail de soigneur.  Lorsqu’il était appelé au soin d’un joueur blessé, il avait l’habitude de diminuer la gravité de la blessure, en lui disant habituellement qu’il pouvait continuer.
 
D’un autre côté, il a conçu plusieurs masques, incluant celui de Terry Sawchuk, qu’il revendait.
 
L’arrivée du système à deux gardiens a ensuite fait disparaître ce rôle bien particulier.
 
Ross Wilson est décédé en 2002, à l’âge de 83 ans.
 
Sources : "Ross Wilson, 83; Red Wing Hockey Trainer, Emergency Goalie," 13 novembre 2002, Los Angeles Times (latimes.com), wikipedia.org.  

Aucun commentaire: