Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

dimanche 3 février 2019

Paul Pageau




Paul Pageau a débuté son stage junior avec les Remparts de Québec, où il côtoya des joueurs comme Mario Marois, Michel Goulet et Gaston Therrien.  Par contre, il dut occuper le poste de gardien auxiliaire, derrière entre autres Vincent Tremblay, qui jouera plus tard avec les Maple Leafs.

En 1978-79, l’entraîneur des Remparts, Ron Racette, fut engagé pour faire tourner la chance des Dynamos de Shawinigan (rebaptisés Cataractes), qui venaient de connaître une saison tout simplement horrible (3-65-4).  En début de saison, Racette rapatria Pageau, où il eut l’occasion de devenir numéro 1, secondé par le futur gardien des Canadiens, Steve Penney.  L’équipe demeura faible, mais elle s’améliora tout de même.

En 1979-80, plutôt que de terminer sa saison à Shawinigan, il fut recruté pour représenter le Canada aux Jeux olympiques à Lake Placid.  Pour le Canada, il s’agissait d’un retour au tournoi olympique, après avoir refusé d’envoyer une équipe en 1972 et en 1976.  À l’époque, les professionnels n’étaient pas admis aux Jeux, ce qui empêchait le Canada et les États-Unis d’envoyer leurs meilleurs joueurs.  Par contre, les pays du bloc de l’est (principalement l’Union soviétique et la Tchécoslovaquie) prétendaient que leurs joueurs n’étaient pas rémunérés parce qu’ils jouaient au hockey, mais bien parce qu’ils faisaient partie de l’armée, et qu’ils étaient donc amateurs.


Aux Jeux de Lake Placid, le Canada eut un résultat en conséquence.  Même si l’équipe comptait tout de même de jeunes joueurs qui connurent de belles carrières comme Glenn Anderson, Randy Gregg, Paul MacLean et Jim Nill, elle ne fit pas le poids et termina sixième.

Pageau joua trois des cinq matchs de la ronde préliminaire.  Ses deux premiers furent des victoires relativement faciles, contre la Pologne et le Japon. 

Contre la puissante Union soviétique, Pageau connut ensuite un fort match.  Après deux périodes, le Canada menait 3-2, mais Alexander Golikov et Boris Mikhailov ont marqué deux buts chacun en troisième, pour sauver la mise des Soviétiques, qui l'emportèrent 6-4.  Le fil à retordre que leur ont donné les jeunes Canadiens était probablement un prélude au tremblement de terre qu’allaient causer les jeunes universitaires américains.  En battant l’URSS deux jours plus tard, les États-Unis purent remporter la médaille d’or dans ce qu’on appela le ″Miracle On Ice″.

Quant à l’équipe canadienne, étonnamment, on préféra donner le filet à Bob Dupuis plutôt qu’à Pageau pour le match de ronde éliminatoire, face à la Tchécoslovaquie.  Par contre, Dupuis accorda deux buts rapides et fut remplacé par Pageau.  Toutefois, le mal était fait et le match ne fut pas à l’image de celui contre l’URSS.  Les six buts tchécoslovaques furent tous comptés par de futurs Nordiques (Marián Šťastný trois fois, Anton Stastny deux fois et Miroslav Frycer).  La Tchécoslovaquie l’emporta 6-1 et mit fin au tournoi des Canadiens.


Comme Pageau n’avait pas été repêché, sa bonne performance aux Jeux pouvait lui permettre d’espérer recevoir une offre pour devenir professionnel.  C’est finalement en mai qu’elle est venue, de la part de Los Angeles.

Après avoir débuté la saison 1980-81 dans la Ligue centrale, Pageau fut rappelé par les Kings.  Ceux-ci connaissaient une bonne saison, mais l’entraîneur Bob Berry ne trouva pas de meilleure idée que de l’envoyer dans la fosse aux lions le 3 février 1981.  C’est à ce moment qu’il jugea pertinent d’accorder un repos à son gardien régulier, Mario Lessard.  L’adversaire?  Les champions de la Coupe Stanley en titre et meneurs au classement général, les Islanders, pour un match sur la route bien sûr.  Comme début, on a déjà vu plus facile…

Denis Potvin marqua un but et obtint deux passes et les Islanders ne firent qu’une bouchée des Kings en l’emportant 8-1.  Berry laissa Pageau prendre la dégelée en entier, mais il eut au moins la décence de venir à sa défense après le match, affirmant qu’il avait été laissé à lui-même.  Il ne fit toutefois plus jamais appel à lui.  En fait, Pageau ne rejoua plus jamais dans la LNH.  Ce fut son seul match.

Par la suite, il joua dans la Ligue internationale et la Ligue américaine, avant que son ancien entraîneur Ron Racette lui fasse signe à nouveau en 1983-84, alors qu’il joua sous ses ordres pour les Jets de Sherbrooke.

L’année suivante, l’équipe fut renommée les Canadiens de Sherbrooke.  Au cours des séries, Pageau dut s’absenter parce que sa femme devait accoucher.  On dut donc rappeler un jeune gardien du junior, un certain Patrick Roy.  Lorsque le gardien en service, Greg Moffett, dut se retirer temporairement pour un bris d’équipement, Roy fit son entrée et créa une solide impression.  Il ne regarda ensuite plus jamais derrière et aida Sherbrooke à se mériter la Coupe Calder, avant de boire dans la Coupe Stanley l’année suivante.

Quant à Pageau, suite à sa carrière de hockeyeur, il travailla entre autres de nombreuses années pour Slush Puppie Canada, où il occupe présentement le poste de vice-président Ontario.

Sources: , ″Le Canada perd de haute lutte face à l’URSS″, CP, Le Devoir, 21 février 1980, p.18, “Le Canada termine 6e” CP, 23 février 1980, Le Devoir, p.9, “Islanders turn on ignition, douse Kings”, CP, 4 février 1981, Calgary Herald, p.D2, collectionscanada.gc.ca, hhof.com, hockey-reference.com, linkedin.com, wikipedia.org.

Aucun commentaire: