Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

lundi 9 octobre 2017

Ken McAuley








Suite à la conscription, plusieurs joueurs durent quitter leur poste pour se retrouver en uniforme.  Toutes les équipes furent affectées, mais certaines le furent plus que d’autres.  Les Rangers eurent entre autres beaucoup de difficulté à se trouver un gardien décent en 1942-43 et finirent avec une fiche horrible de 11-31-8.
 
Pour la saison 1943-44, New York repartit à zéro devant le filet et se rabattit finalement sur Ken McAuley qui, avant de passer un an dans l’armée, avait joué avec les Rangers de Régina de la Ligue senior de la Saskatchewan.
 
Si McAuley obtint ainsi une occasion inespérée de jouer dans la LNH, les conditions dans lesquelles il dut œuvrer furent des plus pénibles.  Les Rangers étaient plus mauvais que jamais.  D’ailleurs, il leur a fallu attendre au 16e match de la saison, le 12 décembre, avant de finalement remporter un match (une première victoire pour McAuley).
 
Le 23 janvier 1944, il effectua 43 arrêts.  Ce fut toutefois loin d’être suffisant.  En fait, ce fut tout à fait l’inverse, puisqu’il accorda également 15 buts, incluant un tour du chapeau à Syd Howe dans les huit dernières minutes du match.  (Il ne fut pas remplacé puisqu’à l’époque, il n’y avait pas de gardien auxiliaire.)  De leur côté, les Rangers n’offrirent aucune réplique.  Ce revers de 15-0 entra ainsi dans le livre des records comme étant la pire défaite par blanchissage.  Cette marque tient toujours.  C’était en fait la quatrième fois de l’année que McAuley accordait 10 buts ou plus, chose qui arriva finalement sept fois au cours de l’année (en 50 matchs au total).
 
McAuley participa ainsi à tous les matchs des Rangers et termina avec une fiche de 6-39-5 et une moyenne de 6,24, une des pires de l’histoire.  Ses 310 buts alloués demeurent à ce jour un record. 
 
Avec 17 points, les Rangers terminèrent la saison 26 points derrière les avant-derniers, les Bruins, et 66 points derrière les meneurs, les Canadiens.
 
Malgré cela, les Rangers décidèrent de refaire confiance à McAuley l’année suivante.  Les résultats furent un peu mieux.  Les Rangers remportèrent 11 matchs et amassèrent 32 points.  Ce ne fut toutefois pas suffisant pour éviter la dernière place, puisque les Black Hawks en obtinrent un de plus.
 
Sur une base individuelle, Ab DeMarco, avec 54 points, termina tout de même 5e dans la liste des pointeurs de la ligue.
 
Quant à McAuley, il améliora sa moyenne à 4,93.  Il réussit même un blanchissage le 7 janvier 1945 contre les Black Hawks.  Par contre, rien n’était facile pour les Rangers durant ces années et ce ne fut pas suffisant pour gagner.  Ils durent se contenter d’un match nul de 0-0…
 
La guerre a ensuite pris fin et de nombreux joueurs sont revenus de l’armée.  Les Rangers décidèrent alors de faire confier le filet à Chuck Rayner, qui avait joué avec les Americans de New York / Brooklyn avant de rejoindre l’armée.  McAuley est alors retourné dans la Ligue senior de l’ouest, avec Edmonton, puis Saskatoon.  Sa fiche dans la LNH est de 17-64-15 en 96 matchs, affichant une moyenne de 5,61.
 
Il devint ensuite entraîneur-chef des Oil Kings d’Edmonton.  En 1953-54, son équipe, qui comprenait entre autre Johnny Bucyk et Norm Ullman, cumula une fiche de 33-3-0.  Elle se rendit alors jusqu’en finale de la Coupe Memorial, où elle s’inclina devant les Teepees de St.Catharines.
 
McAuley demeura derrière le banc un an de plus avant de tirer sa révérence.
 
Il est décédé en 1992, à l’âge de 71 ans.
 
Sources : « Wings Set Record, Blast Rangers 15-0 », AP, 24 janvier 1944, Montreal Gazette, p.16, hockeydb.com, legendsofhockey.net.

Aucun commentaire: