Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

jeudi 31 janvier 2019

Northland




C’est à Hastings, Minnesota, sous le nom de C.A. Lund Company, qu’a été créée en 1911 la compagnie Northland, par Christian Lund, un norvégien.  Comme son deuxième nom (Northland Ski Manufacturing) l’indiquait, l’entreprise  a d’abord été fondée pour fabriquer des skis.  La qualité de leurs produits leur a permis non seulement de se démarquer sur le marché américain, mais également d’exporter en Europe, ce qui n’est pas banal, lorsqu’on connaît la tradition de ski dans cette région du monde. 

L’entreprise s’est ensuite diversifiée pour se mettre à fabriquer des toboggans, des skis nautiques et dans les années 1930, des bâtons de hockey.

En plus d’avoir prétendu à un moment d’être le plus important fabricant de ski au monde, Northland a aussi affirmé fabriquer les meilleurs bâtons de hockey au monde.  Disons que leur département du marketing n’hésitait pas à utiliser des superlatifs… 

Dans les années 1940 et 1950, la compagnie fut victime de plusieurs incendies, qui la mena à cesser ses activités au milieu des années 1950, avant d’être reprise par un autre groupe.
Dans les années 1960, Northland a dû se résigner à cesser de produire des skis en bois pour se mettre à la fibre de verre, mais ses bâtons demeurèrent bien sûr en bois.  À ce moment, Northland dominait le marché des États-Unis, en plus d’avoir plusieurs joueurs de la Ligue nationale qui utilisaient ses produits.

En 1965, l’entreprise qui avait aussi une usine au New Hampshire fut achetée par le fabricant de bateaux Larson, également basée au Minnesota. 

C’est aussi au cours de ces années que Stan Mikita, qui utilisait déjà les bâtons Northland (incluant celui qu’il courba par accident et qui créa un effet d’entraînement dans la LNH) travailla à mettre au point un nouveau modèle de casque.  Lorsqu’une rondelle lui déchira l’oreille qu’on dut réparer avec 13 points de suture, il eut à porter un casque (chose rare à l’époque).  La blessure le convainquit de conserver un casque, même après sa guérison, estimant qu’il lui donnait de la confiance.  Celui-ci, commercialisé par Northland, mais aussi par le fabricant de patins Lange, offrait une protection exceptionnelle.  Par contre, d’un point de vue esthétique, le ″dôme″ Northland était affreux.  Il eut ses inconditionnels (comme Marc Tardif, Lanny McDonald, Denis Potvin et le dernier à le porter, Mike Foligno), mais commercialement, il fut complètement déclassé, principalement par le CCM HT2.

L’expansion rapide de Larson dans les secteurs des motoneiges, des tables de billard et des roulottes mena l’entreprise à la faillite.  Northland fut reprise et la production fut déménagée au Vermont, plus près de sa source d’approvisionnement en frêne blanc.  Par contre, après avoir pu compter sur un marché américain peu compétitif, Northland vit entre autres l’arrivée des finlandais (principalement Koho) et des canadiens, qui produisaient un produit plus léger, avec du bois mou, renforci avec de la fibre de verre.  Northland porta plainte contre Koho pour dumping, mais sans succès.  Elle fut donc déclassée au niveau du produit, du prix, tout comme au niveau de la promotion.  En effet, contrairement à ses compétiteurs, Northland ne voulait pas payer les professionnels pour utiliser ses produits.  Ils perdirent alors beaucoup de visibilité.  Après avoir été bien présents, les bâtons Northland sont pratiquement disparus de la LNH.

Avec une part de marché près de zéro au Canada, Northland tenta sa chance en 1978, en s’établissant à Beebe, dans les Cantons de l’Est, une municipalité qui a la particularité d’être traversée par la frontière canado-américaine.  Toutefois, l’aventure ne dura que trois ans.

Au moment où la récession frappa, les ventes chutèrent encore plus.  L’entreprise se retrouva alors avec trop d’inventaire et pas assez de liquidité.  C’est en 1982 qu’elle se plaça alors à l’abri de ses créanciers.

Lanny McDonald

La compagnie redémarra, puis le nom fut vendu à Christian en 1992, qui l’utilisa jusqu’à ce qu’une poursuite les oblige à arrêter.

Il est maintenant possible d’acheter des bâtons de bois avec le nom Northland, mais ceux-ci sont fabriqués au Canada et sont plus des objets pour nostalgiques que des bâtons pour jouer de façon compétitive.

Sources : ″Makita May Wear Helmet Permanently ′Gives You Confidence In The Corner′″, AP, Montreal Gazette, 8 février 1966, p.34, ″Hockey Stick Maker Struggles In Newly Competitive Market″, 15 mars 1982, New York Times (nytimes.com),″Helmets, Game Speed And The Shifts That Dramatically Changed The NHL″ de T.E., 21 mars 2012 (sbnation.com), ″Stan Mikita’s legacy and grace endure even as dementia afflicts the Blackhawks legend” de Alex Prewitt, 24 janvier 2017, Sports Illustrated (si.com), Northland Hockey Sticks, 2008-05-13 (history.vintagemnhockey.com), Northland Glass Fused / Northland Custom Pro Stick (classicmnhockey.com).

2 commentaires:

Dominic Borduas a dit…

Merci pour cet autre excellent article.

Je me souvenais aussi de Jim Fox qui avait ce casque. https://kronozio.com/card/59644360-df24-43ca-a816-e96e04dbd40f/1983-84-O-Pee-Chee-Jim-Fox-154

Je serais bien curieux de voir quel autre joueur utilisait ce bol :-)

keithacton a dit…

@Dominic Borduas: Jim Fox portait effectivement un dôme, tout comme André St-Laurent, Robbie Ftorek, Mark Hardy, Larry Goodenough, Mike Busniuk, Cliff Koroll, Mel Bridgman, Dale McCourt, Colin Campbell... Même Serge Savard et Guy Lafleur l'ont porté à un moment donné.